Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Grève des médecins : la porte de la concertation est ouverte selon Touraine, mais les cabinets restent fermés

Publié le 30 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Serment d'Hippocrate ou serment d’Hypocrite ?

Cela fait bien longtemps que beaucoup d'entre eux ont oublié le serment d'Hippocrate. Cette grève met en évidence toute l'arrogance de la corporation qui n'a toujours pas compris qu'elle n'était plus une caste ! Le corporatisme fait encore des ravages, pourvu que la ministre résiste au lobby des médecins.

Cette grève est scandaleuse. Alors que tous les Français sont appelés à faire des sacrifices, ces privilégiés en veulent toujours plus.

Et si les patients/clients refusaient de sortir leur carte bleue, leur chéquier, leur porte-monnaie, à la fin de la consultation, une fois leur ordonnance en poche ?

Que penser de l'Ordre des médecins ?

Il fut créé par Pétain, François Mitterrand voulait le supprimer, il n'y est pas parvenu ! Cet ordre fait le jeu des bénis par Hippocrate, les boulons sont serrés, c'est la lutte du pot de terre contre le pot de fer !

Tiers payant généralisé point de blocage : Une profession protégée.

Les médecins Français sont décidément des conservateurs, historiquement ils se sont opposés à la sécurité sociale, aujourd'hui ils refusent le tiers payant.

Ils craignent surtout que la réalité de leurs activités apparaissent :

Les professionnels de santé reçoivent chaque année un SNIR. Il se compose d’un relevé d'honoraires et d’un Relevé Individuel d'Activité et de Prescriptions (Voir site Ameli.fr).

Dans ce document figure pour chaque caisse le montant des actes remboursés effectués par le praticien, ainsi que le montant total annuel des honoraires. Ce document doit être fourni à l'AGA et aux services fiscaux sur demande (qui comparent aux revenus déclarés).

Donc impossible pour les professionnels de santé conventionnés de frauder en "omettant" de déclarer les honoraires perçus en liquide.

Autre pomme de discorde :

l'idée de confier à des paramédicaux (pharmaciens et sages-femmes) le soin de réaliser certains actes, comme la vaccination. Un transfert de compétences que les médecins ne digèrent pas.

Non seulement j'espère que le gouvernement ne va pas céder, mais je suis pour interdire tout dépassement d'honoraires ce que malheureusement aucun gouvernement n'osera faire.

Des revendications qui n'ont rien à voir avec la loi santé:

La loi santé n'est pas le chapitre essentiel du mécontentement des généralistes. La revalorisation de la consultation à 25 euros et la visite à 56 euros sont les principales revendications des généralistes, malgré les 3,4% d'augmentation obtenu sur les 12 derniers mois (voir le site ameli.fr ) !

Pour une consultation de vingt-trois euros, la Sécurité sociale verse aujourd'hui l'équivalent de huit euros au médecin en rémunérations forfaitaires et cotisations sociales contre seulement cinq euros en 2012. La rémunération des actes médicaux a donc augmenté de près de trois euros dans un contexte de contrainte budgétaire.

L'année dernière, un médecin généraliste a reçu en moyenne entre 5.700 et 5.800 euros de la part de la sécurité sociale. (source site Ameli.fr)

Ils demandent une augmentation du tarif de leurs consultations, sous les regards abasourdis des autres catégories sociales auxquelles on demande des efforts pour sortir de la crise.

Dans le contexte économique actuel, caractérisé par une forte sensibilité aux questions financières et par le sentiment d'une baisse du pouvoir d'achat, une telle revendication est surprenante, incongrue et inadmissible.

Leur formation est payée par la collectivité, leurs revenus également garantis, et leur clientèle est protégée par un numerus clausus !

Il est temps que l'Etat reprenne en main la santé publique et en premier lieu le monde médical. Revenons aux normes antérieures, le temps où les tarifs étaient uniques pour les généralistes d'une part, les spécialistes d'autre part.

A cela, on pourra ajouter des mesures plus ciblées comme par exemple la prise des gardes le week-end par tous, et l'obligation pour les médecins d'investir les déserts medicaux.

Le train a depuis longtemps déraillé, et en cette fin 2014, année de colères généralisées des nantis de la République (Pilotes, notaires, avocats, médecins, etc...), j’ai une pénible impression d’être le dindon d'une farce dans laquelle je ne jouerais que le rôle qu’on veut bien me donner : celui du figurant mutique.

 le rôle qu’on veut bien me donner : celui du figurant mutique.

le rôle qu’on veut bien me donner : celui du figurant mutique.

commentaires

Pourquoi le tiers payant généralisé fait-il peur aux médecins ?

Publié le 29 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Réponse ici :

Les professionnels de santé reçoivent chaque année un SNIR. Il se compose d’un relevé d'honoraires et d’un Relevé Individuel d'Activité et de Prescriptions (Voir site Ameli.fr).

Dans ce document figure pour chaque caisse le montant des actes remboursés effectués par le praticien, ainsi que le montant total annuel des honoraires.

Ce document doit être fourni à l'AGA et aux services fiscaux sur demande (qui comparent aux revenus déclarés).

Donc impossible pour les professionnels de santé conventionnés de frauder en "omettant" de déclarer les honoraires perçus en liquide !

commentaires

Populisme = amour du peuple ? Donc oui, populisme = démagogie.

Publié le 29 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Dans le dictionnaire, j’ai trouvé la définition suivante de populisme : Il s’agit d’un attitude politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profonde, de le défendre contre les divers torts qui lui sont faits.

Le vice-président du Front national était l'invité d'Europe 1 lundi matin 29 décembre. Son discours comme celui de Marine Le Pen ou d'autres dirigeants du FN inspirent mon édito.

Le FN n'a pas d'autre programme que le populisme :

Les cadres de ce parti critiquent les élites et placent le peuple au cœur de leurs discours politiques. Aux dernières élections, dans les différents pays de l’Union européenne, les partis populistes font entendre leurs voix. Leurs aspirations divergent selon l’histoire et la localisation géographique du pays : Contre l’austérité, l’euro, l’union politique ou le règne des plus forts…!

Être populiste, au sens propre, c'est faire croire au peuple qu'il a toujours raison.

C'est vrai, la crise, les affaires, la délinquance, le ressentiment contre les élites, tout ce qui avive sert le FN et Marine Le Pen en joue – avec cynisme, parce qu'elle n'a aucune vraie solution à ces problèmes.

Le FN a l'avantage de n'avoir jamais exercé le pouvoir.

C'est cela qu'il faut mettre en avant face au FN : son inexpérience, ses pratiques douteuses qui ne le qualifient pas pour donner des leçons.

Il faut l'observer, le critiquer. Ne plus se contenter de lui opposer des anathèmes, mais des arguments. Ce n'est pas seulement en criant « à bas le FN » qu'on le fera tomber de haut.

Le message du populiste est simple et clair :

- Il y a le bouc émissaire comme les élites au pouvoir, le monde financier, l’impérialisme américain etc.

- Il y la promesse de donner le pouvoir au peuple, de changer le monde, de redistribuer la richesse, de créer de la prospérité pour les plus pauvres.

- Ces messages proclamés par un leader charismatique, voilà, les ingrédients pour un mouvement politique populiste.

Un tel message, n'est-il pas démagogique ?

Oui, car les promesses sont irréalistes et ne répondent qu'aux frustrations du peuple. Des promesses pour gagner de la sympathie, pour gagner des votes.

Le démagogue dit ce que le peuple veut entendre.

Populisme = dire ce que le peuple veut entendre pour se faire élire.

Populisme = amour du peuple ? Donc oui, populisme = démagogie.
commentaires

Grève des médecins : Des syndicats tout-puissants mais non représentatifs

Publié le 28 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

La représentativité des syndicats ne se pose pas uniquement dans le monde des salariés, mais aussi dans le milieu des médecins libéraux. Et pourtant les échanges entre le gouvernement et la profession ne peuvent passer que par ces syndicats non représentatifs.

Un chiffre révélateur :

Environ 90% des médecins ne savent pas ce qu’il y a dans la loi santé de Marisol Touraine. Il y a pourtant 5 syndicats, mais curieusement, le message ne semble pas être parvenu jusqu’aux cabinets des médecins alors qu’ils sont directement concernés.

Ces derniers mois, aucun des cinq syndicats de médecins n’a contesté ouvertement la loi à venir, alors qu’ils avaient été consultés.

Les profits des actionnaires des cliniques privées seraient-ils en danger ?

- La Cour des comptes avait prévenu en septembre la nécessité de revenir à l’équilibre économique pour la Sécurité sociale d’ici 2017. Un effort supplémentaire demandé aux libéraux qui les exaspère et fait craindre aux médecins une austérité étouffant la médecine libérale donc les profits des cliniques privées.

La grève des médecins a démarré contre le projet de loi santé porté par Marisol Touraine. En réalité, cette grève est un soutien explicite aux directeurs des cliniques privées, même si ce n'est pas la motivation de la plupart des grévistes.

- Ce qui se joue ici, c’est une certaine façon d’exercer la médecine. C’est la destruction d’une médecine de l’individu, au profit d’une industrie de santé adossée aux appétits des assureurs et des actionnaires.

- Cette grève est une alliance des syndicats de médecins classés plutôt à droite comme la Confédération des syndicats médicaux de France ( CSMF) et la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP Fédération patronale) qui prévoit une grève des cliniques début janvier. Pour préciser le caractère de patron de choc de la FHP, il suffit de consulter son site.

Si l’on compare le syndicalisme médical français avec celui d’autres pays, on ne peut être que frappé par la défense des principes de la médecine libérale qui domine.

Pour la CSMF et la FHP le combat contre l’hospitalisation publique et pour les parts de marché de l’hospitalisation privée est donc affirmé. L’identité libérale l’emporte.

- La droite médicale libérale mobilise sur plusieurs aspects : Derrière la grève des médecins libéraux, le lobby des cliniques privées lucratives et des groupes financiers est à l’offensive. On sait ce que cela donne déjà dans certaines villes : l’opération chirurgicale et les actes rémunérateurs dans le privé, les soins postopératoires dans le public.

En clair et sans décodeur : liberté d’accorder ou de refuser des soins, liberté de traiter le patient à sa guise, liberté de réclamer des honoraires élevés. Le patient devient un client.

Les médecins refusent également l’institutionnalisation des relations avec les caisses et les mutuelles, au nom de la préservation du caractère libéral de leur exercice.

- C’est le régime de Vichy qui crée l’ordre des médecins par le décret du 7 octobre 1940. Cette tache originelle de l’Ordre des médecins a favorisé la renaissance de la CSMF après la Seconde Guerre mondiale et surtout renforcé sa légitimité comme principal porte-parole de la profession médicale sur la base de l’affirmation des principes de la médecine libérale.

Le glissement à droite du corps médical est très sensible au niveau parlementaire.

Cette grève n’est qu’une affaire d’argent !

La grève des médecins libéraux est un soutien explicite aux directeurs des cliniques privées, même si ce n'est certes pas la motivation de la plupart des grévistes.

Grève des médecins : Des syndicats tout-puissants mais non représentatifs
Grève des médecins : Des syndicats tout-puissants mais non représentatifs
commentaires

Grève des médecins : Serment d'Hippocrate ou serment d’Hypocrite ?

Publié le 27 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Des revendications qui n'ont rien à voir avec la loi santé.

La ministre s'est pourtant montrée ouverte au dialogue. Après avoir relancé les concertations avec les professionnels en décembre, Marisol Touraine a annoncé le report de l'examen du texte par le Parlement au printemps, envisagé la réécriture de certains points et promis des garanties sur le tiers payant.

Mais la loi santé n'est pas le chapitre essentiel du mécontentement des généralistes. La revalorisation de la consultation à 25 euros et la visite à 56 euros sont les principales revendications des généralistes, malgré les 3,4% d'augmentation obtenu sur les 12 derniers mois (voir le site ameli.fr ) !

Ils demandent une augmentation du tarif de leurs consultations, sous les regards abasourdis des autres catégories sociales auxquelles on demande des efforts pour sortir de la crise.

Dans le contexte économique actuel, caractérisé par une forte sensibilité aux questions financières et par le sentiment d'une baisse du pouvoir d'achat, une telle revendication est surprenante, incongrue et inadmissible.

Leur formation est payée par la collectivité, leurs revenus également garantis, et leur clientèle est protégée par un numerus clausus !

Il est temps que l'Etat reprenne en main la santé publique et en premier lieu le monde médical. Revenons aux normes antérieures, le temps où les tarifs étaient uniques pour les généralistes d'une part, les spécialistes d'autre part. A cela, on pourra ajouter des mesures plus ciblées comme par exemple la prise des gardes par tous.

Sans la sécu comment ces beaux messieurs libéraux vivraient-ils ? N'est on pas fondé dans ce cas à leur demander des contreparties ?

La grève, à mon sens, est une démarche désuète dans le contexte actuel. Je ne parviens pas à comprendre ce choix.

Le train a depuis longtemps déraillé, et en cette fin 2014, année de colères généralisées des nantis de la République (Pilotes, notaires, avocats, médecins, etc...), j’ai une pénible impression d’être le dindon d"une farce dans laquelle je ne jouerais que le rôle qu’on veut bien me donner : celui du figurant mutique.

Grève des médecins : Serment d'Hippocrate ou serment d’Hypocrite ?
Grève des médecins : Serment d'Hippocrate ou serment d’Hypocrite ?
Grève des médecins : Serment d'Hippocrate ou serment d’Hypocrite ?
commentaires

Le vrai fléau de la France, ce n'est pas le chômage mais l'assistanat

Publié le 25 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Le 24 décembre, notre gouvernement a été contraint d'annoncer les mauvais chiffres du chômage du mois de novembre: 27.400 nouveaux inscrits en catégorie A, pour un total de 3,488 millions de demandeurs d'emploi.

L'assistanat favorise le chômage :

- Pour une personne seule, le RSA atteint 510 euros par mois,

- un couple sans enfants bénéficiaire du RSA perçoit environ 800 euros,

- pour un parent seul avec un enfant à charge, le RSA s'élève à 900 euros par mois, à chaque enfant à charge, ce montant est ensuite majoré de 200 euros.

- Le SMIC confère un salaire mensuel d’un peu plus de 1 130 euros.

Le smicard gagne donc plus. Cependant, grâce à leur statut, les bénéficiaires des minima sociaux ont droit à de nombreux avantages que n’ont pas forcément les smicards : gratuité ou réduction sur les transports en commun, les cantines, les crèches ou les centres aérés, services de garde, tarifs sociaux du téléphone ou de l’électricité.

Les nombreuses aides (seize en moyenne, selon un rapport sénatorial) sont accordées par les municipalités et les conseils généraux. Les dépenses sociales accaparent aujourd’hui les deux tiers des budgets des conseils généraux et la dérive continue à s’accélérer.

D’après un rapport du Conseil des comptes, toutes ces aides locales peuvent représenter jusqu’à 30 % du revenu d’un foyer au RSA. Elles réduisent donc l’écart de revenu entre RSA et SMIC.

Résultat, de nombreux Français se désintéressent des emplois industriels ou pénibles :

Faire les trois huit pour gagner 100 ou 200 euros supplémentaires est un choix que de nombreux attributaires des minima sociaux se refusent à faire.

On comprend mieux dès lors que, trois ans après son lancement, le RSA ne soit pas parvenu à son objectif qui était de favoriser la reprise du travail. Il est aujourd’hui perçu chaque mois par 1,8 million de Français. Les deux tiers n’ont aucune activité et bénéficient du « RSA socle » qui correspond à l’ancien RMI.

Le coût du RSA pour les finances publiques est loin d’être négligeable : 10 milliards d’euros :

10 milliards pour le RSA, 50 milliards de fraude fiscale et quelques dizaines de milliards de fraude à la TVA, sans parler des autres fraudes, que la Cour des comptes évalue à 1,5 milliard d’euros (0,8 milliard d’allocations chômage indûment perçues, le 0,7 milliard restant pour la CAF).

C'est un budget énorme totalement injustifié que seule la France déploie sur le dos des contribuables avec comme emblème : la grande générosité de la France. Toutes ces aides permettent de conserver la paix sociale.

L'assistanat finit de détruire le lien social:

La société française est bien malade et pas seulement du cancer du chômage! Les aides sociales distribuées sans contrepartie ont créé des générations d'assistés, incapables de se prendre en charge et de se rendre utiles, même s'ils en sont physiquement capables.

Ces "assistés permanents" transmettent à leurs enfants un mode de vie destructeur pour leur dignité et leur sens des responsabilités. Si rien n'est fait pour réintégrer le plus grand nombre de personnes possibles, qui devront se lever tôt le matin, accepter des contraintes pour "gagner" leur vie, cette frange de la population dépressive, de plus en plus irresponsable, va s'étendre et gangrener encore plus notre société.

Voici comment un système généreux et empathique au départ se trouve totalement dévoyé.

Et si le vrai cancer de la France c'était tout simplement les hommes politiques :

Ceux-là même qui ont mis en place les politiques sociales qu'ils dénoncent aujourd'hui. Sans oublier les soins médicaux que la collectivité finance (CMU 6 milliards, AME 1,5 milliards).

Ceux-là même qui ont permis au chômage de croître dans de telles proportions en organisant ou en laissant faire immigration, délocalisation, dumping social etc.

Ceux-là même qui distribuent le bac à 80 % de la population et qui s'étonnent que l'on ne trouve pas de plombiers ou d'électriciens.

A quand une réelle évaluation des coûts exorbitants de cette politique ? Malheureusement je ne crois pas que nous y parvenions rapidement en tout cas ça ne sera pas pour 2017 quel que soit celui qui sera élu.

La pauvreté est un sujet important, mais le meilleur moyen de la combattre est de favoriser la création d’activité et d’emplois.

Le vrai fléau de la France, ce n'est pas le chômage mais l'assistanat
Le vrai fléau de la France, ce n'est pas le chômage mais l'assistanat
commentaires

Les défis de Sarkozy, le Messie de l'UMP multiplie les miracles à Paris, comme Jésus multiplia les miracles en Palestine

Publié le 25 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Qui a dit que les miracles n'existaient pas ?

La preuve : Une cure UMPéiste drastique a été administrée à la colonne dépense.

La recette a été radicale : les départs à la retraite n'ont pas été remplacés, les hauts salaires ont été réduits et plafonnés à 6 000 euros et les dépenses de fonctionnement traquées. Par ailleurs, Sarkozy a décidé de supprimer le parc de trois véhicules de fonction avec chauffeur. Seule la présidence en conserve une pour ses déplacements.

Fin des voitures de fonction...Sauf pour lui !

Rigueur à l'UMP...Sauf pour lui et ses copains !

Le prochain grand moyen qui servira à faire rentrer de l'argent dans les caisses sera la croissance des adhésions.

Trop fort le Nicolas de l'UMP ! Pourtant en 5 ans (2007-2012) Sarkozy le président n'a pas fait de miracle :

- chômage (1 million de chômeurs supplémentaires) et précarité battent tous les records

- pouvoir d'achat en berne

- croissance quasi nulle

- la dette explose (600 milliards de dette supplémentaire)

- l’insécurité progresse (21% de violences contre les personnes)

- l’Education nationale se détériore (80000 suppressions de postes)

- et 350000 emplois industriels perdus depuis 2007.

- 150,8 milliards de déficit budgétaire (2010)

- 70 milliards de déficit commercial (commerce extérieur) en 2011 (39,1 milliards en 2007)

- 1 789,4 milliards d'euros dette publique soit 89,3% du PIB fin mars 2012

- la dette publique de la France est passée de 64.2% du PIB en 2007 à 89,3% en fin mars 2012

En Palestine, il y a très longtemps, Jésus multiplia les pains... A Paris, de 2007 à 2012, Sarkozy ne fit pas de miracles ! Il n"a pu éviter l'explosion des déficits budgétaires, ni réduire le chômage ! Ainsi va le monde !

Les défis de Sarkozy, le Messie de l'UMP multiplie les miracles à Paris, comme Jésus multiplia les miracles en Palestine
commentaires

Le vrai fléau de la France, ce n'est pas le chômage mais l'assistanat

Publié le 25 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

L'assistanat favorise le chômage.

- Pour une personne seule, le RSA atteint 510 euros par mois,

- un couple sans enfants bénéficiaire du RSA perçoit environ 800 euros,

- pour un parent seul avec un enfant à charge, le RSA s'élève à 900 euros par mois, à chaque enfant à charge, ce montant est ensuite majoré de 200 euros.

- Le SMIC confère un salaire mensuel d’un peu plus de 1 130 euros.

Le smicard gagne donc plus.

Cependant, grâce à leur statut, les bénéficiaires des minima sociaux ont droit à de nombreux avantages que n’ont pas forcément les smicards : gratuité ou réduction sur les transports en commun, les cantines, les crèches ou les centres aérés, services de garde, tarifs sociaux du téléphone ou de l’électricité.

Les nombreuses aides (seize en moyenne, selon un rapport sénatorial) sont accordées par les municipalités et les conseils généraux. Les dépenses sociales accaparent aujourd’hui les deux tiers des budgets des conseils généraux et la dérive continue à s’accélérer.

D’après un rapport du Conseil des comptes, toutes ces aides locales peuvent représenter jusqu’à 30 % du revenu d’un foyer au RSA. Elles réduisent donc l’écart de revenu entre RSA et SMIC.

Résultat, de nombreux Français se désintéressent des emplois industriels ou pénibles : faire les trois huit pour gagner 100 ou 200 euros supplémentaires est un choix que de nombreux attributaires des minima sociaux se refusent à faire.

Le coût du RSA pour les finances publiques est loin d’être négligeable : 10 milliards d’euros.

10 milliards pour le RSA, 50 milliards de fraude fiscale et quelques dizaines de milliards de fraude à la TVA, sans parler des autres fraudes, que la Cour des comptes évalue à 1,5 milliard d’euros (0,8 milliard d’allocations chômage indûment perçues, le 0,7 milliard restant pour la CAF).

On comprend mieux dès lors que, trois ans après son lancement, le RSA ne soit pas parvenu à son objectif qui était de favoriser la reprise du travail. Il est aujourd’hui perçu chaque mois par 1,8 million de Français. Les deux tiers n’ont aucune activité et bénéficient du « RSA socle » qui correspond à l’ancien RMI.

C'est un budget énorme totalement injustifié que seule la France déploie sur le dos des contribuables avec comme emblème : la grande générosité de la France. Toutes ces aides permettent de conserver la paix sociale.

L'assistanat finit de détruire le lien social:

La société française est bien malade et pas seulement du cancer du chômage! Les aides sociales distribuées sans contrepartie ont créé des générations d'assistés, incapables de se prendre en charge et de se rendre utiles, même s'ils en sont physiquement capables. Ces "assistés permanents" transmettent à leurs enfants un mode de vie destructeur pour leur dignité et leur sens des responsabilités. Si rien n'est fait pour réintégrer le plus grand nombre de personnes possibles, qui devront se lever tôt le matin, accepter des contraintes pour "gagner" leur vie, cette frange de la population dépressive, de plus en plus irresponsable, va s'étendre et gangrener encore plus notre société. Voici comment un système généreux et empathique au départ se trouve totalement dévoyé.

Et si le vrai cancer de la France c'était tout simplement les hommes politiques. Ceux-là même qui ont mis en place les politiques sociales qu'ils dénoncent aujourd'hui. Ceux-là même qui ont permis au chômage de croître dans de telles proportions en organisant ou en laissant faire immigration, délocalisation, dumping social etc. Ceux-là même qui distribuent le bac à 80 % de la population et qui s'étonnent que l'on ne trouve pas de plombiers ou d'électriciens. Malheureusement je ne crois pas que nous y parvenions rapidement en tout cas ça ne sera pas pour 2017 quel que soit celui qui sera élu.

La pauvreté est un sujet important, mais le meilleur moyen de la combattre est de favoriser la création d’activité et d’emplois.

commentaires

Le mélange entre cinglés et vrais fous de Dieu fait peur

Publié le 24 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

J'ai détaché cet extrait qui me parait intéressant :

«On a toujours tendance à traiter de fous des actes qu'on ne comprend pas. Mais il ne faut pas psychiatriser les fanatiques qui combattent en Syrie, ils ne sont pas cliniquement délirants. Ceux-là sont notre image inversée, nous sommes en rivalité mimétique avec eux: ils nous considèrent comme le Grand Satan; pour nous, ils incarnent le Mal. On leur reproche de cacher leurs femmes, ils nous accusent de dénuder les nôtres.

Autres effets miroir: à mesure qu'ils se radicalisent, l'Occident se défait de ses valeurs, les uns n'ayant pas peur de mourir, les autres ayant peur de vivre (de l'eau qu'ils boivent, de la pollution, de la vitesse sur la route, de la fumée, de la maladie…). Nous assistons à cet affrontement: ceux qui ont peur et ceux qui n'ont pas peur.

Selon vous, la lutte contre le terrorisme passerait plus par un combat identitaire que par les armes… C'est en réaffirmant nos valeurs et en étant plus solides qu'on pourra lutter, c'est le seul moyen. Et en cessant de pratiquer la dévalorisation, du monde, du travail, de l'avenir.

Si on propose un idéal aux jeunes, même abject, ils prennent ! Preuve en est avec cet enrôlement de jeunes Français. Or croyez-vous qu'ils prendraient le djihad si l'Occident était capable de proposer un idéal ?»

commentaires

Éric Zemmour s'exprime face à la polémique

Publié le 24 Décembre 2014 par Rive gauche dans Vidéos politiques

Le polémiste Éric Zemmour, accusé d'avoir répondu favorablement à un journaliste italien sur l'idée de déporter 5 millions de musulmans français, s'est expliqué sur l'antenne de RTL, le jeudi 18 décembre face à Yves Calvi.

commentaires

Grève des médecins : Les nantis sont vent debout contre la loi Touraine

Publié le 23 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Ils demandent une augmentation du tarif de leurs consultation, sous les regards abasourdis des autres catégories sociales auxquelles on demande des efforts pour sortir de la crise.

Leur formation est payée par la collectivité, leurs revenus également garantis, et leur clientèle est protégée par un numerus clausus !

Il est temps que l'Etat reprenne en main la santé publique et en premier lieu le monde médical. Revenons aux normes antérieures, le temps où les tarifs étaient uniques pour les généralistes d'une part, les spécialistes d'autre part. A cela, on pourra ajouter des mesures plus ciblées comme par exemple la prise des gardes par tous,

J'ai toujours eu une aversion pour cette profession qui se croit supérieure.

Les généralistes ne demandent que 2900 € d'augmentation mensuelle malgré les 3,4% d'augmentation obtenu sur les 12 derniers mois (voir le site ameli.fr ) c'est peu !

Exemple du généraliste effectuant quotidiennement 15 consultations et 5 visites à domicile (c'est un minimum),

Comme il réclame la consultation à 25 € (23 € actuellement) et la visite à 56 € (33 € actuellement) cela donne (15 x 2) + (5 x 23) = 145 €. Considérons qu'il travaille 20 jours par mois cela donne la coquette somme de 2900 € de plus par mois ! Pas grave la sécu (le patient) paye !

Si on les écoutait, on pourrait réformer le Code du travail, l'inspection du travail, le conseil des prud'hommes mais surtout pas les professions médicales, paramédicales et libérales ?

la France est irréformable : quel que soit le changement proposé, quelle que soit la catégorie concernée, c’est non ! Chacun souhaite garder ses privilèges et désire que l’on s’occupe en priorité de supprimer ceux du voisin.

Grève des médecins : Les nantis sont vent debout contre la loi Touraine
Grève des médecins : Les nantis sont vent debout contre la loi Touraine
Grève des médecins : Les nantis sont vent debout contre la loi Touraine
commentaires

Après les notaires, les avocats, les huissiers, les médecins... Les damnés de la Terre sont dans la rue !

Publié le 22 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Salaires, revenus et bénéfices en hausse : les médecins bien placés, derrière les notaires et les pharmaciens.

Un rapport de l’Inspection générale des Finances (IGF) consacré aux professions réglementées a été dévoilé en mars 2013.

En tête de ce classement figurent les greffiers des tribunaux de commerce avec plus de 29 000 euros nets mensuels, devant les mandataires et administrateurs judiciaires (près de 26 000 euros) et les notaires (plus de 13 000 euros par mois).

Les métiers du monde de la santé figurent en bonne place. Les pharmaciens (7 671 euros) devancent les médecins spécialistes (7 186 euros), les dentistes (6 912 euros), les généralistes (6800 euros nets par mois et leur bénéfice (chiffres d'affaires moins les charges) a progressé de 2,8%.). Les plombiers (1 829 euros) figurent dans la queue de ce classement.

Projet de loi santé : Les grandes orientations de la loi de santé.

Permettre à chacun de mieux se soigner, d’avoir accès à des professionnels dans de bonnes conditions.

- La prévention, socle fondamental de la politique de santé : Lutte contre le tabagisme, expérimentation des salles de shoot, prévention en milieu scolaire, organisation du parcours de soins...

- Généraliser le tiers payant pour lever les obstacles financiers à l’accès aux soins.

- Un service public d’information en santé pour se repérer dans le parcours de soins Mise en place d’un service public d’information en santé, qui se déclinera au niveau national, avec un portail web unique, un numéro de téléphone connu de tous. Le projet de loi institue un « système national des données de santé géré par la CNAM Dossier médical personnel Redéfinition du service public hospitalier.

- Innovations : Lutte contre les ruptures de médicaments avec des plans de gestion des pénuries.

Réorganisation du troisième cycle d'études médicales.

Mesures en faveur des sages femmes.

- Permettre l’action de groupe dans le domaine de la santé. Les patients doivent pouvoir se faire entendre. Introduction de l’action de groupe, en matière de santé.

Les faits :

Les médecins libéraux exigent la réécriture voire le retrait pur et simple du projet de loi santé, dont l’examen par le Parlement est programmé en avril.

Ils récusent le tiers payant intégral et obligatoire, les pouvoirs renforcés des autorités régionales de santé, la délégation de certaines tâches médicales aux phamaciens, sages-femmes et infirmiers.

La réflexion sur la stratégie nationale de santé a commencé dès 2012. Les médecins ont été consultés sur la loi santé jusqu’en juillet. En novembre, Marisol Touraine a annoncé la réouverture de la discussion.

Mon avis : Il serait cependant bon que les médias informent sur les faits

- les urgentistes ne sont pas au forfait jour mais perçoivent les heures supplémentaires et les jours de récupération au delà de 35 heures.

Il eut été pertinents pour les journalistes de faire l'effort de s'informer sur le salaire réel perçu (en brut et non en net) et de préciser qu'ils ont le statut de fonctionnaire pour une retraite à 75%.

- Si les médecins voit le tarif bloqué, ils touchent de manière conservatoire une prime annuelle qui est au minimum de 5000 € ! C'est toujours la SS et donc nous qui payons ! Ils touchent les primes pour maitrise des prescriptions (qui absorbent tout le gain de réduction de la consommation de médicaments), ils ont les compléments de retraite gratuits accordés en compensation de non revalorisation des honoraires et/ou de maintien dans le secteur 1.

Et ne parlons mêmes pas des dépassements d'honoraires de plus en plus élevés

N'oublions pas qu'une grosse partie du trou de la Sécurité Sociale est le fait des professions médicales et paramédicales.

Où est le problème ?

- Ce qui serait souhaitable pour les médecins c'est de rendre à l'Etat ce qu'il leur a donné en terme d'enseignement et d'être contraints de s'installer quelques années dans l'un de ces nombreux déserts médicaux qui s'étendent en France plutôt que de se précipiter dans les beaux quartiers des grandes villes et sur la Côte d'Azur.

- Non seulement les généralistes réclament le passage à 25 € mais il faut savoir qu'ils réclamant aussi la visite à domicile à 56 € au lieu de 33 €. Et ne parlons mêmes pas des dépassements d'honoraires de plus en plus élevés.

Ces médecins modernes n'ont plus rien a voir avec nos anciens médecins qui étaient de garde le week end et qui n'hésitaient pas a ce déplacer si nécessaire. Les médecins feraient bien de relire « Voyage au Bout de la Nuit » pour comprendre ce qu'était la vie d'un toubib avant que la sécu partage la part du généreux gâteau.

Avez-vous bien lu la loi ? Nous n'avons pas le droit de laisser passer ça !

- Le tiers payant généralisé est une insulte au système médical. Cela déresponsabilise les patients. C'est aussi et surtout opter pour un projet qui favorise la "médecine de consommation", alors que l'équilibre des comptes de la SS est de plus en plus incertain. En effet, une loi bien connue en économie indique que ce qui est gratuit est considéré comme sans valeur.

- Le dossier médical appartient au patient et doit être tenu par les médecins et non par les assureurs !

- Augmentation du prix de la consultation de 2 euros. C'est une revendication des généralistes qui finalement sera payée par la sécu et les mutuelles. Il ne faudra pas s'étonner qu'il y ait une augmentation des cotisations.

- Les génériques : Mauvaise copie de médicaments, sans beaucoup de recherches (ça coute cher et ça ne rapporte pas), et délocalisés dans des pays bons marchés mais qui se fichent de la qualité. Un grand nombre d'entre eux viennent de voir leur autorisation de mise sur le marché supprimée car pas (ou peu) d’analyses sur leur efficacité et leur non dangerosité.

- La carte vitale est sous-utilisée : Combien de médecins, de spécialistes consultent l'historique médical théoriquement accessible via le dossier médical personnel. Pourtant ces informations pourraient être utiles en cas d'hospitalisation, d'examens redondants etc, donc source d'économie.

Ras le bol d'être la vache à lait du corps médical... Ras le bol de voir une partie de nos impôts partir dans des remboursements indus ou des soins gratuits !

Après les notaires, les avocats, les huissiers, les médecins... Les damnés de la Terre sont dans la rue !
Après les notaires, les avocats, les huissiers, les médecins... Les damnés de la Terre sont dans la rue !
commentaires

Ma philo : Quelle part faire à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ?

Publié le 20 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Être et paraître, ce ne sont pas que les apparences.

– L’être et le paraître jouent un rôle dans la vie de tous les jours. Il ne faut pas juger que sur le paraître.

– Notre mal-être ne provient-il pas du fait que nous paraissons être au lieu d’être ?

– Le paraître, n’est que le déguisement de son être, afin de ne pas être vulnérable.

– Le Paraître est une façon de se dissimuler.

– Puis-je être sans paraître?

– Le paraître n’influence-t-il pas son être ?

La pensée est ouverte. On repart avec plus de questions, c’est la science du doute.

– On ne vit qu’à travers le regard des autres très souvent. C’est frustrant.

– Quelqu’un qui a le sourire aux lèvres, c’est agréable, mais celui qui sourit tout le temps ne paraît pas sérieux.

– Il existe le délit de faciès dans tous les sens.

La philosophie classique a longtemps distingué entre l’être et le paraître comme on distingue le superficiel du profond. L’apparence, a toujours revêtu une grande importance. Nous avons besoin d’être appréciés, voire d’être aimés des autres. L’apparence détermine toujours une première opinion.

Faut-il opposer être et paraître ? Opposer de la même manière qu’on oppose le blanc et le noir, l’être serait le contraire du paraître.

Etre : lié à l’idée d'exister, subsister, en tout cas ce qui est authentique, ce qui demeure.

Paraître : lié à l’idée d’apparence, du visible, de la tromperie, ce qui paraît n’est pas, en tout cas n’est pas forcément vrai. Donc ne pas être soi-même, en réalité vivre dans l'apparat, se créer un personnage.

L’apparence est-elle donc ce qui cache l’être, ou bien sa manifestation extérieure ?

Que les apparences soient trompeuses, c’est ce que la tradition philosophique répète à loisir. On s’est donc habitué à distinguer le paraître et l’être comme on distingue la surface et la profondeur, comme on distingue le superficiel du profond. Diderot pensait que l’homme est un être fondamentalement ondoyant, et divers, aussi insaisissable que l’eau. Aussi faut-il dire avec force que la surface, l’apparence, l’extériorité sont au moins aussi souvent révélatrices que dissimulatrices.

Tout vêtement est un déguisement, c’est à dire moyen d’inventer une nouvelle guise, une nouvelle manière d’être. Il faudrait donc pour connaître un être aller au-delà de ce qu’il est extérieurement, apparemment, superficiellement.

L’enfant qui grandit commence à garder pour lui nombre de ses sensations, sentiments, affects. C’est ainsi qu’il devient homme, c’est-à-dire un être profond, possédant même trois niveaux de profondeur : ce qu’il montre de lui ; ce qu’il garde pour lui ; ce qu’il garde en lui. Bientôt, il jouera avec son apparence, s’efforçant de paraître autre qu’il n’est en vérité, jouant la sérénité quand il est inquiet, la joie quand il est triste, etc.

Paraître, c’est comparaître. Le regard d’autrui est à la fois ce que nous redoutons par-dessus tout et ce dont nous avons le plus grand désir. Comme le miroir d’ailleurs… Pourquoi allons-nous au miroir ? Pour apprendre quelle image de nous les autres ont usage.

Mais comme est éphémère cette prétendue apparence ! Tout miroir est déformant. nous nous découvrons beau en celui-ci, laid en celui-là. Il semble donc que même le miroir ne saurait nous permettre d’accéder à une image claire et définitive de nous-même, mais toujours en devenir, et trouble.

Il me faut donc paraître, paraître devant autrui, nous faire la proie de leur regard pour espérer nous connaître un peu mieux.

Il faut donc paraître pour être, même si paraître, c’est toujours comparaître, et donc prendre le risque de présenter une apparence qui, bien loin de révéler ce que nous sommes profondément, le cache.

Être et paraître. Ainsi être implique directement le fait d’exister alors que paraître le fait d’avoir l’air d’exister.

L'être s'appui sur ses valeurs propres et l'importance de trouver l'équilibre en soi. Etre vrai, naturel, sans masque, se sentir libre d’agir, libre de s’exprimer, oser un vrai « oui » ou un vrai « non...

Le paraître s'appui sur le regard des autres et sur leurs façons de nous positionner.

"Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes, que d'essayer de paraître ce que nous ne sommes pas " François de La Rochefoucauld.

Rive Gauche

Ma philo : Quelle part faire à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ?
Ma philo : Quelle part faire à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ?
commentaires

La crèche, tradition populaire ou symbole chrétien ?

Publié le 20 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Après celle du conseil général de Vendée, deux autres crèches se retrouveront devant le tribunal administratif le vendredi 19 décembre.

- À Melun, la grande crèche installée dans la cour de l'hôtel de ville est dans le viseur de la Fédération de la libre pensée.

- À Béziers, celle de la mairie sera au centre d'une audience en référé suspension, après une plainte déposée par un Biterrois membre du Parti de gauche.

«La Libre Pensée? Moi je dirais plutôt la pensée totalitaire, s'insurge le maire UMP, Gérard Millet. Ils viennent de m'écrire pour se plaindre des cloches qui sonnent dans la journée! Ce n'est pas une défense de la laïcité, mais une manifestation d'intolérance. L'exposition de notre crèche n'est pas du tout de type propagande religieuse, mais de type culturelle

Même argument à Béziers: «La crèche fait partie d'une tradition: le Nadal occitan», plaide le maire Robert Ménard.

À Melun comme à Béziers, «encouragés par la population», les maires tiennent bon.

Sous la pression de minorités et du communautarisme, voilà encore des décisions stupides qui n'ont pour conséquence que d'irriter la majorité des Français qui vivent harmonieusement laïcité et tradition chrétienne.

Ce genre de débat affligeant et triste ne devrait pas avoir lieu. La crèche est un symbole chrétien et une tradition populaire en France et a fortiori dans un continent de civilisation et de culture chrétienne.

Le christianisme n'est pas une religion comme une autre, il a imprégné toute notre culture depuis 18 siècles. La laïcité n'a rien à voir avec ça. La crèche fait partie de nos traditions, la France a le droit de garder son identité.

C'est étonnant de constater qu'un lobby puisse influencer des magistrats pour faire interdire une crèche. Même combat pour les écolos de la police de l'eau qui interdisent de nettoyer les cours d'eau pour ne pas troubler les anguilles au risque de provoquer des décès humains.

Pauvre France, triste époque.

La crèche, tradition populaire ou symbole chrétien ?
La crèche, tradition populaire ou symbole chrétien ?
commentaires

Les alliés objectifs du FN

Publié le 17 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

"Déportation des musulmans" : plainte contre Éric Zemmour

A noter que, à propos de cette interview, le journaliste italien reconnaît et dit : " Il faut préciser qu’Éric Zemmour n’a jamais dit qu’il fallait déporter 5 millions de musulmans." Eric Zemmour ne fait que rappeler malicieusement des faits historiques avérés.

Réponse de Zemmour dans cette interview : "nous allons vers le chaos". Uniquement par la faute des musulmans français, qui refusent selon lui de vivre "à la française", en "mangeant par exemple du fromage" ou en "plaisantant dans les cafés et en faisant la cour aux jeunes filles". Il estime que les musulmans "vivent entre eux, dans les banlieues", que "les Français ont été obligés de les quitter" et que "cette situation d'un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile".

"Je sais, c’est irréaliste, mais l’histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 qu’un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d’Algérie pour revenir en France ? Ou bien qu’après la guerre, cinq ou six millions d’Allemands auraient abandonné l’Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ?"

Ces faits historiques sont-ils faux ?

Hormis caricaturer ce que dit Zemmour, faire des raccourcis, prendre des bouts de phrases pour faire une phrase et le condamner pour les questions que le journaliste lui pose, quand va t'on parler de ce qu'il dit vraiment ?

Les prises de position radicales contre l'Europe, l'euro ou l'immigration d'Eric Zemmour, lui valent de nombreux détracteurs, mais trouvent un terrain fertile dans les inquiétudes d'une partie de la société française.

Tous ceux qui ont refusé de débattre de l'immigration, qui ont stigmatisé ceux qui posaient les bonnes questions, sont les responsables de l'emprise du FN dans le débat public.

Pour avoir refusé une immigration régulée à qui on aurait demandé, au minimum, une intégration, nous sommes confrontés aujourd'hui à une situation explosive, dont personne ne peut dire comment cela finira.

Quand des cités entières sont hors de contrôle, que des communautés entières refusent de s'intégrer, qui peut dire que tout cela finira par s'arranger? Sauf à être irresponsable, on voit bien les tensions réelles qui existent entre les communautés.

A noter, "2040: la chute de l'Europe" C'est le titre d'un livre passé totalement inaperçu sorti en 2008. Son auteur, l'ex-diplomate Jacques Jessel, y expose les trois scénarios possibles à l'immigration de masse musulmane en Europe à l'horizon 2040.

Après avoir envisagé plusieurs hypothèses d'évolution de la géopolitique mondiale, l'auteur avertit du risque d'effondrement de l'Europe dans les décennies à venir , tant du fait de dynamiques migratoires antamant peu à peu l'identité européenne, que du fait du changement des grands rapports de force entre Islam, Occident et Asie.

Après avoir envisagé plusieurs hypothèses d'évolution de la géopolitique mondiale, l'auteur avertit du risque d'effondrement de l'Europe dans les décennies à venir , tant du fait de dynamiques migratoires antamant peu à peu l'identité européenne, que du fait du changement des grands rapports de force entre Islam, Occident et Asie.

commentaires

Les défis de Sarkozy, nommé général de l'UMP, il veut transformer le parti en armée de militants

Publié le 14 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

En guise d'armée de militants, Sarkozy a le choix entre :

Une armée des 12 singes ou une armée mexicaine !
Une armée des 12 singes ou une armée mexicaine !
Une armée des 12 singes ou une armée mexicaine !

Une armée des 12 singes ou une armée mexicaine !

Sarkozy a réuni samedi les cadres de l'UMP au siège du parti, rue de Vaugirard à Paris.

Sarkozy est trop fort ! Il n'a pas de programme et il veut rassembler les Français sur son seul nom ! Elle est pas belle la vie avec Sarkozy ?

Va t il encore trouver des pigeons a plumer ?

commentaires

Les défis de Sarkozy, à peine élu patron de l'UMP, il crée des emplois

Publié le 12 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Le seul endroit où l'on embauche, où l'on crée des emplois, où l'on donne des occupations, des titres, c’est à l'UMP !

Sarkozy rassemble mais il n'a pas de ligne politique. On est franchement mal barré avec cet opportuniste qui n'est intéressé que par son ego !

Tous ces gens vont bien finir par s'entendre car, à défaut d'avoir le même programme pour notre pays, ils partagent un seul but : Le gâteau France.

J'ai la nette impression que la quasi totalité des personnes sollicitées par Sarkozy ont un goût de déjà vu !

Les défis de Sarkozy, à peine élu patron de l'UMP, il crée des emplois
Les défis de Sarkozy, à peine élu patron de l'UMP, il crée des emplois
commentaires

Les défis de Sarkozy, élu émir de l'UMP depuis peu, il commet une conférence au Qatar

Publié le 11 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Je me demande ce qu'ils attendent d'un homme politique aussi médiocre qui a ruiné la France en 5 ans ! C'est tout de même étrange, que peut-il apporter à des gens hautement spécialisés ?

Mais il se murmure qu'il est nettement moins payé que Tony Blair, Bill Clinton ou Al Gore. Allez Nicolas, encore un effort et tu pourras jouer dans la cour des grands !

Le Qatar, c'est ce pays démocratique, c'est la grande patrie des droits de l'homme, c'est le paradis pour les travailleurs et c'est un exemple pour l'égalité homme femme !

Ce qu'il fait est indécent, mais il est vrai que pour Sarkozy l'argent n'a pas d'odeur ! Comme disait un de ses anciens conseillers à l'Élysée, Sarkozy a deux talons d'Achille : "la femme qu'il met dans son lit et l'argent" !

On sait que le sens de l'éthique ne l'a jamais étouffé, mais à ce point là, c'est lamentable.. En fait les imbéciles sont ceux qui le convient, De quoi voulez vous qu'il parle ? Il n'écrit même pas ses discours.

Le montant de sa rémunération ? Pour se faire une idée, la dernière prestation, en juillet dernier au Congo, lui avait rapporté 100000 Euros !

Une question me vient à l'esprit : Est-il parti chercher de l'argent pour sa prochaine campagne présidentielle ? Dans ce cas, le Qatar va remplacer l'ex banquier Kadhafi !

Les défis de Sarkozy, élu émir de l'UMP depuis peu, il commet une conférence au Qatar
commentaires

Voitures, usines, chauffage... Qui pollue le plus ?

Publié le 8 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Incriminé depuis plusieurs années, le diesel s’apprête à subir les premiers plans anti-pollution dans les grandes villes. Les politiques semblent décidés à revenir sur le diesel, un carburant qui pourtant, a été encouragé depuis des dizaines d'années ! Aujourd'hui, la réalité est celle du parc automobile français constitué à environ 61% par des véhicules roulant au gazole.

L'industrie et le chauffage, secteurs les plus polluants en France "Rapport d'avril 2013 du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique" :

Les principaux secteurs émetteurs de particules sont la transformation d'énergie par l'industrie (31 %), la combustion de bois pour chauffer les habitations (30 %) et l'agriculture avec l'utilisation d'engrais (20 %) devant le trafic routier (15 %).

Les particules fines importées proviennent de l'est et du sud de l'Europe:

Les vents sont à double tranchant, ils permettent certes de disperser les particules fines, mais rapatrient aussi sur la France les particules émises par les pays voisins.

La part des particules fines issues de réactions chimiques est très importante. Ces réactions sont principalement le fait du trafic routier, qui émet des oxydes d'azote, et de l'agriculture.

Autrement dit, les épandages d'engrais, émetteurs de nitrates, contribuent eux aussi à la pollution. Par leurs émanations, les bovins représentent 5 % des 500 millions de tonnes de CO2 émises par la France.

Le problème vient surtout du manque évident de discernement des politiques au pouvoir.

Ils établissent des règles et depuis des années, les constructeurs obéissent à ces règles. Il faudrait déjà obliger les constructeurs à produire des véhicules propres.

Nos politiques n'ont jamais eu une vision sur le long termes pour la France et par conséquent nous payons maintenant l'incompétence dans ce domaine depuis 40 ans.

L'automobiliste, qui pollue moins que l'industriel, moins que le chauffage urbain, moins que les centrales à charbon de nos voisins, va faire les frais d'une incompétence généralisée en ce qui concerne la lutte contre la pollution.

Je pense que tous cela n'est qu'une excuse pour taxer le diesel et remplir les caisses !

Je n'ai pas les finances pour changer mon véhicule diesel, donc je fais comment ?

commentaires

Médecins, urgentistes, spécialistes : ce qu'ils gagnent vraiment

Publié le 6 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Le bras de fer entre praticiens et gouvernement est encore à l'ordre du jour avec les mouvements sociaux annoncés pour la dernière semaine de cette triste année 2014.

Revenus et bénéfices en hausse :

Selon des estimations de l'association de gestion agréée Unsasa, qui revendique 190.000 professionnels libéraux adhérents, les médecins généralistes ont gagné en moyenne 81.335 euros en 2013, soit 6.800 euros nets par mois, et leur bénéfice a progressé de 2,8%.

En 2013 les orthodontistes ont par exemple gagné en moyenne 192.500 euros, les chirurgiens près de 133.450 euros et les psychiatres 65.470 euros.

Beaucoup sont loin des 8 heures par jour, pas de garde la nuit, pas de garde le week-end, peu de déplacements à domicile.

La médecine se déshumanise complètement :

Plus des trois quarts des chirurgiens en France font partie de ces médecins dits du secteur 2, autorisés à fixer librement leurs tarifs.

Bien au-delà de 23 euros pour un généraliste et de 28 euros pour un spécialiste.

Les conséquences des dépassements d'honoraires non remboursés sont désormais bien connues :

Problème de renoncement aux soins - qui touche 15% des Français, essentiellement en dentaire et en optique -, creusement des inégalités face à la santé et difficultés d'accès à un médecin.

Ce sont ceux qui gagnent le plus qui râlent le plus :

90% des Français les considèrent comme de richissimes geignards. Comment en serait-il autrement ? Seulement 10% des Français gagnent plus de 2.800 euros par mois !

Ce qu'ils gagnent vraiment et % dépassements d'honoraires
Ce qu'ils gagnent vraiment et % dépassements d'honoraires

Ce qu'ils gagnent vraiment et % dépassements d'honoraires

commentaires

Les défis de Sarkozy, élu grand vizir de l'UMP, il refuse de renoncer à ses privilèges d'ancien président

Publié le 5 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Un homme choyé par la République.

À la suite de son élection à la présidence de l'UMP, Sarkozy perd sa neutralité et ne doit plus être rémunéré par la République. Il ne peut être à la fois arbitre et acteur de la vie politique nationale.

Indemnité fixe d'ancien Président : 6.000 euros par mois

Les services rendus à l'État pendant son mandat de président de la République assurent Sarkozy de toucher une indemnité fixe. Son montant s'élève à 6.000 euros par mois.

Cette retraite a la particularité de n'être soumise à aucune condition d'âge et d'être accordée à tous les anciens présidents, peu importe la durée de leur séjour à l'Élysée.

Il a aussi droit à un certain nombre d'avantages matériels : bureaux, voiture avec chauffeur, collaborateurs, gardes du corps.

Membre du Conseil constitutionnel : 12000 euros net par mois

En tant qu'ancien président, Sarkozy peut siéger au Conseil constitutionnel, comme Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing, les deux anciens présidents de la Vè République encore en vie.

Cette fonction lui permet de toucher une indemnité de 12000 euros nets par mois. Il pourra y siéger à vie, comme l'y autorise la Constitution.

Les divers avantages :

"sujétion spéciale", voyages gratuits, logement meublé et équipé, des collaborateurs à son service

Les avantages en nature :

Selon l'hebdomadaire Challenges, Sarkozy peut aller et venir en France et à l'étranger gratuitement et sans limitation. Il bénéficie ainsi de voyages en première classe avec la SNCF, et en classe affaires avec Air France.

A l'étranger, Sarkozy doit être accueillis avec tous les honneurs de la République. L'ambassadeur de France en poste doit alors faciliter son séjour et assurer son hébergement dans les résidences de l'ambassadeur ou des consuls.

Sécurité :

Sarkozy a droit à une garde rapprochée composée de deux policiers, ainsi qu'une voiture de fonction avec deux chauffeurs.

Personnel à son service :

Un chef de cabinet, deux assistants, un fonctionnaire des archives nationales, et trois secrétaires.

Appartement de fonction : 15000 euros par mois

Sarkozy bénéficie d’un appartement meublé et équipé rue de Miromesnil, d’une surface de 320 mètres carrés, et servant de permanence de fonction, loué 15.000 euros par mois aux frais de l’État, et donc de nos impôts !

Enfin, prime de "sujétion spéciale":

Dont le montant n'est pas connu, et qui lui est versée pour compenser les contraintes subies dans l'exercice de ses fonctions.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Total payé par nos impôts :

Coût estimé à environ 1,5 million d'euros par an, soit 125.000 euros par mois.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

.

Traitements liés à différents mandats :

Enfin, Sarkozy touchera des traitements liés à ses différents mandats d’élu (député, maire et président du Conseil Général) lorsqu'il aura atteint l’âge légal de la retraite, soit pour lui à l'âge de 60ans.

Des salaires élevés :

Les salaires de certains cadres du parti n'auraient rien arrangé non plus aux finances de l'UMP : 10000 à 12 500 euros mensuels.

Des conférences grassement rémunérées :

Il reste que si l'ancien président venait à poursuivre ses conférences, parallèlement à son retour dans la vie publique, il prendrait le risque d'ouvrir une polémique. Notamment en raison des confortables chèques qu'il touche pour ce type de prestation.

Sa dernière conférence en date remonte à juillet : Sarkozy a participé à un forum économique au Congo Brazzaville. Il aurait touché 100.000 euros, selon l'Express.

Total payé par nos impôts :1,5 million d'euros par an, soit 125.000 e / mois.
Total payé par nos impôts :1,5 million d'euros par an, soit 125.000 e / mois.

Total payé par nos impôts :1,5 million d'euros par an, soit 125.000 e / mois.

commentaires

Les défis de Sarkozy, à peine élu numéro un de l’UMP, il nomme NKM numéro deux

Publié le 4 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Le seul endroit où l'on embauche, où l'on donne des emplois, des occupations, des titres, c’est à l'UMP.

Les rôles sont distribués, les clowns sont de retour, le spectacle va pouvoir commencer.

NKM, c'est pas cette dame qui ne s'est jamais remise d'avoir perdu l'élection municipale à Paris ? On se souvient de sa campagne qui était sur-jouée et parfaitement ridicule.

C'est probablement un choix par défaut, tant l'entourage de Sarkozy est pauvre en talent, disons que c'est l'une des plus présentables.

On se demande ce qu'il peut bien lui trouver politiquement, c'est un ectoplasme de fille à papa. Du reste NKM est aussi un repoussoir pour la droite type forte manif pour tous.

Le meilleur club des perdants qu'on ait vu depuis bien longtemps. C'est rassurant, en effet, de savoir toute cette somme d'incompétences rassemblées dans le seul but de se mobiliser pour la prospérité de la France et le bien-être des Français.

S'il arrive parfois aux Français de se tromper, ils évitent toujours de commettre deux fois la même erreur.

On efface tout et on recommence. Finalement il n'y a que le nom du parti qui va changer. Pour le reste, c’est la routine quoi ! C’est incroyable de constater cette non évolution, il n'y que le temps qui passe, qui change, mais eux, ils sont resté en l'état. Tout cela me semble ubuesque, il n'y a pas d'autre mot.

Une question me vient à l’esprit : Le contrat avec Bygmalion est-il reconduit ?

Les défis de Sarkozy, à peine élu numéro un de l’UMP, il nomme NKM numéro deux
Les défis de Sarkozy, à peine élu numéro un de l’UMP, il nomme NKM numéro deux
Les défis de Sarkozy, à peine élu numéro un de l’UMP, il nomme NKM numéro deux
commentaires

Les défis de Sarkozy, à peine élu mécène de l’UMP, il fait un chèque de 363615 euros au parti

Publié le 3 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

Il a mis beaucoup de temps pour régler l'ardoise. Maintenant qu'il tient les rennes du parti et donc la caisse il fait un chèque.

C'est ce qu'on appelle un aveu de culpabilité !

En établissant ce chèque, il admet sa responsabilité sur ce point précis, mais aussi implicitement sur le reste du financement dont il est légalement responsable en tant que candidat signataire des comptes de campagne.

Rappelons les faits et méfaits : Conformément au code électoral, Sarkozy s'est vu infliger, à titre personnel, en tant que candidat, plus de 400.000 euros de pénalités. Une somme dont s'est acquitté finalement à sa place l'UMP, en novembre 2013.

C'est ce qu'on appelle du financement illégal de campagne !

Récemment, Fabienne Liadze, ancienne directrice des affaires financières de l’UMP a été entendue comme témoin assisté par les Juges.

Jeudi 4 décembre, Catherine Vautrin, trésorière de l’UMP jusqu'en juin 2014, qui avait donné l'autorisation au parti de régler l'amende infligée à Sarkozy, est convoquée au Pôle financier.

Coïncidence, mercredi 3 décembre, Sarkozy rembourse 363.615 euros à l'UMP !

Le nouveau président de l'UMP a fait ce petit chèque au parti pour se redonner une image présentable et présidentielle. Tout ce que cherche Sarkozy c'est de redorer son blason auprès des Français. Cela prouve un fort désir de reconquête du pouvoir.

Peut-on savoir d'où provient cet argent ? Poutine lui aurait-il prêté cette somme ?

Les défis de Sarkozy, à peine élu mécène de l’UMP, il fait un chèque de 363615 euros au parti
Les défis de Sarkozy, à peine élu mécène de l’UMP, il fait un chèque de 363615 euros au parti
Les défis de Sarkozy, à peine élu mécène de l’UMP, il fait un chèque de 363615 euros au parti
commentaires

Les défis de Sarkozy, à peine élu sauveur de l'UMP, il compose son comité naphtaline

Publié le 3 Décembre 2014 par Rive gauche dans Edito

En acceptant de participer au comité de chapeaux à plumes, Villepin acte sa réconciliation avec Sarkozy, son ex ennemi de 30 ans.

Il est d'ailleurs, pour l'instant, le seul à avoir pris cette initiative. C'est sa dernière chance de sortir du néant, après avoir échappé au croc de boucher.

Après être allé aussi loin dans l'affrontement, après être aussi opposé sur le terrain des idées, se retrouver aujourd'hui côte à côte et travailler pour la carrière de celui qui l'a tellement méprisé, il n'y a que Villepin pour accepter ça.

Cela ajoute un doute sur la sincérité de leur engagement respectif. Les mauvaises langues diront que Sarkozy ne voit pas cela comme un comité de chapeaux à plumes, mais plutôt comme une salle des trophées de chasse.

Voila le messie obligé de composer avec ceux qu'il jugeait comme quantité négligeable. L'avenir s'annonce bien compliqué pour celui qui pensait que le rejet de François Hollande lui donnerait un blanc seing.

Et, pendant ce temps là, les médias ne parlent plus des affaires ! C'est tout bon pour le " futur président" Sarkozy !

Les défis de Sarkozy, à peine élu sauveur de l'UMP, il compose son comité naphtaline
Les défis de Sarkozy, à peine élu sauveur de l'UMP, il compose son comité naphtaline
commentaires

Les défis de Sarkozy, à peine élu roi de l’UMP, il prend un couloir de bus

Publié le 2 Décembre 2014 par Rive gauche dans Vidéos politiques

Sarkozy a toujours été au dessus des lois, au dessus du droit, il n'a jamais rien respecté !

Inutile d'essayer de nous faire croire qu'il a changé. Il est toujours le même, hautain, menteur, imbu de sa personne et égocentrique.

Ce n'est pas de cet homme politique dont les Français ont besoin !!

Les défis de Sarkozy, à peine élu roi de l’UMP, il prend un couloir de bus
commentaires