Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE

Face à Le Pen, Valls serait le meilleur candidat en 2017

Publié le 30 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

commentaires

Le Sénat sert-il toujours à quelque chose ? Nos très chers sénateurs

Publié le 30 Janvier 2015 par Rive gauche dans Videos

Nos très chers sénateurs

1) Indemnité mensuelle : 7 742,15 € bruts par mois qui comprend :

- une indemnité de base (5 514,68 €),

- une indemnité de résidence (165,44 €)

- et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €).

Cela représente 5388 € nets par mois.

2) Indemnité représentative de frais de mandat : 6037 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d'habillement...).

3) Avantages :

- les députés disposent de 9 504 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer leurs collaborateurs,

- d'un accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF : 6,7 millions d’euros par an.Une carte prépayée leur ouvre l’accès à tout le réseau SNCF en première classe, 40 allers-retours en avion leur sont remboursés entre Paris et leur département, ainsi que les frais de taxis et de péages.

- du remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d'un abonnement internet.

4) Dans les couloirs gravitent également 1 200 fonctionnaires :

- Jardiniers et agents d'entretien commencent leur carrière à 2 200 euros net par mois

- Les chauffeurs et dactylos débutent, eux, à 5 000 euros mensuels.

- Quant aux administrateurs, ils finissent leur carrière à 10 000 euros.

5) Sans oublier l’un des régimes de retraite les plus généreux de France:

un mandat de six ans ouvre le droit à une retraite de 2.050 euros,

deux mandats, plus de 3.000 euros,

et la pension moyenne avoisine les 4.340 euros.

6) Palais du Luxembourg : 35.000 mètres carrés.

Une vraie petite ville avec son kiosque, son médecin, son coiffeur, ses photographes, sa cave à vins.

Salons de Boffrand qui abrite les salles de restaurant avec vue sur le jardin. Là, les sénateurs se délecteront des mets préparés par le nouveau chef au tarif imbattable de 16,45 euros le menu. "Le Sénat, c’est le meilleur restaurant de Paris", s’amuse un ancien conseiller.

Dotation de l’État au Sénat :

347 millions euros

commentaires

Les défis de Sarkozy, élu patron de l’UMP, il a tenté une première sortie jeudi à Tourcoing

Publié le 29 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Il arrive dans sa limousine de fonction aux vitres teintées puis rentre le soir venu chez lui dans le 16ème à Paris. Il a tout compris ! Deux questions se posent : Qui peut participer à un meeting à 11 heures ? Les forces vives de la nation ? Non, les retraités, les chômeurs...etc.

C'est fou ce qu'il a comme idée ! Et comme d'habitude, il ne peut pas s’empêcher de dire n'importe quoi, c'est vraiment maladif ! Toujours le même esprit d'opposer les classes sociales. Non, il ne changera pas. Ses interventions sont toujours une forme d'hommage à la pensée courte et opportuniste. C'est nul et sans imagination.

J'ai bien peur que vous soyez très déçu à l'UMP. Sarkozy est l'erreur magistrale de casting. Mais ce n'est pas grave il y en a d'autres beaucoup plus capables que ce bonhomme vénal.

Ce n'est pas un beau roman, ni une belle histoire !

Les défis de Sarkozy, élu patron de l’UMP, il a tenté une première sortie jeudi à Tourcoing
Les défis de Sarkozy, élu patron de l’UMP, il a tenté une première sortie jeudi à Tourcoing
commentaires

Le projet de service civique obligatoire se heurte dans les faits à des obstacles considérables

Publié le 29 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

L'idée d'instaurer un service civique obligatoire n'est pas nouvelle. Il en était déjà question lorsqu'en 1995, le service national a été supprimé à l'initiative de Chirac.

Le principal argument pour ce service civique est de réunir toute une classe d'âge de jeunes citoyens dans un objectif lié à l'intérêt général. Les missions seraient à caractère civil: social, humanitaire, éducatif, sécuritaire.

Mais aujourd’hui ça ne me paraît pas réaliste. Chaque classe d’âge concernée comporte entre 600.000 et 750.000 jeunes, et l'Etat ne propose que 45000 missions en 2015. L’objectif serait de 100.000 jeunes en service civique à la fin 2017.

Son coût, incluant l'hébergement, l'encadrement, l'indemnisation, estimé à 3 milliards d'euros, est difficilement compatible avec la réduction des déficits.

Par ailleurs, il est contestable sur le plan juridique : L'organisation internationale du travail interdit toute forme de travail contraint.

L'école ayant échoué dans son vecteur d'intégration, un service civique basé sur la discipline, le respect, le sport et l'apprentissage ferait le plus grand bien à tous les jeunes. Il permettrait de renforcer la cohésion et le sentiment d'appartenir à une même nation. Mais n'est ce pas trop tard pour intégrer certains jeunes dans la société ? Dans l'état actuel de la situation la première action à mener serait de rétablir l'ordre et le droit dans les cités.

Le service civique obligatoire se présente donc comme un leurre, une fausse bonne idée, totalement irréaliste.

commentaires

Fillon-Sarkozy : pourquoi tant de haine ?

Publié le 29 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Depuis la défaite de M. Sarkozy à la présidentielle de 2012, Fillon s’est mué en adversaire féroce de l’ancien chef de l’Etat.

L’ancien premier ministre le répète : il fera tout pour empêcher son concurrent – « l’autre », comme il l’appelle aujourd’hui avec dédain – de reprendre le pouvoir.

En privé, depuis plusieurs mois, il ne cache plus son espoir de voir M. Sarkozy trébucher sur le front judiciaire.

De fait, ses relations avec M. Sarkozy sont exécrables, faites de mépris et de détestation réciproques.

Fillon ne fait que ressentir ce que de nombreux Français ressentent après 5 ans de gouvernance Sarkozy (2007-2012). Je n'y vois rien de mystérieux.

Albert Einstein : "Il n'y a que deux choses qui sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'en ai pas acquis la certitude absolue."

Fillon-Sarkozy : pourquoi tant de haine ?
commentaires

Les ex-présidents coûtent cher aux contribuables

Publié le 28 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Les frais des anciens présidents de la République coûteraient 6 millions d'euros par an aux contribuables.

Valéry Giscard d’Estaing arrive en tête des dépenses avec 2,5 millions d'euros

devant Nicolas Sarkozy (2,2)

et Jacques Chirac (1,5).

Premier poste de dépenses les frais de personnel :

0,9 million pour Jacques Chirac,

1,1 million pour VGE

et 1,2 million pour Nicolas Sarkozy.

Sarkozy dispose de deux chauffeurs et huit collaborateurs :

rémunérés entre 5.200 et 7.000 euros nets par mois.

L’équipe de VGE se compose de dix personnes auxquels il faut ajouter trois maîtres d’hôtel détachés par la Marine.

Les collaborateurs des anciens présidents bénéficient d'indemnités de sujétion particulières :

Ces primes se sont élevées, l’an passé, à 579.000 euros

dont 300.000 euros pour l’équipe de Nicolas Sarkozy.

Denier poste de dépenses les frais de fonctionnement :

Superbes bureaux de VGE boulevard Saint-Germain (277.000 euros par an)

Onze pièces de Nicolas Sarkozy rue de Miromesnil (226.000 euros)

Appartement de Jacques Chirac rue de Lille (193.000 euros).

Les frais de déplacements,

les billets SNCF et Air France sont intégralement pris en charge.

Dotations personnelles versées à vie aux anciens présidents :

6.000 euros par mois qui s’ajoutent aux pensions de retraite

Des sources policières indiquent que :

dix agents sont mobilisés pour protéger Nicolas Sarkozy,

huit pour Jacques Chirac,

six pour VGE.

Les ex-présidents coûtent cher aux contribuables
commentaires

L'assistanat est le vrai fléau de la France

Publié le 28 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Les classes moyennes sont les grandes perdantes de la politique sociale française. Les aides sociales et fiscales réduisent les écarts de niveaux de vie de plus d'un tiers et bénéficient particulièrement aux familles monoparentales et aux familles nombreuses : 57% des familles sont bénéficiaires du système social et fiscal français. C'est à partir du 3ème enfant que les aides sociales et fiscales sont les plus puissantes.

Quant aux classes moyennes, elles ne sont pas oubliées, car elles qui paient pour tous les autres !

L'assistanat favorise le chômage :

- Pour une personne seule, le RSA atteint 510 euros par mois,

- un couple sans enfants bénéficiaire du RSA perçoit environ 800 euros,

- pour un parent seul avec un enfant à charge, le RSA s'élève à 900 euros par mois, à chaque enfant à charge, ce montant est ensuite majoré de 200 euros.

- Le SMIC confère un salaire mensuel d’un peu plus de 1 130 euros.

Le smicard gagne donc plus. Cependant, grâce à leur statut, les bénéficiaires des minima sociaux ont droit à de nombreux avantages que n’ont pas forcément les smicards : gratuité ou réduction sur les transports en commun, les cantines, les crèches ou les centres aérés, services de garde, tarifs sociaux du téléphone ou de l’électricité.

Les nombreuses aides (seize en moyenne, selon un rapport sénatorial) sont accordées par les municipalités et les conseils généraux. Les dépenses sociales accaparent aujourd’hui les deux tiers des budgets des conseils généraux et la dérive continue à s’accélérer.

D’après un rapport du Conseil des comptes, toutes ces aides locales peuvent représenter jusqu’à 30 % du revenu d’un foyer au RSA. Elles réduisent donc l’écart de revenu entre RSA et SMIC.

Résultat, de nombreux Français se désintéressent des emplois industriels ou pénibles : Faire les trois huit pour gagner 100 ou 200 euros supplémentaires est un choix que de nombreux attributaires des minima sociaux se refusent à faire.

On comprend mieux dès lors que, trois ans après son lancement, le RSA ne soit pas parvenu à son objectif qui était de favoriser la reprise du travail. Il est aujourd’hui perçu chaque mois par 1,8 million de Français.

Le coût du RSA pour les finances publiques est loin d’être négligeable : 10 milliards d’euros.

C'est un budget énorme totalement injustifié que seule la France déploie sur le dos des contribuables avec comme emblème : la grande générosité de la France. Toutes ces aides permettent de conserver la paix sociale.

L'assistanat finit de détruire le lien social : La société française est bien malade ! Les aides sociales distribuées sans contrepartie ont créé des générations d'assistés, incapables de se prendre en charge et de se rendre utiles, même s'ils en sont physiquement capables.

Ces "assistés permanents" transmettent à leurs enfants un mode de vie destructeur pour leur dignité et leur sens des responsabilités. Si rien n'est fait pour réintégrer le plus grand nombre de personnes possibles, qui devront se lever tôt le matin, accepter des contraintes pour "gagner" leur vie, cette frange de la population dépressive, de plus en plus irresponsable, va s'étendre et gangrener encore plus notre société.

Voici comment un système généreux et empathique au départ se trouve totalement dévoyé.

Et si le vrai cancer de la France c'était tout simplement les hommes politiques :

Ceux-là même qui ont mis en place les politiques sociales qu'ils dénoncent aujourd'hui. Sans oublier les soins médicaux que la collectivité finance (CMU 6 milliards, AME 1,5 milliards).

Ceux-là même qui ont permis au chômage de croître dans de telles proportions en organisant ou en laissant faire immigration, délocalisation, dumping social....etc.

Ceux-là même qui distribuent le bac à 80 % de la population et qui s'étonnent que l'on ne trouve pas de plombiers ou d'électriciens.

A quand une réelle évaluation des coûts exorbitants de cette politique ? Malheureusement je ne crois pas que nous y parvenions rapidement, en tout cas ça ne sera pas en 2017 quel que soit celui qui sera élu.

Le seul moyen de combattre la pauvreté est de favoriser la création d’activité et d’emplois.

L'assistanat est le vrai fléau de la France
L'assistanat est le vrai fléau de la France
commentaires

Non le MEDEF ne veut pas créer d'emplois !

Publié le 28 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Le chômage a progressé de 5,7% en 2014 et 3 496 400 personnes étaient sans emploi en France métropolitaine. En décembre, le nombre d'inscrits en catégorie A a légèrement augmenté de 0,2%.

"Le Medef promet 1 million d'emplois contre des allègements fiscaux"

Les promesses de Pierre GATTAZ ne seront pas tenues, pas plus qu'en 1986, lorsque le patronat s'était engagé à recruter plus de salariés. Oui, la famille Gattaz est habituée à l’escroquerie intellectuelle puisque le père de Pierre, Yvon, ancien président du CNPF, ancêtre du MEDEF, avait sous la cohabitation Mitterrand-Chirac promis la création de centaines de milliers d’emplois si l’autorisation administrative de licenciement était supprimée. Celle-ci a bien été supprimée, mais depuis, le chômage n’a pas cessé de monter.

Depuis 2012 les gouvernements de gauche ont abreuvé le patronat de cadeaux censés faire baisser le chômage. Les milliards ponctionnés sur les services publics n’ont fait que faire monter régulièrement la courbe du chômage. Cette politique est désastreuse sur tous les plans, sauf celui des dividendes distribués par les groupes français qui ont été de 40 milliards d’euros au 2e trimestre 2014, soit une hausse de 30% en un an.

Pas besoin d'être un prix Nobel d'économie pour tout comprendre. sans mensonges, sans tricheries, sans duperies, la terrible vérité : Eux, les patrons, ne feront rien pour aider la gauche, rien pour aider la France et les Français. Les grandes entreprises délocalisent leurs activités pour augmenter leurs bénéfices. La vérité est que le patronat encourage le chômage de masse.

Le gouvernement de Valls devrait s'apercevoir qu'il est en train de se faire arnaquer par les patrons, la droite, et Pierre Gattaz, le mauvais larron qui veut nous faire marron ! Un Etat responsable devant la Nation ne devrait avoir aucune hésitation à faire cesser le scandale.

La courbe du chômage ne s'inversera pas, puisque le MEDEF ne fera aucun effort pour recruter des salariés.

Le MEDEF attend et souhaite la défaite de la gauche en 2017 !
Non le MEDEF ne veut pas créer d'emplois !
Non le MEDEF ne veut pas créer d'emplois !
commentaires

Rémunération mensuelle des acteurs politiques

Publié le 27 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

La rémunération mensuelle (non totalement imposable) en juin 2014 est la suivante :

  Nombre     Brut mensuel  

 

Président de la République

 

1

 

14 910 €

 
Gouvernement
Premier ministre 1 14 910 €  
Ministres 16 9 940 €  
Secrétaires d'État 14 9 443 €  
Conseil constitutionnel
Président 1 6 950 €  
Membres 8 6 339 €  

Parlement national

Sénateurs 348 13 512 €  
Président du Sénat 1 20 782 €  
Députés 577 13 512 €  
Président de l'Assemblée nationale 1 14 271 €  

Parlement européen

Députés

Retraite

Sarkozy

 

Total

 

74

 

1

 

968

 

12 255 €

 

23.250 €

 

12 980 466 €

commentaires

150 députés seraient devenus propriétaires grâce à leurs indemnités de frais de mandats

Publié le 27 Janvier 2015 par Rive gauche dans edito

Un rapport dénonce l’utilisation abusive des frais de mandats, soit près de 5.700 euros par mois et qui sont dédiés en principe aux déplacements et aux frais quotidiens. Certains s’en servent pour devenir propriétaire d'une permanence. C’est ce qui pose problème, car une fois leur mandat terminé, elle reste dans leur patrimoine.

En faisant ça, le député use de son mandat à des fins d’enrichissement personnel. Une accusation de prise illégale d’intérêts impossible à démontrer aujourd’hui car cette enveloppe n’est soumise à aucun contrôle.

L'Assemblée nationale a bien tenté de mettre un terme à cette pratique. En vain. Fin 2012, un rapport d'un député avait notamment proposé d'arrêter ces achats immobiliers, mais cette réforme a tout simplement été enterrée lors d'un vote en commission. Le sujet pourrait prochainement refaire surface.

Député : 13 512 € bruts par mois ( 7 100,15 € + 5 770 € ) soit :

1) Indemnité mensuelle : 7 742,15 € bruts par mois qui comprend :

- une indemnité de base (5 514,68 €),

- une indemnité de résidence (165,44 €)

- et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €).

Cela représente 5 148,77 € nets par mois.

2) Indemnité représentative de frais de mandat : 5 770 € bruts par mois,

pour faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d'habillement...).

Avantages :

- les députés disposent de 9 504 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer leurs collaborateurs,

- d'un accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe,

- du remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d'un abonnement internet.

commentaires

La grève des routiers se poursuit

Publié le 27 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Bloquer les routes est une agression contre tout le monde, c'est du sabotage de l'économie, c'est prendre les Français en otage.

Les routiers en grève coupent la branche sur laquelle ils sont assis. Ils iront bientôt pointer au chômage, et à ce moment-là ils pourront remercier les syndicats. Ils n'ont rien compris et ont surtout perdu toute crédibilité aux yeux des Français.

Avec la fin de l'écotaxe et cette grève qui s'éternise, les concurrents étrangers se frottent les mains. Ils vont prendre des marchés et embaucher les routiers français à des conditions encore plus mauvaises, merci les syndicats.

Après le fer (SNCF), la mer (SNCM), les airs (Air France) et les routes (routiers), la CGT achève son oeuvre de destruction. Ce syndicat politisé reste le poison de la revendication sociale. Dés qu'un rapport de force se crée vis à vis du patronat, il trouve toujours le prétexte pour casser l'unité des syndicats et trahir ainsi les revendications légitimes des salariés.

Les syndicats français irresponsables sabordent les dernières entreprises qui tiennent encore la route. Combien de chômeurs en plus grâce à eux ?

En France, peut-on légalement bloquer une voie publique ? La liberté de circulation est reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'Etat doit faire respecter la liberté de circulation.
La liberté de circulation est reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.
La liberté de circulation est reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.
La liberté de circulation est reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

La liberté de circulation est reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

commentaires

Sarkozy a été reçu discrètement lundi par Angela Merkel

Publié le 27 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Sarkozy reçu discrètement ? C'est sûr qu'elle n'a aucune envie de s'afficher avec lui ! Sarkozy est un homme du passé et Merkel a déjà intégré le fait qu'il n'est pas le meilleur à l'UMP.

C'est vraiment l'agitateur numéro un de l'hexagone. Sarkozy a toujours manqué de l'éducation la plus élémentaire ! Dès qu'il s'agit de son petit avenir personnel on voit de quoi il est capable ! Décidemment il est incorrigible.

Ce sont les deux principaux responsables de la déchéance de beaucoup de pays européens.

Et la préoccupation allemande du moment est plutôt et d’abord la Grèce.

Qui a payé son voyage ? L'UMP surendetté ou les contribuables français ?
"Qui serait assez fou pour croire que ce trésor est acquis pour toujours ?"a estimé le chef de l'UMP

"Qui serait assez fou pour croire que ce trésor est acquis pour toujours ?"a estimé le chef de l'UMP

commentaires

Grèce : Mélenchon exulte et annonce le grand soir en France

Publié le 26 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Le problème avec Mélenchon c'est qu'en France il est une figure du passé alors qu'en Grèce c'est la jeunesse et l'avenir qui est en marche ! La différence entre Mélenchon et Tsipras, c'est qu'il y en a un qui vient de se faire élire, et l'autre qui ne sera jamais élu.

Mélenchon n'a pas beaucoup de respect pour les travailleurs français ou allemands auxquels il leur préfère les fraudeurs grecs. Comparer la Grèce à la France n'a aucun sens. Incroyable que les propos de cet individu soient encore relayés par les médias.

La vérité est que ces hommes politiques disent n'importe quoi, au fil de leur humeur, selon des besoins d'annonces médiatiques destinées à construire une image.

Grèce : Mélenchon exulte et annonce le grand soir en France
commentaires

Annulation d'une partie de la dette grecque : la France risque plus de 40 milliards

Publié le 26 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Syriza réclame une annulation d'une partie de la dette grecque essentiellement détenue à 72 % par les pays de la zone euro depuis l'annulation de la moitié de la dette privée du pays en 2012.

En somme, la France généreuse, dont les citoyens paient leurs impôts, va renflouer un pays de tricheurs ayant fraudé le fisc ! Notre pays, déjà largement endetté, devra abandonner sa créance Grecque ! La France ne peut pas se permettre de mettre 40 milliards à profits et pertes, surtout quand le poids de la fiscalité en France ne pèse que sur la classe moyenne et supérieure.

Les grecs ont vécu confortablement sur les aides européennes pendant des années sans payer des impôts, et aujourd'hui ils pleurent parce qu’ils sont endettés. Par voie de conséquence il serait logique qu'ils sortent de l'Europe en sanction de ce comportement. Il faut que chacun assume ses responsabilités entières dans ce monde

L'Europe est coupable d'avoir donné une monnaie forte à un pays corrompu, ruiné, incapable de lever l'impôt ! Avec cette Europe dirigée par des irresponsables, ceux qui prennent des décisions dramatiques, ne sont plus aux affaires quand il faut payer l'addition.

Si la Grèce sort de l'euro et de l'Europe, on ne va pas en faire un Drachme !

Annulation d'une partie de la dette grecque : la France risque plus de 40 milliards
commentaires

Grèce: Syriza en position de gouverner le pays

Publié le 25 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Le président de la banque centrale allemande a exhorté le parti de gauche radicale Syriza, largement en tête dimanche soir aux législatives grecques, à "ne pas faire de promesses illusoires" à ses concitoyens.

La gauche radicale Syriza a t'elle des solutions pour la Grèce ? On va le voir très vite !

Syriza devra rentrer dans le vif du sujet, par exemple payer les fonctionnaires, les retraités...etc. Et là que va faire cette gauche sans argent dans les caisses ? Faire appel aux banques et à l'Europe ! Les problèmes avec l'Europe, la fuite des capitaux et le ralentissement des investissements étrangers pourraient être le coup de grâce pour ce pauvre pays.

Ils vont tomber de haut, la crédulité des peuples aux mirages des démagogues est constante. Dans les faits, si changement il y a, ce ne sera que dans les mots et les attitudes, mais les hommes politiques ont beaucoup d'expériences et sont souvent de grands comédiens.

"Les promesses des hommes politiques n'engagent que ceux qui les reçoivent."

Charles Pasqua

Grèce: Syriza en position de gouverner le pays
commentaires

La France est-elle multiethnique et (ou) multiculturelle ?

Publié le 25 Janvier 2015 par Rive gauche dans edito

La France est chrétienne par ses origines. La France a été grande, forte et souveraine, grâce à son homogénéité et à sa culture européenne.

L’arrivée massive d’immigrants et cette vieille idée qu’une nation se définit par une ethnicité et une religion communes forment un couple potentiellement toxique. La montée des sentiments anti-immigration ne laisse rien présager de bon pour un futur où l’immigration va probablement grimper et où les conditions de vie vont certainement décliner.

Il faut se rendre a l'évidence, l'intégration par assimilation a certes parfois marché, mais maintenant ces exclus sont français. Donc la France est bel et bien multiculturelle. A nous de voir comment nous en accommoder.

A l'heure actuelle les jeunes sont découragées et écoutent des voix qui dénoncent sans cesse la discrimination et l'inégalité des chances. Ces jeunes issus des quartiers défavorisés pensent que la France ne les aidera pas. Ils sont acteurs de délits punis par la loi et font alors du tort à ceux qui ont l'espoir de s'en sortir. Cela entraîne la discrimination. Il serait temps que la France se regarde dans un miroir.

Ce dont la France souffre aujourd'hui est avant tout une absence totale de maîtrise de la langue française. Le langage est le marqueur fondamental d'une communauté. La culture commune est issue de la révolution de 1789. Les révolutionnaires ont tout fait pour que la France n'ait qu'une seule langue. Avant la révolution on respectait le régionalisme et les langues diverses (Occitan, provençal, breton, etc.).

La pratique de l'Islam rend nécessaire la connaissance de l'Arabe. Il va bien falloir accepter, en même temps qu'un multiculturalisme, un multilinguisme tout comme aux USA où Anglais et Espagnol coexistent officiellement et pacifiquement. Admettre ce fait pourrait peut être permettre de décrisper une situation où la minorité se mure dans sa langue et la majorité l'y enferme.

Il est vrai que toute la politique centralisatrice et parfois arrogante menée par les élites parisiennes depuis des siècles vise à tuer le multiculturalisme. Le multiculturalisme n'est dangereux pour la France que s'il s'exprime en excluant notre culture républicaine. Mais il est un enrichissement s'il s'effectue en lien avec notre culture, chacune s'enrichissant de l'autre.

Notre société porte une part de responsabilité dans cette dérive, car ces jeunes déboussolés, avec qui le débat semble désormais impossible, sont en partie le fruit de leur époque. Ils doutent de tout sauf d'eux-mêmes, encouragés en cela par des adultes qui ont assez largement renoncé à leur autorité. L'humilité ne fait plus partie de leur système de valeurs. Leur relativisme est nourri par la célébration de leur contre-culture (réseaux sociaux, jeux vidéo, rap violent...etc.) par des adultes soi-disant bien-pensants et branchés, trop contents de se dissocier du pouvoir en place. Heureusement beaucoup d'adolescents ne sont pas dupes et savent très bien faire la part des choses.

Les méfaits de l'autodénigrement de notre pays sont également en cause s'agissant de la jeunesse d'origine immigrée. A force de répéter que la France ne fait aucun effort pour intégrer les nouveaux venus, que ses habitants sont majoritairement racistes et islamophobes, que sa politique étrangère est néo-colonialiste et abjecte, on légitime un sentiment de suspicion généralisée.

Cette jeunesse n'a plus de points de repères, ne sait plus quelles sont les valeurs qu'elle doit respecter et idéalise ce qu'elle ne connaît pas. Le mal est profond et les moyens pour le combattre sont limités. Il est nécessaire que notre société fasse son introspection et renoue enfin avec la transmission des valeurs de la République qui ne sont pas un fardeau mais un devoir, même si cela sera sans doute insuffisant pour raccrocher l'ensemble de la jeunesse à ces valeurs républicaines.

Les adultes doivent réhabiliter la culture classique et certaines figures d'autorités, à commencer par celle du professeur, aux yeux de la jeunesse, non pour l'asservir, mais pour lui permettre d'être réellement libre, au terme d'un long processus d'apprentissage. Il faut vraiment se poser les bonnes questions sur notre système éducatif et sur le laxisme dans notre pays.

Aimons la vérité, même si elle est dure, même si elle fait souffrir, parce qu'elle est la source de toute liberté. La France est libre, cette liberté elle s'est battue pour l'avoir.
"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire."  Voltaire 1694-1778
"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire."  Voltaire 1694-1778

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire." Voltaire 1694-1778

commentaires

Traque des djihadistes sur Internet : que peut-on faire et ne pas faire?

Publié le 24 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

L'UMP propose de durcir l'arsenal de répression, notamment en instituant un délit de consultation de sites terroristes. De quoi susciter l'intérêt de Bernard Cazeneuve, qui promet un volet Internet à son plan anti-djihad.

Pour lutter contre ce phénomène, une proposition de loi visant à renforcer l'arsenal de prévention de la France va être déposée par la droite.

Le premier article prévoit d'établir une liste noire de sites faisant l'apologie du terrorisme. Elle serait ensuite transmise aux fournisseurs d'accès. Les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, sont aussi visés par la sanction.

La mise en place pose problème : d'abord la rémunération des fournisseurs d'accès en échange du travail de filtrage, ensuite il y a la question de l'efficacité car le blocage est facilement contournable,

En 2013 déjà, le gouvernement avait tenté de filtrer les sites de proxénétisme. Il avait finalement suivi l'avis du Conseil national du numérique pour qui, l'article portait "atteinte aux droits fondamentaux en termes de libertés d'expression et de communication."

Deuxième article : Comment surveiller Internet? Seuls deux moyens sont utilisés en France: la perquisition, ce qui signifie qu'on suspecte déjà quelqu'un en amont, et la récupération de la liste des adresses IP qui se sont connectées à un site. Pour ce dernier point, cela marche bien si le site est basé en France.

Dernier volet de la proposition de loi, renforcer les moyens des cybers patrouilles. Autrement dit, les enquêteurs pourront désormais s'infiltrer dans les réseaux sous pseudonyme, espionner, échanger avec un tiers, récupérer et conserver des données pour débusquer les filières. Ces techniques sont déjà utilisées mais uniquement lors d'une intervention pour constater ou réprimer une infraction manifeste.

Pourquoi ça peut coincer : On est dans une surveillance hors cadre judiciaire! Cela pose un gros problème de confidentialité, de vie privée et c'est contraire aux libertés individuelles. De même, surveiller Internet en amont nécessite des moyens et les effectifs sont insuffisants pour surveiller des milliers de connexions. Enfin, le PS est contre le blocage administratif des sites et pour la responsabilité pénale des hébergeurs.

Traque des djihadistes sur Internet : que peut-on faire et ne pas faire?
commentaires

Gattaz propose de rouvrir la discussion avec les syndicats sur le dialogue social

Publié le 24 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Après quatre mois de discussions, et au terme d'une séance-maraton de deux jours et une nuit, c'est pourtant l'organisation patronale qui a jeté l'éponge jeudi 22 janvier, en ne fournissant pas un nouveau projet aux syndicats sur ce sujet difficile, visant à simplifier et moderniser les relations employeurs-salariés.

Suite à cet échec, il n'est pas possible de reprendre des négociations, au sens strict. Malgré tout, Pierre Gattaz ne l'entend pas de cette oreille. Reste qu'on voit mal comment ce qui n'a pas abouti hier pourrait aboutir à court terme.

Si Gattaz avait des choses à dire, c'est avant qu'il fallait les dire, au lieu de prendre des postures sans intérêt histoire d'occuper les médias ! On voit tout les jours le triste spectacle de nos syndicats archaïques et franchouillards qui n'ont toujours pas compris qu'on n'était plus en 1950. Pour cela, le Medef de Gattaz n'a rien à envier à la CGT ou à FO : Pas d'idées, pas de vision, et donc pas de résultats.

Si le patronat tient la plume, c'est à cause de la division des syndicats, incapables de rédiger un texte commun. Je doute fort que ces réunions entre professionnels du syndicalisme, qu'ils soient salariés ou employeurs soient vraiment crédibles. Les uns et les autres jouent un jeu de rôle, ou l'intérêt des salariés et des entreprises compte bien moins que celui des syndicats et de ceux qui les représentent.

Il faut dire que Gattaz est le patron du Medef, une institution qui ronronne tranquillement en toute complicité avec les syndicats de salariés et les élus complaisants, voir complices !

Gattaz propose de rouvrir la discussion avec les syndicats sur le dialogue social
commentaires

Les banlieues sont-elles confrontées à «un apartheid territorial, social et ethnique» ?

Publié le 23 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

C'est en tout cas l'analyse qu'a fait Manuel Valls en début de semaine, et elle trouve l'approbation d'une majorité de Français : 54% d'entre eux pensent qu'il a «eu raison» d'employer ce terme choc.

Il est évident que la France est soumise à l'apartheid, mais pas forcément par la volonté des politiques. Différents facteurs en sont la cause, l'économie sous perfusion, le chômage, la pauvreté, l'illettrisme, la diversité culturelle et religieuse.

Les politiques ont acheté la paix sociale en laissant les banlieues et es zones de non droits s'organiser et prospérer en économie souterraine dans les trafics divers et juteux, avec parfois la bénédiction des forces de l'ordre.

Deux cultures avec des lois et des règles sociales et religieuses différentes vivent sur le sol français. En clair il faut des passerelles entre elles pour construire une société commune dans laquelle tous les citoyens français seraient égaux. A travers les siècles la France a toujours eu des immigrés, ces gens se sont assimilés et font partie intégrante de notre peuple. Nelson Mandela aurait certainement aimé vivre l'apartheid en France !

Décidément, il y a du Sarkozy dans Valls. Le choc des mots, le flop de l'action. La politique de la banlieue, ce fut pendant 30 ans de dispositifs coûteux pour le contribuable français. Stop à la surenchère. Stop à la récupération. Place aux actes, au redressement économique, bref qu'il se mette au travail.

La première mesure serait peut être de fermer les frontières pour éviter que la situation ne se dégrade davantage.

« La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. »

Michel Rocard

Les banlieues sont-elles confrontées à «un apartheid territorial, social et ethnique» ?
commentaires

Sarkozy au 20h de France 2 : "C’est faux, c’est faux, c’est totalement faux."

Publié le 22 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Interrogé sur France 2 sur les réductions d'effectifs effectuées pendant son quinquennat, Sarkozy a répondu sans gêne : "C'est faux".

Vraiment ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : lors de son quinquennat entre 2007 et 2012, Sarkozy a bien supprimé 12.000 postes de policiers et gendarmes notamment sous l'effet de la Révision générale des politiques publiques (RGPP).

Sarkozy est encore en train de rallier le premier rang (voir Rassemblement républicain 11 janvier)en se donnant des airs d’innocent donneur de leçon.

Sous son quinquennat la police n'était pas plus efficace qu'aujourd'hui, et comme il a été ministre de l'intérieur avant d'être président, sa responsabilité est loin d'être neutre.

Il nous a mis plus bas que terre, ruiné la France et son discours est plus que jamais d'une pauvreté affligeante. Il est insupportable !

Bien entendu ses fans inconditionnels l'auront trouvé fantastique, il avait du mal à masquer sa jubilation.

Sarkozy au 20h de France 2 : "C’est faux, c’est faux, c’est totalement faux."
commentaires

Raison présidentielle 2017 oblige, Sarkozy met fin à l'unité nationale

Publié le 22 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Invité du 20 heures de France 2, la salve la plus violente aura été pour Manuel Valls. François Hollande n'a pas non plus été épargné.

Accroc au Rassemblement républicain du 11 janvier : Il est anormal qu'une personne politique telle que Sarkozy soit invitée au 20h de France 2 pour faire sa promo et sa campagne électorale pour 2017 !

Sa carrière avant tout, ouvertement, aux dépends de la France et des Français qu'il méprise.

Raison présidentielle 2017 oblige, Sarkozy met fin à l'unité nationale
commentaires

Le routier français en voie de disparition

Publié le 21 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Les transporteurs ne peuvent augmenter les salaires de leur employés de 5% comme ils le réclament. «Avec une telle augmentation, la situation risque de devenir compliquée. Nous craignons de ne plus pouvoir maintenir les emplois en France car nous ne sommes déjà plus compétitifs face à des travailleurs européens dont les coûts salariaux sont 30% à 40% moins élevés que les nôtres»,

Près de 40% les entreprises françaises sont en difficulté dans le secteur des transports aujourd'hui. Elles sont au bord du gouffre. Les charges, les impôts les empêchent de concurrencer les transports de certains pays européens tant les écart sont énormes.

Les routiers se tirent une balle dans le pied, ils n'ont pas compris que les transporteurs embaucheront des chauffeurs des pays de l'est beaucoup moins chers. Les chauffeurs français iront à Pole Emploi en disant merci à la CGT ! Et dire que c'est vous et moi qui finançons ces syndicats.

La CGT trouve qu'il n'y a pas assez de chômage en France : elle entend remédier à cette situation.

Le routier français en voie de disparition
Le routier français en voie de disparition
Le routier français en voie de disparition
commentaires

La fresque d'un viol collectif au mur de l'internat du CHU de Clermont-Ferrand

Publié le 20 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

«Tiens, la loi santé», «prends la bien profond» peut-on lire sur les murs de la salle des internes du CHU de Clermont-Ferrand.

Si on est tous Charlie, on n'est pas tous CHU de Clermont-Ferrand !

Le dessin, comme beaucoup de fresques du même style, représente une orgie, sous entendue consentie.

Pas très raffiné. Probablement dans la tradition des histoires de Salles de Garde.

Le goût exquis de l'art de salle de garde n'est pas une nouveauté.

En tout cas, cela ne déclenchera pas de manifestations à l'étranger.

La fresque d'un viol collectif au mur de l'internat du CHU de Clermont-Ferrand
La fresque d'un viol collectif au mur de l'internat du CHU de Clermont-Ferrand
commentaires

Sarkozy coûte cher à la République

Publié le 19 Janvier 2015 par Rive gauche dans Edito

Sarkozy coûte cher à l'Etat depuis mai 2012, très cher, à en croire Mediapart, qui révèle le détail des sommes engagées par l’État pour l’ancien président :

- Equipement de ses bureaux en lampes, tables, matériel informatique ou encore téléphones : 570.000 euros

- Loyer de ces bureaux : 16.341 euros par mois, soit près de 200.000 euros par an.

- Sarkozy roule en Citröen C6V6 HDI Exclusive, une voiture haut de gamme : 44141 euros.

- L’État prend également en charge la rémunération de ses collaborateurs (cinq fonctionnaires de l'Etat mis à disposition et cinq conseillers contractuels) : 660.000 euros net par an.

- Avec un coût encore plus lourd pour l'État, qui assume toutes les charges sociales.

Montant des avantages de Sarkozy depuis deux ans et demi : 2 million d'euros.

A ce chiffre on peut ajouter :

- Loyer appartement 320 m2 dans les beaux quartiers de Paris : 21000 euros par mois.

Sarkozy, le plus protégé des ex-présidents. La sécurité de l'ancien président de la République coûterait plus de 950.000 euros par an à l'État

- 2 chauffeurs, 15 CRS, 10 policiers pour sa sécurité personnalité : 950000 euros par an

Dans le cas présent, la situation peut poser problème. Depuis le mois de novembre, Nicolas Sarkozy a en effet repris les rênes de l’UMP, principal parti d’opposition.

Même si c'est légal on voit bien l'indécence de la chose. A l'heure où l'on demande aux Français de faire des sacrifices, ces avantages devraient être supprimés.

Il a ruiné l'UMP, laissé 600 milliards de dette à la fin de son quinquennat en 2012, il nous coûte une fortune depuis mai 2012 et en 2017 il nous expliquera comment sauver la France et réduire la dette !

Y a t'il encore un électeur pour sauver Sarkozy en 2017 ?
Sarkozy coûte cher à la République
Sarkozy coûte cher à la République
commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>