Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

L'Etat et le contribuable sont généreux avec les intermittents du spectacle

Publié le 8 Juin 2016 par Rive gauche in Edito

Grâce à un accord trouvé par les organisations syndicales et patronales du secteur du spectacle sur leur régime d'assurance spécifique, les intermittents du spectacle vont continuer à pomper le contribuable !

 

Combien coûtent ces fameux intermittents ? Les intermittents représentent 1/3 du déficit du régime de l'assurance chômage, soit 1,18 milliard d'euros, alors qu'ils ne représentent que 3% des demandeurs d’emploi.

En 2015, les indemnités versées se sont élevées à 1,42 milliard d’euros pour 240 millions de cotisations. Différence: 1,18 milliard !!!

C'est l’énorme dérive d’une caisse d’assurance pour les intermittents qui est pointée par la Cour des comptes. Pour rappel, le statut des intermittents du spectacle est unique au monde: pour trois mois travaillés sur 10, huit mois de chômage à taux plein !

Ce système génère aussi d’importants effets indirects. Car lorsqu’ils ne travaillent pas, l’Unédic verse des cotisations pour leur retraite.

Le régime d’indemnisation des intermittents du spectacle est un boulet qui plombe, un peu plus chaque année, les comptes de l’Unedic dont le déficit devait atteindre 4,4 milliards d'euros en 2015 !!!

 

Particulièrement bien implantés dans le monde de l'audiovisuel, les intermittents du spectacle permettent depuis plus de deux décennies au monde de l'audiovisuel de faire tourner de nombreuses sociétés de production.

Ils évoluent dans le maquis des chaînes de télévision et des sociétés de production audiovisuelle. Si bien que certaines de ces boîtes de prod ont fait la fortune de leurs dirigeants: ces fameux animateurs-producteurs que tout le monde connaît, Drucker, Sébastien... ainsi que d'autres sangsues du contribuable.

Ces entreprises tirent bénéfice de la flexibilité de ce système et font ainsi payer à la collectivité une partie de leur masse salariale.

 

Pour calmer les intermittents, le Premier ministre Manuel Valls a laissé entendre que l'Etat était prêt à financer une partie des déficits. Le gouvernement a peur que les intermittents flingue la saison estivale comme en 2014.

 

Curieux pays où la gauche défend des privilégiés et des profiteurs du système qui se cachent derrière le beau mot de Culture, alors que la tonte du contribuable ne cessent de s’aggraver.

Rive Gauche