Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Que reste-t-il de cette anaphore "Moi, Président de la République, je…" cinq ans plus tard ?

Publié le 3 Mai 2017 par Rive gauche in Edito

"Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Élysée"

Si François Hollande n’a pas reproduit les grands-messes de Nicolas Sarkozy qui recevait l’intégralité du groupe majoritaire au Château, il a quand même brisé cet engagement en recevant des parlementaires socialistes.

"Moi, président de la République, je ne traiterai pas mon premier ministre de collaborateur"

A la différence de Nicolas Sarkozy qui avait qualifié François Fillon de "collaborateur", François Hollande n’a, publiquement, jamais parlé ainsi de Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve.

"Moi, président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fond pour mon propre parti dans un hôtel parisien"

François Hollande n’a jamais participé à un tel événement du quinquennat.

"Moi, président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet, alors que l'avis du CSM n'a pas été dans ce sens"

S’il n’a pas pu réformer le Conseil supérieur de la magistrature comme il s’y était engagé, cette assertion est plutôt vraie.

"Moi, président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publiques"

François Hollande a fait adopter, en 2013, un projet de loi de réforme du CSA. C’est ainsi cette instance qui a le pouvoir de nomination des présidents de l’audiovisuel public.

"Moi, président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire"

Difficile de se prononcer sur cette promesse sans avoir un jugement de valeurs.

"Moi, président de la République, j'aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l'Etat, de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonction venaient à être contestés, je puisse m'expliquer"

François Hollande n’a pas réformé le statut pénal du chef de l’Etat comme il s’y était engagé

"Moi, président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d'hommes"

Le premier gouvernement Ayrault était paritaire. Le dernier gouvernement Cazeneuve également. Entre temps, au gré des mini-remaniements et des gros remaniements, la parité n’a pas toujours été totalement respectée, à une ou deux unités près.

"Moi, président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourront pas rentrer dans un conflit d'intérêt"

François Hollande l’a fait. Dès le début du quinquennat, il a instauré une charte éthique pour les membres du gouvernement.

"Moi, président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local"

Au tout début, tout le gouvernement s’est plié à cette promesse de ne pas cumuler un mandat exécutif local avec la fonction de ministre. Mais cette règle, après avoir été contredite brièvement par Frédéric Cuvillier, a volé en éclat avec la réélection de Jean-Yves Le Drian à la présidence de la région Bretagne en 2015.

"Moi, président de la République, je ferai un acte de décentralisation"

En instaurant les métropoles et en faisant adopter sa réforme territoriale avec une nouvelle carte de France à 13 régions, François Hollande a tenu parole sur la question de la décentralisation.

"Moi, président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés"

Au début du quinquennat, chaque année, François Hollande tenait une conférence sociale permettant un dialogue avec les partenaires sociaux en vue des réformes à venir. Une loi sur le dialogue social et l’emploi a été votée en 2015 sous la houlette de François Rebsamen.
En revanche, la dernière grande loi du quinquennat, la décriée loi Travail, a été finalement approuvée par la CFDT mais pas par les autres syndicats qui ont mené une importante contestation sociale dans la rue.

"Moi, président de la République, j'engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l'énergie"

S’il n’a pas fait un grand événement comme le "Grenelle de l’environnement" de Nicolas Sarkozy, François Hollande a installé un conseil national du débat sur la transition énergétique, préalable à la loi portée par Ségolène Royal.

"Moi, président de la République, j'introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives [...], pour celles de 2017"

Demandée par de nombreuses forces politiques, du FN au Modem en passant par EELV, la réforme constitutionnelle permettant d’introduire une part de proportionnelle aux élections législatives n’a jamais été menée par François Hollande.

"Moi, président de la République, j'essaierai d'avoir de la hauteur de vue"

Sur ce point-là, je vous laisse seul juge.