Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

François Hollande : Et si, dans quelques semaines, on le regrettait ?

Publié le 6 Juillet 2017 par Rive gauche in Edito

Comment mieux préparer l'opinion à de futures mesures impopulaires dont la seule responsabilité incombera dès lors à François Hollande ?
Gel du point d'indice des fonctionnaires, pour 2018 seulement ?
la suppression de la taxe d'habitation pour ... ?
report éventuel de la réforme de l'ISF…
Encore un peu et on apprendra bientôt que le CICE ne se transformera pas tout de suite en baisses de charges

François Hollande, au-delà de ses échecs et de son impopularité, a joué les mères poules, obsédé par l'unité nationale.

Cet homme jovial, toujours en empathie avec les humains qu’il croise, a souvent été accusé du péché d’indifférence. A tort.

Derrière son sourire de chanoine, sa bonhomie virant parfois à l’espièglerie, il cache une nature plus tourmentée qu’il n’y paraît.

Alors, durant cinq ans, il a fait de son mieux pour apaiser, tranquilliser, rassurer, soulager.

Il a joué les brancardiers durant la période des attentats, obsédé par l’idée que le terrorisme pouvait conduire la nation dans un chaos irrémédiable.

Dans la tourmente, il a protégé tant bien que mal l’unité nationale refusant de trancher dans la querelle idéologique entre les frondeurs et les défenseurs d’une ligne plus libérale, qui était la sienne.

Il a bien tenté d’imposer une politique économique déterminée, en lançant le pacte de responsabilité, mais, très vite, il n’a pas eu l’audace de le défendre devant le pays avec la détermination d’une Thatcher ou d’un Schröder.

Reste l’image d’un homme qui ne tranche pas, recherchant comme le Graal un consensus impossible.

Il y a perdu beaucoup, car sa méthode de gouvernement est apparue aux yeux d’une grande majorité de Français comme une forme d’immobilisme suprême.

Que pensera-t-on de lui dans quelques mois, quand il redeviendra un citoyen presque ordinaire ?

il pourrait bien apparaître comme un repère de stabilité, comme un chef d’Etat qui n’a jamais ménagé son temps pour être à l’écoute du pays. A son rythme de père tranquille. Malgré les échecs et les doutes.

Il y aura alors, peut-être un vent de nostalgie autour de lui, un regard moins sévère sur sa méthode, comme Jacques Chirac en bénéficie depuis des années. Une forme de réhabilitation ?

Lire la suite ici :