Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Dédain, mépris, la violence en politique n'est pas un fait nouveau

Publié le 1 Novembre 2016 par Rive gauche in Edito

Si le chef de l'État est la cible de remarques de plus en plus irrespectueuses, n 'a-t-il pas lui-même contribué à amoindrir l'aura que pouvait lui conférer sa fonction ?

"Je n'ai pas de respect pour François Hollande". Voilà ce qu'affirmait, tranquillement, comme si c'était normal, Bruno Le Maire sur Europe 1 lundi. Le candidat à la primaire de la droite n'est pas le seul à faire des remarques d'une telle brutalité. 

Vendredi, Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains, s'est tourné vers Gérard Larcher, président du Sénat, pour lui dire en public : "s'il arrive quelque chose à François Hollande, vous seriez le nouveau président de la République, ce qui ne serait pas forcément une mauvaise affaire." Il souhaite donc à François Hollande, lui aussi très tranquillement et comme si c'était normal, de se retrouver en situation d'incapacité, voire pire.

La médiocrité de la classe politique peut au moins s'expliquer par leur irrésistible envie de pouvoir.

La violence en politique n'est certes pas un fait nouveau. Mais ce dédain, cette façon d'afficher son mépris envers la figure du président, sont inédits. 

Un candidat à la primaire qui n'a pas de respect pour François Hollande voilà un exemple de position contraire aux valeurs fondatrices de cette République. Après la racaille de Sarkozy, les voyous de Copé, voilà une nouvelle glissade de cette droite hautaine et dédaigneuse.

Lorsqu'en 2002, Lionel Jospin disait de Jacques Chirac qu'il était "vieilli, usé, fatigué", c'était irrespectueux et avait été lourdement sanctionné dans l'opinion. Mais il s'agissait d'une confrontation au plus haut niveau de l'État, entre le locataire de Matignon et celui de l'Élysée, tous deux adversaires dans la course à la présidentielle.

Aujourd'hui, ce sont des responsables politiques d'envergure moindre, comme Bruno Le Maire, Laurent Wauquiez ou d'autres, qui se livrent à ce qui relève de l'outrance verbale. Et ce, en toute impunité.

Le Hollande bashing véritable sport national rythme la vie politico médiatique et entretient une détestable ambiance de chasse à l’homme. Il ne laisse passer que l’aigreur et le ressentiment dont le seul responsable et le seul réceptacle est le président de la République; le tout faisant bien sûr le jeu des extrêmes de tout poil qui ont pour prénoms : Jean-Luc ou Marine.

La droite et ses dirigeants ont toujours nié la légitimité d'un Président de gauche élu au suffrage universel et cela devient une espèce de rengaine insupportable.
Chaque fois que la gauche parvient au pouvoir, des cercles politiques de droite se mobilisent contre ses décisions jugées hostiles à leurs yeux car venant de gauche.
Pour la droite, la gauche au pouvoir est une hérésie !


En écrivant cet article, je m'aperçois que je fais beaucoup trop d'honneur à cette droite qui n'en mérite aucun.

Rive Gauche