BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE

Le philosophe Michel Onfray s'exprime sur le livre de Trierweiler

Publié le 15 Septembre 2014 par Rive gauche

Invité vendredi sur France Inter, l'homme connu pour son franc-parler n’a pas ménagé ses propos envers l’ancienne Première dame.

Le philosophe s’est exprimé sur l’actualité en France, et notamment sur le livre confession de Valérie Trierweiler Michel Onfray vient de publier un ouvrage intitulé « La Passion de la méchanceté » aux éditions Autrement. Un thème qui colle bien avec l’actualité.

L’animateur Patrick Cohen n’a pas hésité à lui demander : « Le titre de votre ouvrage pourrait admirablement s'appliquer au débat public de ces derniers jours, avec ce déballage de rancœur et de vengeance autour du président de la République. Qu'est-ce que ça dit de notre époque à vos yeux ? ».

Ce à quoi l’essayiste a répondu : « L'idée que François Hollande aurait dit, en parlant des pauvres, que c'étaient des “sans-dents”, on n'a pas l'impression que le discours vienne de quelqu'un en particulier mais que c'est une vérité. Or cela vient de quelqu'un qui se venge, qui est jaloux, qui est méchant dont on connaît le trajet de Rastignac. Ce n'est pas une oie blanche, on sait que la libido lui a beaucoup servi dans son trajet ».

Pour Michel Onfray, « il faut arrêter de croire que dès qu'elle [Valérie Trierweiler] dit quelque chose, c'est la vérité révélée. On connaît Hollande pour être un plaisantin, si vous sortez une plaisanterie de son contexte cela devient une méchanceté ».

Lire la suite

Bernadette souhaite le retour du Messie !

Publié le 13 Septembre 2014 par Rive gauche

L'ancienne première dame a réitéré son souhait de voir Sarkozy se présenter à l'élection de 2017.

Bernadette Chirac n'en finit plus de vouloir le retour de Sarkozy "le sauveur" en 2017. Un souhait qui est loin d'être partagé par tous les Français.

Sauf le respect que je lui dois, je n'accorde pas aux propos de Bernadette Chirac plus d'intérêt qu'ils ne méritent. Il ne suffit pas d'avoir été l'épouse d'un ancien chef d'état pour détenir ipso facto la vérité en matière politique.

Ses prophéties m'amusent plus que je ne les prends au sérieux. A son âge, elle est parfaitement excusable si sa vision de la politique manque d'objectivité.

Tout ces nostalgiques du bon vieux temps se sont laissé gagner par un rêve fou. "Et si Sarkozy l’emportait en 2017 ?" Cinq ans de bonheur garanti, d’espoirs retrouvés, de vigueur revenue. Il se murmure que même François Hollande aurait été atteint par cette vague nostalgique apparemment irrésistible. Et on dit qu’il aurait envoyé à Sarkozy le tweet suivant : "Si tu reviens, j’annule tout". Mais là, chut ! nous touchons au plus intime de la vie privée, comme le savent si bien Cécilia et Carla…!!!

On a eu le fantôme de Jospin pendant 5 ans de 2002 à 2007, on va avoir celui de Sarkozy jusqu'en 2017.

Bernadette souhaite le retour du Messie !
Bernadette souhaite le retour du Messie !
Bernadette souhaite le retour du Messie !
Lire la suite

François Hollande réplique à Trierweiler

Publié le 10 Septembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Après une rentrée mouvementée sur les plans politique et personnel, l'avocat, proche du chef de l'État, décrit un homme qui «tient» mais «durement affecté».

Dans un entretien au «Nouvel Observateur», le président se défend des accusations de mépris de classe que son ex-compagne a porté contre lui dans son livre.

François Hollande l’avoue, la seule flèche qui l’a touché en plein cœur vient de la formule des "sans-dents", qui fait de lui un être cynique et méprisant.

"Cette attaque sur les pauvres, les démunis, je l’ai vécue comme un coup porté à ma vie tout entière. […] Dans toutes mes fonctions, dans tous mes mandats, je n’ai pensé qu’à aider, qu’à représenter ceux qui souffrent. Je n’ai jamais été du côté des puissants, même si je ne suis pas leur ennemi, mais je sais d’où je viens."

"Vous croyez que j'ai oublié d'où je viens ? Mon grand-père maternel, petit tailleur d'origine savoyarde, vivait avec sa famille dans un modeste deux-pièces à Paris. Mon grand-père paternel, lui, était instituteur, issu d'une famille de paysans pauvres du nord de la France. Et vous croyez que je pourrais mépriser le milieu d'où je tiens mes racines, ma raison de vivre ?"

"Ce que je vis en ce moment n'est pas agréable, mais que voulez-vous ? Que j'aille pleurer sur mon sort devant les Français, que je pleurniche ? Je ne suis pas un démagogue, ni un comédien. Les Français attendent autre chose de moi. Ils veulent des résultats. Mes états d'âme ne les intéressent pas. Ils ont raison. Je veux rester dans l'authenticité de ce que je suis. Je n'ai jamais triché, jamais cherché à faire croire que j'étais quelqu'un d'autre que ce que je suis"

"[...] Mais je ne veux pas qu'on puisse dire ou écrire que je me moque de la douleur sociale, car c'est un mensonge qui me blesse."

Lire la suite

«Nous devons agir en Libye», annonce Le Drian

Publié le 9 Septembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Jean-Yves Le Drian s'inquiète de «la dégradation de la situation sécuritaire en Libye».

La France, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a mené des frappes pour renverser le régime de Kadhafi en mars 2011.

Ainsi, Sarkozy a foutu le foutoir en Libye, un peu comme Bush en Irak, et ce serait aux Français de payer l'addition, avec leurs impôts, pour réparer les dégâts collatéraux dont le seul responsable est l'ancien président (2007/2012) !

Un ancien président dont la droite annonce le retour, comme le Messie, pour nous sauver !

Pauvre France et pauv'con de contribuables (électeurs) !

«Nous devons agir en Libye», annonce Le Drian
«Nous devons agir en Libye», annonce Le Drian
«Nous devons agir en Libye», annonce Le Drian
Lire la suite

Certains libraires refusent de vendre le livre de Trierweiler

Publié le 8 Septembre 2014 par Rive gauche

Certains libraires boycottent ce livre et ont affiché leur conviction sur leur vitrine.

Certes le livre est un succès mais plusieurs libraires n'ont pas envie de vendre ce livre qu'ils jugent dévalorisant.

"La librairie n'a pas vocation à être la machine à laver du linge sale de Madame Trierweiler", s'énerve un libraire.

"Nous avons 11 000 livres. Nous n'avons pas vocation à être la poubelle de Trierweiler, s'agace un autre.

Désolés, nous n'avons plus le livre de Valérie Trierweiler mais il nous reste des ouvrages de Balzac, Dumas, Maupassant", propose un troisième.

Messieurs les libraires, bravo pour votre courage !

Certains libraires refusent de vendre le livre de Trierweiler
Certains libraires refusent de vendre le livre de Trierweiler
Lire la suite

Au secours, Sarkozy revient !

Publié le 7 Septembre 2014 par Rive gauche

"Le premier ennemi de Mme le Pen, c'est Nicolas Sarkozy car s'il est candidat, elle risque de ne pas passer…» a déclaré Franck Louvrier, un de ses plus proches conseillers.

Je pensais qu'un ancien président de la République était d'abord comptable de ses actions antérieures, J'ai la nette impression qu'un grand nombre de Français ont oublié les quelques années passées et le bilan que la gauche a trouvé à son arrivée au pouvoir en 2012.

Alors il m'a semblé intéressant de dresser un bilan le plus complet possible pour que les mémoires des cancres, des moutons, des veaux (dixit De Gaulle) et surtout des médias (Radio, télé, journaux, magazines) puissent se remémorer dans quel état Sarkozy a laissé la France en 2012.

BILAN SARKOZY 2007/2012 :

NS : "Je vous ai promis le plein emploi, je vais me battre pour le plein emploi". Place de la Concorde, 6 mai 2007.

Résultat : 1 million de chômeurs supplémentaires. A 8,1% en 2007, son taux est autour de 10% en 2012, selon les dernières prévisions de l’Insee.

- 4,621 millions de personnes au chômage y compris DOM (+6,5 % sur un an)

- 2 922 100 personnes en catégorie A ("le cœur" du chômage, + 7,5% en un an)

- 1 300 000 chômeurs supplémentaires depuis le point le plus bas de 2008

- 43% des jeunes hommes des quartiers sensibles sont au chômage

- 37% des jeunes femmes des quartiers sensibles sont au chômage

- 24,2% des jeunes de 15-24 ans sont au chômage

NS : "Je m’engage à ramener la dette en dessous des 60% du PIB d’ici 2012". Entretien au Parisien, mars 2007.

Résultat : 600 milliards d’euros de dette publique. Depuis 2007, la dette publique a explosé de plus de 600 milliards d’euros, passant de 64% à plus de 89% du PIB en 2012.

- 1 789,4 milliards d'euros dette publique soit 89,3% du PIB fin mars 2012

- la dette publique de la France est passée de 64.2% du PIB en 2007 à 89,3% en fin mars 2012

- 150,8 milliards de déficit budgétaire (2010)

- 70 milliards de déficit commercial (commerce extérieur) en 2011 (39,1 milliards en 2007) - - Déficit Sécurité Sociale : 13,3 milliards e

NS : "Je n’augmenterai pas les impôts, mais au contraire ferai tout pour les baisser". Programme présidentiel de 2007.

Résultat : 75 milliards d’euros de cadeaux fiscaux. A 43,4% en 2007, le taux de prélèvements obligatoires atteindra 45% en 2012.

- 2,46 millions d’euros de salaire moyen, soit 150 SMIC, pour les patrons du CAC40.

- 37,4 milliards d'euros de dividendes versés aux actionnaires des sociétés du CAC40

- 2 milliards de baisse de l’Impôt Sur la Fortune pour les plus riches.

Résultat : Exonération "cadeaux" aux entreprises. La réduction Fillon permet aux entreprises certaines exonérations de cotisations sociales jusqu'à 1,6 fois le SMIC. Résultat, cela coûte une fortune, environ 30 milliards par an.

NS : "Je n’accepte pas l’idée d’une désindustrialisation inévitable (…). Je n’accepte pas l’idée d’une France sans usine". Discours à Rouen, avril 2007.

Résultat : 350.000 emplois industriels détruits. Selon une étude de Trendeo, au cours des 3 dernières années (2009-2010-2011) la France a perdu près de 900 usines et 100 000 emplois industriels. Au cours des dix dernières années (2002-2012) c'est 750.000 emplois de perdus, chiffres absolument vertigineux.

NS : "Je veux être le président de l’augmentation du pouvoir d’achat." Congrès de l’UMP, janvier 2007.

Résultat : 337.000 pauvres. De 2007 à 2012, près de 337.000 personnes supplémentaires sont passées sous le seuil de pauvreté – 954 euros par mois en 2009 – selon l’Insee, soit 8,2 millions de Français. Il s’agit de l’augmentation la plus brutale mesurée depuis que cet indicateur est suivi.

Résultat : Augmentation de 172% du salaire du chef de l’État, décidée au début du quinquennat en 2007.

NS : "Je veux une République irréprochable."

Résultat : Liberté.

- 38e en 2011, au classement mondial de la liberté de la presse

- 9ème au classement des droits de l'homme dans l'UE

- suppression purement et simplement du secrétariat aux droits de l'homme en juin 2009

Résultat : Corruption.

- 25e au classement mondial de la perception de la corruption.

- 14e au classement européen de la perception de la corruption.

Résultat : Sécurité.

- 12 469 emplois de policiers et gendarmes supprimés entre fin 2007 et 2012.

- 21,2% d'augmentation des violences à la personne en 5 ans.

Résultat : Justice. Au total entre 2008 et 2010, suppression de 401 juridictions :

- 21 tribunaux de grande instance (TGI)

- 178 tribunaux d’instance et juridictions de proximité

- 85 greffes détachés de tribunaux d’instance.

Résultat : "les affaires" du quinquennat de Sarkozy. On ne peut pas affirmer que les années 2007/2012 auront été un fleuve tranquille puisque émaillées d'affaires, scandales, magouilles et condamnations en tout genre, "mouillants" ministres et entourage voire l'ex chef de l’État lui-même.

Ces affaires ont pour nom :

- l'affaire Karachi Gate,

- l'affaire Takieddine,

- l'affaire Bettencourt,

- l'affaire Woerth (hippodrome de Compiègne)

- l'affaire Clearstream,

- les affaires Wildenstein,

- les voyages de Michelle Alliot-Marie en Tunisie,

- le scandale Joyandet,

- la nomination de Jean Sarkozy,

- les cigares de Christian Blanc,

- les condamnations d’Hortefeux,

- la légion d'honneur du couturier de Sarkozy,

- la légion d'honneur de l'expert comptable d'Eric Woerth,

- la légion d'honneur de Jacques Servier

- la légion d'honneur de Patrice de Maistre (gestionnaire des Bettencourt),

- les micros partis de Wauquiez, Copé, Woerth,

- les amis placés ici où là,

- le scandale Georges Tron,

- l'espionnage du Monde,

- le fiasco à propos des vaccins contre le H1N1,

- l'espionnage de Médiapart,

- l'affaire des fadettes.

- les comptes de campagne 2012

- financement libyen campagne 2007

- sondages de l'Elysée, soupçons de favoritisme

- affaire Tapie-Lagarde, rôle de l'Elysée

- affaire Karachi, soupçons financement campagne Balladur 1995 - trafic d'influence.

Conclusion :

Je n'en ai rien à faire de Sarkozy, Qu'a t'il fait en son temps ? Il a mis la France dans la merde. Les Français n'en veulent pas.

J'ai parfois exprimé mon sentiment sur ces deux hommes, mais, quand même, François Hollande ne doit son absence de résultats qu'à l'héritage.

Les crises qui ont secoué le monde depuis 2012 ne sont pas l'oeuvre de François Hollande. C'est tellement facile et réducteur de l'accuser à tort et en même temps cela montre l’imbécillité profonde des donneurs de leçons et des medias !

Rive Gauche

Voila le visage de la droite !
Voila le visage de la droite !
Voila le visage de la droite !

Voila le visage de la droite !

Lire la suite

Faites comme moi, n’achetez pas ce livre !

Publié le 5 Septembre 2014 par Rive gauche

Lorsque la raison sombre, lorsque un "écrit littéraire" épouse le mensonge, la turpitude, tout raisonnement devient absurde et minable ! Ce qui fait la différence entre la grandeur d'âme et ceux qui n'en ont pas, c'est la vengeance, c'est le manque de respect pour soi-même et surtout pour les autres !

Faites comme moi, n’achetez pas ce livre ou, si par malheur vous l’avez acheté, faites une bonne action, jetez le à la poubelle !

Par contre, je vous conseille un livre intelligent écrit par un philosophe génial : La Passion de la Méchanceté de Onfray Michel (Auteur) sortie le 27 août 2014 (13 EUR seulement).

Ce soir je sors la poubelle !

Ce soir je sors la poubelle !

Lire la suite

Le livre de Trierweiler s'attire les foudres de la gauche

Publié le 4 Septembre 2014 par Rive gauche

Les responsables politiques ont défendu jeudi François Hollande, cible des attaques de Valérie Trierweiler.

Ségolène Royal et Manuel Valls en tête, ont lancé une vaste contre-offensive. Les responsables politiques de la majorité discréditent l'ouvrage, présenté comme une grotesque charge contre François Hollande.

Ségolène Royal s'est emportée la première, balayant d'un «c'est n'importe quoi !» l'assertion de Valérie Trierweiler. «C'est le contraire de l'engagement politique d'un grand responsable de gauche, socialiste», a-t-elle répliqué. La ministre en veut pour preuve l'action de François Hollande en faveur «des plus précaires» et des «anciens» lorsqu'il était à la tête du conseil général de Corrèze.

Le premier ministre Manuel Valls a volé jeudi au secours du président, dénonçant des «attaques outrancières» et un «mélange de la vie publique et de la vie privée» qui «abaisse le débat».

Secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, Thierry Mandon a laissé lui aussi éclater sa colère: «Je me fiche de ce que pense Mme Trierweiler qui fait beaucoup de mal à la vie publique en faisant ce livre, qui fait beaucoup de mal au métier de journaliste, qui finalement semble nous produire une sorte de marivaudage de supermarché dont on se serait bien passé». Il suffit d'aller à Tulle, d'aller en Corrèze, de regarder un certain nombre de décisions qu'il a prises dans ce quinquennat pour les plus fragiles pour se rendre compte que tout cela est une triste farce», a-t-il encore argué.

François Hollande a même trouvé un «frondeur» pour le soutenir en la personne de Jérôme Guedj qui «ne croit pas» à la formule des «sans-dents» venant d'un «militant socialiste qui a l'égalité chevillée au corps».

Reste à en mesurer les effets sur l'opinion. Pour le politologue Jérôme Saint-Marie, «contrairement à Nicolas Sarkozy auquel on reprochait d'exposer sa vie privée, François Hollande n'est pas à l'initiative de ce mélange des genres».

Stéphane Le Foll préfère ignorer le livre « Je ne l'ai pas lu et je ne le lirai pas », a indiqué le ministre de l'Agriculture.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo s'est exprimé sur Europe 1 : Je ne lirai pas ce livre, et je pense que dans la situation de crise, de profonde déstabilisation de la société française, il y a peut-être d'autres messages à passer ».

« Je ne lirai pas ce bouquin et tout ce qui relève de l'accompagnement de la politique d'une manière paparazzi, cela ne m'intéresse pas », a affirmé Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée nationale. « Vous connaissez une séparation qui se passe bien ? Il y a 50 % des couples qui divorcent en région parisienne. Chacun a sa souffrance et sa petite histoire. Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir écrire un bouquin ».

La ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin s'est exprimée sur France Inter concernant la sortie de l'ouvrage : « Ce qui relève de l'intime relève de l'intime par définition, et je n'ai absolument aucune envie d'entrer dans ce type de curiosité vis-à-vis de quelqu'un qui est chef de l'État ».

Lire la suite

Ras-le-bol du Hollande bashing

Publié le 4 Septembre 2014 par Rive gauche dans Edito

J'en ai marre de la campagne de dénigrement dont est l'objet le président de la République. j'en ai marre de cette tendance qui ne profite qu'aux médias, à tout les médias !

Dénigrement à droite bien sûr...! La droite et ses dirigeants ont toujours nié la légitimité d'un président de gauche élu au suffrage universel et cela devient une espèce de rengaine insupportable.

Dénigrement à gauche, où la parole se libère depuis les résultats calamiteux des dernières élections, et les mauvais résultats économiques...!

Dénigrement de certains journaux comme Le Figaro, Valeurs actuelles (Qui a ainsi doublé son tirage depuis quelques mois )...!

Le ton avait été donné dès le début du quinquennat par le Point le lendemain de l'élection présidentielle puisque le 17 mai, il titrait "Fini de rire". Ce fut ensuite "Pépère est-il à la hauteur ?".

Puis l'Express qui ose "Les cocus de Hollande". "Et si Sarkozy avait eu raison ?".

Le comble est atteint par VSD qui publie deux photos du président Hollande montrant son visage en mai 2011 et en août 2013. À gauche, il est mince. À droite il est bouffi. Et en légende cette simple phrase : "Mais si, il fait le poids."

La presse, de plus en plus en difficulté, y a vu le filon qui allait la sortir du trou dans lequel elle est durablement enfoncée.

Dénigrement sur Internet, en particulier dans les commentaires des articles, ou s'expriment sans retenue la hargne qui caractérise les "trolls" - ces internautes qui interviennent dans les conversations en ligne à coup d'insultes, de provocations, de propos à l'emporte-pièce...! « Président de conseil général », « capitaine de pédalo », « bricoleur », « dictateur » « pépère » ou d'autres noms d'oiseaux, les invectives fusent pour qualifier celui qui a été mis à l’Elysée il y a deux ans et demi.

Et, cerise sur le gâteau, dénigrement d'une ex concubine délaissée...!

La leçon à retenir depuis l'élection de François Hollande est la suivante : ce n’est plus le pouvoir politique qui tient le pouvoir médiatique. Désormais, c’est le pouvoir journalistique qui, flanqué du monopole de l’intouchabilité, fabrique « ses » politiques, puis les mitraille à la faveur d’un populisme vendeur.

L’époque a changé, les moeurs médiatiques aussi. Sous prétexte de transparence le débat y a souvent perdu en clairvoyance, sinon en intelligence.

Ras-le-bol du Hollande bashing
Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog