Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Un déjeuner et une réunion de soutien à l'Assemblée: Manuel Valls revient dans le jeu politique

Publié le 1 Mars 2017 par Rive gauche in Présidentielle 2017

Depuis qu’il est rentré de ses vacances en Espagne, le perdant de la primaire a reçu des centaines de coups de fil et de SMS de socialistes à la recherche de consignes.

Manuel Valls a passé sa journée de mardi à écouter les doléances de ceux – députés, sénateurs, membres du gouvernement – qui l’avaient soutenu à la primaire et qui ne se retrouvent pas forcément dans la campagne de Benoît Hamon.

«Je vous invite à rester ensemble et à faire en sorte que le réformisme, que j’ai porté avec vous, puisse continuer à être incarné, a déclaré Valls, devant quelque 300 personnes réunies mardi soir salle Colbert à l’Assemblée nationale.

Pour Valls, cette réapparition était nécessaire mais compliquée. Ses proches assurent qu’il n’a pas l’intention d’être un «commentateur revanchard» d’une course à l’Elysée dont il a été éliminé.

L’ancien ministre de l’Intérieur sait aussi que le moindre de ses mots sera disséqué comme un éventuel signal de dissension voire de division.

A ce déjeuner, ils étaient 17 convives autour d’un plat de poisson, dont six membres du gouvernement :
Laurence Rossignol, le Garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem et les secrétaires d’Etat Juliette Méadel (Aide aux victimes), Jean-Marie Le Guen (Développement) et Ségolène Neuville (Personnes handicapées).

Autour de la table, des piliers de la vallsie – son suppléant Carlos da Silva, le maire d’Evry Francis Chouat – et l’ossature de sa primaire : son ex-directeur de campagne Didier Guillaume, les députés Philippe Doucet, Hugues Fourage, Elisabeth Guigou, Malek Boutih, Olivier Dussopt, Christophe Borgel et des porte-parole comme Elsa di Méo, l’opposante au frontiste David Rachline à Fréjus, ou Mathieu Klein, président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle.

Car, pour tous les participants, le danger du Front national confère à Manuel Valls une responsabilité. «Il a toujours fait ce qu’il fallait face au FN, rappelle Hugues Fourage. Qu’il s’exprime le moment venu n’est pas impossible mais aujourd’hui n’est pas le moment»

Lire la suite lien ci-joint :