Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Catherine Nay journaliste : Y a t-il encore un intérêt à écouter cette dame ?

Publié le 28 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Ecouter Catherine Nay, c'est bon pour l'ego !

Celle qui fustige le manque de culture économique des Français, alors que la sienne ne dépasse pas celle d’un élève de seconde au mois d’octobre, celle qui est surnommée le “Mozart du Hollande bashing” pour ses piques à longueur d’éditoriaux, a t'elle encore légitimité à pérorer sur les ondes radios ou les plateaux de télévision ?

 

52 % des journalistes sont principalement issus de la bourgeoisie urbaine et partagent les mêmes valeurs communes libérales. Politiques et journalistes, dans leur immense majorité, sont issus du même milieu, formés à la même école, fréquentent les mêmes espaces, porteurs des mêmes valeurs, imprégnés du même discours, façonnés par la même idéologie, structurés par les mêmes références.

 

On a coutume de moquer les cours de l'Ancien Régime, où se pressait la noblesse pour décrocher charges et privilèges. Les belles marquises passaient des bras d’un puissant à un autre. Aujourd’hui, on peut constater que rien n’a changé. Les courtisanes sont remplacées par les icônes médiatiques en vue passées par les bonnes institutions et partageant la même vision du monde que ceux dont elles partagent parfois la vie.

 

Difficile dans ces conditions de considérer la presse comme un contre pouvoir informant les citoyens en toute objectivité.

Tour à tour grande thuriféraire de Jacques Chirac, d’Edouard Balladur et de Nicolas Sarkozy, biographe officielle de ce dernier, elle traite les Français d’enfants gâtés le samedi matin sur Europe 1.

 

Je n’appréciais guère Alain Duhamel mais force est de constater que lui, au moins, possèdait une certaine culture historique et économique.

Ecouter Catherine Nay, forcément, cela renforce l’ego. On se sent bigrement intelligent après l’avoir écouté. Ou, en tout cas, beaucoup moins con que certains journalistes !

Catherine Nay journaliste : Y a t-il encore un intérêt à écouter cette dame ?
Catherine Nay journaliste : Y a t-il encore un intérêt à écouter cette dame ?
commentaires

La polémique déclenchée autour de «Toute la vie» des Enfoirés est un énorme coup de pub

Publié le 27 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Depuis sa mise en ligne, les critiques pleuvent, notamment à cause du ton qualifié de "paternaliste" ou "donneur de leçons".

Que se passe t'il en France ?

Après avoir dressé les communautés religieuses entre elles, voilà que l'on dresse les anciens contre les jeunes.

En gros les jeunes disent que "tout est la faute des vieux'" et les vieux répondent "mais t'as toute ta vie, bouge ton cul"

Je ne suis ni pour ni contre cette chanson qui musicalement ne m'intéresse pas.

"Nous, ce qu'on a, il a fallu le gagner. A vous de jouer mais faudrait vous bouger".

Entendre ces multi-millionaires dire aux jeunes qu'il faut bouger et qu'eux ont gagné leur argent, c'est terrifiant !

Les enfoirés ne sont plus ce qu'ils étaient. En 30 ans, on passe de "je file un rancard à ceux qui n'ont plus rien" à "ce qu'on a, on l'a gagné".

N'est il pas consternant que bon nombre de ces philanthropes ne proposent individuellement que des choses commerciales sans égard pour leur public ?

Certains exilés fiscaux devraient cesser de venir faire nos poches. Je préfère donner directement aux restos, qu'à ces donneurs de leçons.

"Quand je pense qu'il faudrait que les gens n'achètent pas pour que ça ne se vende plus !" (Coluche)

 

commentaires

Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !

Publié le 26 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Selon un sondage, 85% des patrons ne croient toujours pas en la politique du gouvernement. Seulement 27 % d'entre eux anticipent un rebond de l'économie à l'horizon 2017.

C'est normal les patrons ont toujours voté à droite et parfois à l'extrême droite.

Les impostures du patronat :

"Le Medef promet 1 million d'emplois contre des allègements fiscaux"

Le 24 septembre 2014, le président du Medef, Pierre Gattaz, a publié un petit livre jaune intitulé

« 1 million d’emplois… C’est possible ! ».

Par des provocations ou des communications légères, le patron profite du climat délétère pour proposer la déréglementation du marché du travail.

Parmi les mesures les plus emblématiques qui permettraient, soi-disant, de créer ces emplois, figurent :

la suppression de jours fériés,

l’autorisation de déroger à la durée légale du travail

ou encore des dérogations concernant le salaire minimum pour certaines catégories de demandeurs d’emplois.

Pour Pierre Gattaz, les salariés français ont trop d’avantages et seraient paresseux. S’ils travaillaient plus, il y aurait moins de chômage.

La famille Gattaz est habituée à l’escroquerie intellectuelle et économique puisque le père de Pierre, Yvon, ancien président du Conseil national du patronat français (CNPF), ancêtre du MEDEF, avait, sous la présidence de François Mitterrand, promis la création de centaines de milliers d’emplois si l’autorisation administrative de licenciement était supprimée. Celle-ci a bien été supprimée, mais, depuis, le chômage n’a pas cessé de monter.

Marché de dupes :

Depuis 2012 les gouvernements de gauche ont abreuvé le patronat de cadeaux censés faire baisser le chômage.

Les milliards déversés n’ont pas fait baisser la courbe du chômage.

Cette politique est désastreuse sauf pour les dividendes distribués par les groupes français qui ont été de 40 milliards d’euros au 2e trimestre 2014, soit une hausse de 30% en un an.

Le Gouvernement n'a pas compris que les aides doivent être réservées principalement aux PME/PMI et non aux multinationales qui n'en n'ont pas besoin.

Pas besoin d'être un prix Nobel d'économie pour comprendre la terrible vérité :

Les promesses de Pierre GATTAZ ne seront pas tenues.

Les patrons ne feront rien pour aider la gauche, rien pour aider la France et les Français.

Les grandes entreprises délocalisent leurs activités pour augmenter leurs bénéfices.

Le patronat encourage le chômage de masse car il met en concurrence les travailleurs entre eux et pousse les salaires à la baisse.

La ré industrialisation ne se fera pas sur la base de discours moralisateurs sur le patriotisme économique.

Concurrence déloyale de produits fabriqués par une main-d’œuvre sous-payée et dans des conditions ne respectant ni le droit du travail, ni l’environnement.

Le gouvernement Valls est en train de se faire arnaquer par les patrons, par la droite, et par Pierre Gattaz, le mauvais larron qui veut nous faire marron !

La courbe du chômage ne s'inversera pas ou si peu (-0,5% janvier 2015), puisque le MEDEF ne fera aucun effort pour recruter des salariés.

Le MEDEF souhaite la défaite de la gauche en 2017 et attend avec impatience que la droite revienne au pouvoir !

Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !
Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !
commentaires

Chômage : première baisse depuis le mois d'août 2014

Publié le 25 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Le nombre de chômeurs s’établit à 3.481.600 millions en France métropolitaine, soit une baisse de 0,5% et 19.100 personnes en moins par rapport à décembre,

En 2014, les plus affectés par la hausse restent les plus de 50 ans, dont le nombre a augmenté de 10,4% et les chômeurs de longue durée, dont le nombre a augmenté de près de 10%.

De son côté, l'Insee envisage une "légère accélération de l'activité" au cours du premier semestre 2015 et une montée en puissance du Pacte de responsabilité et de solidarité qui "permettrait de limiter encore un peu plus les pertes d'emplois marchands".

De leur côté, les patrons dirigent les entreprises en fonction de l'environnement politique, et pas du tout selon le contexte économique. Ils embauchent davantage quand la droite est au pouvoir. Cela concerne surtout les gros patrons qui ont les reins assez solides, les petits patrons n'ont pas le choix, ils ne peuvent se permettre de tels fantasmes !

A mon avis, le chômage ne reculera pas beaucoup dans les pays développés car il n'y a plus de croissance assez forte pour ça.

Les gains obtenus par les bonnes mesures de François Hollande seront rognées par la robotisation. Les automates supprimeraient 3 millions d'emplois en France d'ici à 2025.

François Hollande n'a pas pu empêcher l'inscription de 572.500 chômeurs supplémentaires à Pôle Emploi depuis son élection en mai 2012 et sa promesse d'inverser la courbe du chômage.

Sarkozy : "Je vous ai promis le plein emploi, je vais me battre pour le plein emploi". Place de la Concorde, 6 mai 2007." Résultat 2012 : le chômage a augmenté de 33% et 1 million de chômeurs supplémentaires.

Le gouvernement a encore 2 ans pour redonner confiance aux Français.

Chômage : première baisse depuis le mois d'août 2014
commentaires

Montebourg existe encore, il donne des conférences rémunérées !

Publié le 24 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

L'ancien ministre, qui est sorti du gouvernement le 27 août après un désaccord sur la politique économique, donnera des conférences sur le thème :

La macro-économie, l’étude des phénomènes économiques de grande échelle, comme l’évolution du chômage, du revenu national, du taux de croissance économique, du produit intérieur brut, de l’inflation et du niveau des prix.

Donc, il fait des conférences sur tout ce qu'il a raté en qualité de ministre... Après tout Sarkozy se permet de donner des conférences sur l'économie dans le monde entier !

Comment ce type-là peut avoir un avis sur l'économie ? On a tous constaté l'aberration de ses prises de position et ses volte-face dans l'exercice de sa dernière fonction ministérielle. 

Bourré de certitude, ce monsieur est d'une suffisance insupportable.

A mon avis les spectateurs de ces conférences vont se marrer grave !

Montebourg existe encore, il donne des conférences rémunérées !
Montebourg existe encore, il donne des conférences rémunérées !
commentaires

Manif anti-Sivens : la facture est trés salée, les sanctions sont trop légères

Publié le 24 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Les faits :

Fallait-il ou non interdire la manifestation zadiste samedi dernier en centre-ville ? C'est bien la question que tout le monde se posait lundi, après un nouveau déferlement de violence en centre-ville, 23 commerces dégradés et une quinzaine d'interpellations comme triste bilan. 

« Des groupes ont décidé de perturber dans des conditions graves et dangereuses la vie en centre-ville. Le nombre, la violence et la détermination des casseurs n'avaient jamais atteint un tel seuil.» reconnaît le préfet.

Entre les tags et les vitres brisées, les commerçants n'ont cessé de clamer leur ras-le-bol tout au long du week-end : «Ces manifs, ça ruine nos commerces. Paralyser une économie avec de la violence, c'est inacceptable !»

Le préfet de la Haute-Garonne a déclaré lundi pour faire taire toute polémique : « Si je dois prendre une prochaine décision, je tiendrai compte de ce qui s'est passé ce samedi à Toulouse…»

Les sanctions :

Quatre hommes de 18 à 24 ont été condamnés, hier, par le tribunal correctionnel, en comparution immédiate, à des peines de prison avec sursis et des heures de travail d'intérêt général : de 70 à 200 heures de travail d'intérêt général (TIG) et entre 300 € et 400 € de dommages et intérêts à verser à deux policiers partie civile.

Lorsque l'on constate ces dégradations de commerces, de banques, ces déferlements de violence, on peut affirmer que ce n'est aucunement des peines à la hauteur des dégâts commis.

De qui se moque-t-on ? On peut jeter des cailloux sur des policiers ou casser une vitrine à coups de marteau tout ça pour ... 300 euros !  On croit rêver ! La France est très malade !

«Ces dégradations seront prises en charge par l'Etat.» C'est à dire par nous, les contribuables !

Non le contribuable ne doit pas payer les dégâts de ces casseurs. Les seuls responsables sont les zadistes, le NPA et Attac 31, ils doivent payer !

Combien de temps allons nous devoir encore supporter cela ?

Combien de temps allons nous tolérer, en France, ces groupuscules désoeuvrés, drogués, avinés qui cassent les vitrines, dégradent les services publics, empêchent les gens honnêtes de travailler et établissent des zones de non-droit à Sivens ?

A un moment donné il faut savoir prendre les bonnes décisions afin de ramener l'ordre public dans les zones menacées par ces zadistes casseurs !

commentaires

Le Conseil de l’Europe s'inquiète du recul de la tolérance en France

Publié le 24 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Aux yeux du Conseil, dont dépend la Cour européenne des droits de l’homme, la France offre une citoyenneté à deux vitesses. Le rapport déplore le traitement réservé aux Roms et aux demandeurs d’asile.

Les Roms sont expulsés manu militari de leurs camps et leurs enfants mal scolarisés. Quant aux demandeurs d’asile, ils peuvent dormir des mois dans la rue et ont moins de chances qu’ailleurs en Europe d’obtenir le statut de réfugié.

Le démantèlement des camps de Roms est fait à la demande des Maires sous la pression des riverains excédés. Virer des roms n'a rien à voir avec les droits de l'homme ! Depuis quand l'illégalité est-elle un droit de l'homme ?

L'Europe devrait plutôt s'interroger sur l'absence de politique migratoire responsable, de réflexion sur les conditions d'assimilation de populations, de cultures et de religions différentes des nôtres.

Jusqu'à un certain pourcentage de réfugiés et d'immigrés la population autochtone est accueillante quelque soit le pays. Peut-être qu'en France le seuil critique est dépassé et que cela rend les français moins hospitaliers.

La France manque sans doute plus de moyens financiers que de réelle volonté politique pour appliquer ces mesures de justice.

commentaires

Après les dérapages de la manif anti-Sivens, les casseurs doivent payer !

Publié le 23 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

La manifestation organisée par le parti NPA et Attac 31 a dégénéré :

Jets de projectiles, de pierres, coups de haches, de marteaux, tags anti police, magasins dont les vitrines ont explosé au passage des casseurs, distributeurs automatiques de billets hors service… le centre-ville de Toulouse portait toujours hier matin les stigmates des violences de samedi après-midi. Ce sont 23 établissements qui ont été endommagés, dont 6 agences bancaires.

Très en colère après les dégâts commis samedi après-midi au cours de la manifestation des casseurs zadistes, les commerçants du centre-ville de Toulouse seront reçus lundi 23 février par le préfet de région.

Le président de la fédération des commerçants de l’hyper centre de Toulouse se réserve la possibilité de porter plainte contre les organisateurs de la manifestation.

«C'est ça la démocratie ? Elle est bien faible ! Intolérable ! Ces manifestants sont tellement courageux qu'ils agissent cagoulés. Il y en a marre que le centre-ville soit toujours pris en otage », s'emporte le président de l'association Village des Carmes.

Dans un communiqué, le premier syndicat de police, Alliance, souhaite que «des sanctions soient prises envers les organisateurs de cette manifestation.

Ces abrutis de casseurs ne réalisent même pas qu'ils s'attaquent au premier lien social qu'est le commerce de proximité.

Ces excités encagoulés, donc courageux et anti-républicain, vouent une haine sans limite à l'égard de tous les représentants des Forces de l'Ordre et se complaisent à vandaliser les biens privés et/ou publics en toute impunité.

je suis extrêmement choqué par ces banderoles exposées à Toulouse : " la police tue", "tout le monde déteste la police" et j'en passe. Cela est immonde, ces gens sont immondes.

Combien de temps allons nous devoir encore supporter cela ?

Combien de temps allons nous tolérer, en France, ces groupuscules désoeuvrés, drogués, avinés qui cassent les vitrines, dégradent les services publics, empêchent les gens honnêtes de travailler et établissent des zones de non-droit à Sivens ?

A un moment donné il faut savoir prendre les bonnes décisions afin de ramener l'ordre public dans les zones menacées par ces zadistes casseurs !

 

commentaires

Il y a chez Hamon une forme d'incohérence !

Publié le 22 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Hamon souhaite se créer une légitimité dans l’adversité politique.

Benoît Hamon incarne la médiocrité en politique. Il est le modèle du nuisible en politique. Il se rabaisse au quotidien. Il rabaisse la politique.

Il a profité pendant deux ans des ors de la république. Aujourd'hui il affaiblit le gouvernement et le président.

Ce rétrograde n'a pas compris que la France Jurassic Park, qu'il incarne, est loin derrière nous.

Aujourd’hui, il est de plus en plus évident que pour exister politiquement, il faut trouver les moyens de se forger une personnalité d’acteur incontournable, de manière à se construire une légitimité, par ses actes et une communication intensive.

En appelant à voter contre la loi Macron, il sait désormais qu’il vient de franchir la ligne rouge qui doit marquer son ascension ou sa mort politique.

C’est un risque assumé, mais qui comporte beaucoup d’incertitudes, parce qu’il sait aussi qu’il n’a pas les moyens financiers, humains et politiques d’atteindre son objectif face aux cadres de son parti.

Interviewé ce week end dans le JDD, l’ancien ministre de l’Education s’est montré combattif. Volontaire même. Bien plus qu'il ne l'aura été finalement au cours des quelques 5 mois passés à la tête du ministère de la rue de Grenelle.

Il a l'air triste Benoit Hamon, il doit un peu regretter de s'être fait embarquer par le fantasque et narcissique Montebourg lors de la fête de la Rose, et du coup de s'être lui-même débarqué, au mois d'août 2014, de son poste de ministre si gratifiant et si valorisant !

Quand on a, comme Hamon, de très grandes ambitions, il faut trouver le moyens de combler ce déficit médiatique, afin d’avoir une réelle visibilité pour exister politiquement. Ce phénomène n’est pas nouveau. Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il s’accentue davantage.

Ce rapport de force contre le loi Macron lui a permis de sortir de l'anonymat dans lequel il était cantonné depuis qu'il n'est plus ministre. Cette visibilité politique volontaire a peut être renforcé sa stature et sa légitimité parmi les frondeurs.

La politique est une action commune, c'est-à-dire un ensemble de décisions que l'on prend, de choses que l'on fait, de risques que l'on assume pour la France, non point une décision hypocrite et des propos dominés par la langue de bois dans le seul but d'exister par soi-même.

La préparation du congrés PS est, pour notre Hamon, la priorité, l'intérêt général est secondaire, l'intérêt de l'Etat il s'en moque.

Il y a chez Hamon une forme d'incohérence !
commentaires

L'Ukraine est sauvée : BHL chemise ouverte aux côtés de Porochenko !

Publié le 22 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Le millionnaire français a toujours milité pour le droit d'ingérence :

En 1971 déjà, Bernard-Henri Lévy prenait position pour l'indépendance du Bangladesh. On l'avait vu depuis dans les années 1990 à Sarajevo et plus récemment en Libye au côté de Sarkozy. Il s'est également engagé aux côtés de l'opposition syrienne à Paris.

L'Ukraine, pour Moscou, est une pièce centrale, par où transitent 65 % du gaz russe vers l’Union européenne.

L’Ukraine est aussi la quatrième réserve mondiale de gaz de schiste. Loin des grands sentiments, l’Union européenne espère sauver la face sur le plan écologique en renonçant au gaz de schiste chez nous, tout en l’exploitant en Ukraine.

L'Ukraine, c'est en son Ouest, une population tournée vers l’Europe et en son Est, un peuple orthodoxe lié à la Russie.

En de telles circonstances, la prudence devrait être de mise et les instances internationales pousser plus à la concertation qu’à l’affrontement.

Et c’est là, fatalement, que Bernard-Henri Lévy intervient. Lui qui a entraîné la Libye dans la tourmente, s’apprêtant à faire de même en Syrie, est en train de jouer les va-t-en-guerre en Ukraine.

Lui qui s’est spécialisé dans les révolutions à travers le monde donnait samedi une représentation de sa pièce Hôtel Europe. Si les performances ont été écourtées à Paris, faute de spectateurs, la représentation d’hier a été suivie par le président Petro Porochenko en personne.

Le 27 janvier dernier, BHL lançait un SOS "pour l'Ukraine". Le philosophe et le dictateur, fort bien, sachant que le ridicule n’aura, à cette date, jamais tué personne.

Si la cas de son ingérence en Libye, avec son ami Sarkozy, n'était pas aussi grave, chacune de ses interventions ferait éclater de rire !

 

 

L'Ukraine est sauvée : BHL chemise ouverte aux côtés de Porochenko !
commentaires

Pour la paix en Ukraine : il faut dire stop au dictateur Porochenko !

Publié le 22 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Vous savez les « qui » vont violer en premier le cessez-le-feu ? Kiev bien sûr, poussé par les Etats-Unis comme d’habitude.

Il y a un an, jour pour jour, la révolution ukrainienne qui a jeté dehors l'ex-président Viktor Ianoukovitch s'est peu à peu transformée en guerre civile.

De nombreux jeunes se battent désormais sur le front du Donbass contre des séparatistes qui ont toujours refusé de reconnaître le nouveau régime du dictateur de Kiev.

Élu dès le premier tour le 25 mai 2014 avec 54,7 % des voix, Porochenko milliardaire pro-occidental de 48 ans a été déclaré cinquième président de l'Ukraine indépendante.

Porochenko devenu président après un coup d'état vient de créer un « ministère de la propagande et de la censure avec à sa tête Yuri Stets directeur du Département de la Sécurité de l'Information de la Garde Nationale et ancien producteur en chef de TV 5 une chaîne privée ukrainienne appartenant à Porochenko

L'UE verse des centaines de millions d'Euros à Kiev pour aider à instaurer une « Démocratie » alors que c'est un régime fasciste.

Porochenko qui avait déjà main mise sur l'information en Ukraine via sa chaîne TV5 disposera désormais du droit de censure sur tous les autres médias

L'Ukraine est désormais dirigée par un dictateur fasciste Porochenko, qui s'appuie sur des milices néo nazies – dont une grande partie ont été incorporées à cette Garde Nationale – pour faire taire toute opposition à sa main mise sur le pouvoir en Ukraine et les richesses du pays.

De nombreuses voix au sein de la presse internationale se sont élevées contre la création de ce ministère de la propagande et de la censure mais sur ce sujet en France les médias sont tous restés silencieux.

Au coeur même de l'Europe resurgit la Peste Brune qui a porté au pouvoir après un coup d'état néo nazi un mafieux Porochenko.

Porochenko avec Timochenko, décidément cet homme a été, a un moment ou un autre, dans tous les camps, tous les coups. Il traîne quelques scandales de corruption, mais apparemment aucun n'a débouche sur une condamnation.

La paix en Ukraine avec le dictateur Porochenko ? UTOPIE !

 

Reste un statut d'autonomie interne à définir entre l'Ukraine et une région de l'est séparatiste, le tout garanti par la communauté internationale.

Personnellemnt j'ai toujours un doute sur la crédibilité de l'Ukraine du dictateur Porochenko !

Pour la paix en Ukraine : il faut dire stop au dictateur Porochenko !
commentaires

Ras-le-bol des toulousains face aux manifestations des zadistes de Sivens et d'ailleurs !

Publié le 21 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Samedi 21 février, les zadistes ont prévu de revenir à Toulouse. Les promeneurs du samedi après-midi et les commerçants redoutent le retour des zadistes. Ces jours-ci, bon nombre de commerçants commençaient déjà à se protéger d'éventuelles échauffourées en installant des panneaux ou des rideaux protecteurs, sur l'ensemble du parcours prévu de la manif. Un centre-ville toulousain où il ne fera sans doute pas bon circuler samedi après-midi.

Les affrontements de novembre avaient causé beaucoup de dégâts, comme des vitrines cassées, l'arrêt total du métro pendant plusieurs heures et celui des bus dans les zones concernées.

Ce mois de novembre reste également un mauvais souvenir pour les commerçants du centre-ville toulousain, qui avaient vu leur chiffre d'affaires sur cette période fortement impacté, les clients n'osant plus se rendre dans les rues du centre.

Les faits : D'un côté, élus et agriculteurs qui voyaient dans le barrage de Sivens une solution à la sécheresse chronique des terres agricoles du Tarn et d'une partie du Tarn-et-Garonne ; de l'autre des zadistes qui utilisent une cause écologiste pour faire passer un message de remise en cause de l'état de droit et du progrès économique.

Leur attitude dans l'occupation illégale de terrains depuis le début de la confrontation n'a fait qu'envenimer une situation locale devenue explosive.

Vols de lait et de gallinacés, propagation de maladies contagieuses aux animaux domestiques, actes de malveillance… les accusations fusent tous les jours. La maire de Lisle-sur-Tarn s'étonne que la forêt reste encore inaccessible car toujours barricadée par les zadistes.

De quoi parle-t-on ? D’une centaine d’extrémistes armés de barres de fer, de cocktails Molotov, et d’une rage qui leur fait mépriser le risque que chaque dérapage émeutier leur fait courir, à eux ou à la police.

À quoi s’opposent-t-ils ? Un barrage dans des marécages… un projet monté par des élus, des représentants du peuple, des dépositaires de l’État de droit.

Sommes-nous encore en démocratie ? Quand nos gouvernants semblent de plus en plus soumis au chantage de minorités agissantes qui imposent leurs funestes idées à la majorité silencieuse !

A un moment donné il faut savoir prendre les bonnes décisions afin de ramener l'ordre public dans les zones menacées par cette insurrection !

A Toulouse, la situation a dégénéré à partir de 16h00, de nombreuses vitrines ont été brisées en centre ville.

"Les casseurs étaient masqués, ils avaient l'intention de casser, avec des masses, des marteaux, des galets",

"Il y a un sacré ras-le-bol, nous avons eu déjà quatre samedis amputés par les manifestations sur Sivens en novembre, le préfet doit prendre ses responsabilités, dire stop sur les manifestations", a affirmé le vice-président des commerçants du quartier où ont eu lieu ces dégradations.

Les casseurs se sont dispersés vers 18h00.

Combien de temps allons nous devoir encore supporter cela ?

Combien de temps allons nous tolérer, en France, ces groupuscules désoeuvrés, drogués, avinés qui cassent les vitrines, dégradent les services publics, empêchent les gens honnêtes de travailler et établissent des zones de non-droit à Sivens ?

 

commentaires

Sarkozy demande une nouvelle chance : Pour échapper à la justice ?

Publié le 20 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Lors d'une récente émission radio, Sarkozy affirme : "ma candidature n'est pas obligatoire" (cochon qui s'en dédit). Elle ne l'est pas, en effet, et il se grandirait en ne se présentant pas en 2017.

 

RAPPEL : Les promesses et le bilan de Nicolas Sarkozy 2007/2012 listés en quelques points :

"je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas, je ne vous décevrai pas"

Sarkozy : "Je vous ai promis le plein emploi, je vais me battre pour le plein emploi". Place de la Concorde, 6 mai 2007."

Résultat 2012 : 1 million de chômeurs supplémentaires

Avant Sarkozy, la France était 62ème (Allemagne 61ème) des pays selon leur taux de chômage (OCDE).

Fin Sarkozy 2012 : la France est 104ème (Allemagne 71ème).

5 ans de pouvoir, le chômage a augmenté de 33%, 1 million de chômeurs supplémentaires :

- 2011 la France de Sarkozy compte 2 874 500 chômeurs en France métropolitaine fin décembre 2011 et 4 270 700 en ajoutant les personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C)

- 1 300 000 chômeurs supplémentaires depuis le point le plus bas de 2008

- 43% des jeunes hommes des quartiers sensibles sont au chômage

- 37% des jeunes femmes des quartiers sensibles sont au chômage

- 24,2% des jeunes de 15-24 ans sont au chômage

Sarkozy : "Je m’engage à ramener la dette en dessous des 60% du PIB d’ici 2012". Entretien au Parisien, mars 2007."

Résultat 2012 : 600 milliards d’euros de dette publique , passant de 64% en 2007 à plus de 89% du PIB en 2012.

Avant Sarkozy, la France était le 31ème des pays les plus endettés, 68,8% du PIB. (Allemagne 35ème et 64,2% du PIB)

Fin Sarkozy 2012 : La france est 16ème avec 89 % du PIB Source : Banque Mondiale.

5 ans de pouvoir, la dette de la France de Sarkozy a augmenté de 25 points de produit intérieur brut, 600 milliards de dette en plus : soit 1 688,9 milliards d'euros en 2011.

- 70 milliards de déficit commercial (commerce extérieur) en 2011 (39,1 milliards en 2007)

- Déficit Sécurité Sociale : 13,3 milliards euros en 2011 

Sarkozy : "Je n’augmenterai pas les impôts, mais au contraire ferai tout pour les baisser". Programme présidentiel de 2007."

Résultat 2012 :

 A 43,4% en 2007, le taux de prélèvements obligatoires atteindra 45% en 2012.

- 2,46 millions d’euros de salaire moyen, soit 150 SMIC, pour les patrons du CAC40.

- 37,4 milliards d'euros de dividendes versés aux actionnaires des sociétés du CAC40

- 2 milliards de baisse de l’Impôt Sur la Fortune pour les plus riches.

Résultat : Exonération "cadeaux" aux entreprises :

La réduction Fillon permet aux entreprises certaines exonérations de cotisations sociales jusqu'à 1,6 fois le SMIC. Résultat, cela coûte une fortune, environ 30 milliards par an.

Sarkozy : "Je n’accepte pas l’idée d’une désindustrialisation inévitable (…). Je n’accepte pas l’idée d’une France sans usine". Discours à Rouen, avril 2007."

Résultat 2012 :

Selon une étude de Trendeo, au cours des années (2009-2010-2011) la France a perdu près de 900 usines et 100 000 emplois industriels.

Au cours des dix années (2002-2012) c'est 750.000 emplois de perdus, chiffres absolument vertigineux.

Sarkozy : "Je veux être le président de l’augmentation du pouvoir d’achat." Congrès de l’UMP, janvier 2007." Sarkozy promettait de réduire la pauvreté, l’exclusion et la précarité.

Résultat 2007 : Augmentation de 172% du salaire du chef de l’État, décidée au début du quinquennat en 2007.

Avant Sarkozy, la France était 11ème dans le domaine de la pauvreté humaine sur les 19 pays les plus riches classés par le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) (Allemagne 6ème).

Fin Sarkozy 2012 : la France est 20ème sur 26 (Allemagne 9ème).

5 ans de pouvoir, la France de Sarkozy compte 8,2 millions de pauvres, le nombre de pauvres est passé de 12,9 à 13,5 %.

10 millions de sans-abri, mal-logés et de personnes qui subissent les conséquences de la crise du logement selon la Fondation Abbé Pierre.

Dans le détail : 3,6 millions de personnes sont non où très mal logées, 1,2 million de personnes sont en demande d'un logement social, 3,4 millions sont en situation de précarité énergétique et 1,3 million de locataires ont rencontré des difficultés pour s'acquitter de leur loyer.

Inégalités Avant Sarkozy, la France était le 16ème pays le moins inégalitaire concernant la distribution des revenus. (Coefficient Gini, ONU).

Fin Sarkozy 2012 : la France n’est plus que le 38ème, derrière le Tadjikistan.

Corruption

Avant Sarkozy, la France était à la 18ème place des pays les moins corrompus. (Classement Transparency International).

Fin Sarkozy 2012 : la France n'est plus qu’à la 25ème place et a un indice de corruption supérieur au Qatar par exemple

Liberté de la presse

Avant Sarkozy, la France était à la 33ème place pour la liberté de la presse. (Classement Reporters Sans Frontières).

Fin Sarkozy 2012 : la France n’est qu’à la 38ème, derrière le Salvador, mieux classé.

Sécurité :

un rapport accablant de la Cour des Comptes souligne l'échec de la politique de Sarkozy (aux responsabilités depuis 2002 comme Ministre de l'Intérieur puis comme Président de la République).

Les affaires du quinquennat de Sarkozy :

On ne peut pas affirmer que les années 2007/2012 auront été un long fleuve tranquille puisque émaillées d'affaires, scandales, magouilles et condamnations en tout genre, "mouillants" ministres et entourage voire l'ex chef de l’État lui-même :

Les comptes de campagne, financement libyen, affaire Bettencourt, sondages de l’Élysée, affaire Tapie-Lagarde,  affaire Karachi, trafic d'influence, l'affaire Clearstream, l'affaire Woerth (hippodrome de Compiègne), la nomination de Jean Sarkozy, les cigares de Christian Blanc, les affaires Wildenstein, les voyages de Michelle Alliot-Marie en Tunisie, le scandale Joyandet, la légion d'honneur du couturier de Sarkozy, la légion d'honneur de l'expert comptable d'Eric Woerth, la légion d'honneur de Jacques Servier, la légion d'honneur de Patrice de Maistre (gestionnaire des Bettencourt), les amis placés ici où là, le scandale Georges Tron, l'espionnage du Monde, le fiasco à propos des vaccins contre le H1N1...etc. !

 

Sarkozy demande une nouvelle chance : Pour échapper à la justice ?
Sarkozy demande une nouvelle chance : Pour échapper à la justice ?
Sarkozy demande une nouvelle chance : Pour échapper à la justice ?
commentaires

Sarkozy a dénoncé jeudi les "mensonges répétés de Hollande" : C'est l'hôpital qui se fout de la charité !

Publié le 19 Février 2015 par Rive gauche dans Vidéos politiques

Sarkozy, le champion toutes catégories du mensonge, est vraiment gonflé !

Nicolas Sarkozy sacré meilleur menteur en politique de l'année 2014.

L'ancien chef de l'Etat a été récompensé pour "ses 17 mensonges répétés en boucle" pendant la campagne pour la présidence de l'UMP :

Des chiffres de la délinquance à ceux de l'Aide médicale d'Etat, en passant par le bilan de son quinquennat. Soit 17 approximations -voire inventions- de l'ancien chef de l'Etat.

Sarkozy, meilleur menteur en politique de l'année 2014, c'est un titre entièrement et largement mérité !

 

commentaires

Motion de censure de l'UMP : Les frondeurs au pied du mur

Publié le 18 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Car l'heure du choix est arrivée : voter ou non jeudi après-midi la censure du gouvernement Valls !

Les frondeurs sont au pied du mur. Soit ils ne votent pas la censure et ils passent pour des « dégonflés ». Soit ils votent la censure et ils prennent le risque d'ajouter une crise à la crise.

Surtout qu'en cas d'« accident » jeudi après-midi, c'est un probable nouveau gouvernement et une possible dissolution si plus de majorité. Et la défaite assurée pour la plupart des députés PS. Là, on passerait des frondeurs aux... salopards.

Les frondeurs, dites-nous honnêtement ce que vous reprochez à la loi Macron ou surtout à Valls, ce serait plus honnête que de lancer des flèches dont on ignore les raisons. Mais peut-être ne le savez-vous pas vous-même !

Vous ne croyez pas qu'on a surtout perdu beaucoup de temps pendant les années de gouvernance de la droite et celles du quinquennat de Sarkozy ?  Et la mascarade de l'UMP avec ses divisions et ses casseroles ? Vous avez déjà oublié ?

Sur le plan politique, le coup est rude et la mine abattue de Macron en témoignait. L’acharnement et l’application du ministre de l’Economie au cours des 120 heures de débats étalées sur trois semaines n’auront pas suffit à convaincre les frondeurs d’approuver un texte érigé en emblème de la volonté réformatrice de l’exécutif.

Voter la censure serait rejoindre ceux qui veulent faire chuter la gauche. Le bras de fer imposé par les frondeurs laisse pourtant planer une incertitude pour la suite. A gauche, ce recours au 49-3 pourrait laisser des traces indélébiles.

Motion de censure de l'UMP : Les frondeurs au pied du mur
commentaires

Motion de censure de l'UMP : le front de gauche et le front national unis dans un même vote

Publié le 18 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

C'est le mariage de la carpe et du lapin ! De grands guignols !

André Chassaigne et Florian Philippot copain comme cochon !

Les voilà unis par les extrêmes, par les deux bouts de la corde contre le progrès et les réformes.

Quant aux frondeurs ils sont en pleine préparation du prochain congrès du PS. Comme ils savent qu'ils ne représentent plus le peuple mais leurs propres intérêts, ils ont une trouille bleue des prochaines élections législatives. Des irresponsables je vous dis.

Le pompon revenant à Anne Hidalgo qui a vu dans le texte sur le loi Macron, après des heures de débats parlementaires, "un recul démocratique", rien de moins que ça ! Une vraie démocrate je vous dis.

La loi Macron, sur la forme comme sur le fond, a le mérite de déverrouiller des situations et des blocages : professions réglementées, permis de conduire, exercice du notariat, retraites-chapeau, travail dominical, justice prud’homale et j'en passe.

La loi Macron, sur la forme comme sur le fond, a le mérite d'essayer de réformer la France.

 

Motion de censure de l'UMP : le front de gauche et le front national unis dans un même vote
commentaires

Recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron sans vote

Publié le 17 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Valls a raison d'utiliser le 49-3.

Dés qu'une réforme importante est à faire, les conservateurs renaclent et les partis se fracturent.

La droite est parfaitement favorable à cette loi mais elle ne veut pas la voter, elle préfère critiquer. C'est là que l'on voit les travers de la démocratie.

La motion de censure est déposée par la droite la plus bête du monde.

Les frondeurs sont forts en gueule mais devant l'action, ce sont des pleutres.

Les frondeurs sont forts dans l'opposition, dans la rébellion, c'est à la portée de n'importe quel imbécile, mais dès que leur poste de député sera en jeu, ils deviendront des moutons.

Mélenchon : "la majorité de 2012 est décédée", j'espère au moins qu'il est content car il y a bien contribué.

Comme si les prises de position de la figure de prou de l'UMP, Christian Jacob, ne suffisait pas, un certain Sarkozy, ancien Président de la République, membre de droit du Conseil Constitutionnel, patauge dans le vide sidéral d'un commentaire creux et insipide : "La vérité éclate au grand jour."

En adoptant cette stratégie, l'UMP et son président adoptent la politique de la terre brulée. Leur calcul est simple : plus la situation de l'économie française sera dégradée, plus les chances de Sarkozy seront bonnes.

Valls : "J’ai du carburant pour continuer les réformes."

"il y a une majorité dans ce pays pour réformer" Valls joue l'opinion contre sa majorité.

Valls au groupe PS : "en conscience, que chacun se reprenne et se rappelle que nous gouvernons la France"

Valls a raison d'agir ainsi, la majorité des français approuve cette loi.

Luc Ferry ancien ministre de Sarkozy : " Droite débile : en 5 ans de Sarko elle n'a pas fait la moitié de la loi Macron et elle vote contre. Navrant... "

Pour une fois je suis d'accord avec Luc Ferry.

 

Recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron sans vote
commentaires

Mélenchon révèle sa surdité dans Le Divan !

Publié le 17 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Le député européen reconnaît souffrir de surdité.

"Vous, vous voyez les gens arriver, vous les entendez. Moi, non. Je les découvre quand ils sont sur moi".

A sa place j'aurais dit : "il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre."

 

Mélenchon révèle sa surdité dans Le Divan !
commentaires

L'Europe permissive ose donner des leçons à la France !

Publié le 17 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Les faits :

D'après l'Europe, la France traite mal ses migrants, et notamment ses demandeurs d'asile !

Un autre sujet est pointé du doigt: la question des mineurs étrangers isolés, qui seraient jusqu'à 12.000 dans notre pays. Ces derniers sont livrés à eux-mêmes et n'ont aucun suivi médical, ni scolarisation.

Europe permissive

Sens : Une Europe sans politique face aux flux migratoires.

"Le désordre permissif est, pour les capitalistes d'aujourd'hui, plus rentable que l'ordre moral d'hier." Jean-Paul Sartre

Depuis des lustres, l’Europe est une terre d’immenses migrations. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui. La pression de l’immigration illégale atteint des niveaux sans précédent.

En Europe, la France n'est pas la seule à être confrontée à la question de l'afflux de migrants. L'Italie est également en première ligne, étant proche géographiquement de la Libye, d'où partent nombre de réfugiés.

L'Europe se trompe de cible, elle devrait plutôt nous aider à stopper ces flux migratoires. L'Europe ferait mieux de mettre en place une opération pour éviter de nouvelles tragédies en Méditerranée.

A Calais, ce sont les associations qui font la loi, et la France est accusée de tous les maux. Elles ne sont que des fonds de commerces et nuisent à notre société.

Q'allons-nous faire des populations auxquelles on ne peut donner ni emploi, ni logement, ni avenir et, de plus, qui ont du mal à vivre l'intégration ou l'assimilation ? 

" La France n'est plus, ne peut plus être, une terre d'immigration, je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. ", disait Michel Rocard le 7 janvier 1990.

commentaires

Pourquoi Hamon votera contre la loi Macron ?

Publié le 16 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Hamon souhaite se créer une légitimité dans l’adversité politique.

Aujourd’hui, il est de plus en plus évident que pour exister politiquement, il faut trouver les moyens de se forger une personnalité d’acteur incontournable, de manière à se construire une légitimité, par ses actes et une communication intensive.

En appelant à voter contre la loi Macron, il sait désormais qu’il vient de franchir la ligne rouge qui doit marquer soit son ascension ou sa mort politique. C’est un risque assumé, mais qui comporte beaucoup d’incertitudes, parce qu’il sait aussi qu’il n’a pas les moyens financiers, humains et politiques d’atteindre son objectif face aux cadres de son parti qui dorment toujours les yeux ouverts.

Invité dimanche de LCI, l’ancien ministre de l’Education, Benoît Hamon, s’est montré combattif. Volontaire même. Bien plus qu'il ne l'aura été finalement au cours des quelques 5 mois passés à la tête du ministère de la rue de Grenelle.

Il a l'air triste Benoit Hamon, il doit un peu regretter de s'être fait embarquer par le fantasque et narcissique Montebourg lors de la fête de la Rose, et du coup de s'être lui-même débarqué, au mois d'août 2014, de son poste de ministre si gratifiant et si valorisant !

Quand on a, comme Hamon, de très grandes ambitions, il faut trouver le moyens de combler ce déficit médiatique, afin d’avoir une réelle visibilité pour exister politiquement. Ce phénomène n’est pas nouveau. Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il change de forme et s’accentue davantage.

Ce rapport de force contre le loi Macron va lui permettre de sortir de l'anonymat dans lequel il était cantonné depuis qu'il n'est plus ministre. Cette visibilité politique volontaire va peut être renforcer sa stature et sa légitimité parmi les frondeurs.

La politique est une action commune, c'est-à-dire un ensemble de décisions que l'on prend, de choses que l'on fait, de risques que l'on assume pour la France, non point une décision hypocrite et des propos dominés par la langue de bois dans le seul but d'exister par soi-même.

Pourquoi Hamon votera contre la loi Macron ?
commentaires

FN : Un vote de protestation ou un vote d'adhésion ?

Publié le 15 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Plus d'un quart des Français souhaitent le succès du FN aux départementales des 22 et 29 mars.

Je me demande si tous ces gens sont au courant du programme économique de ce parti ? Le FN n'a rien montré de concret dans la conduite des affaires, il a seulement hurlé avec les loups pour séduire les Français déçus. Le FN n'est pas une solution mais une catastrophe !

Dans une France en crise où un nombre croissant d'électeurs a le sentiment que les politiques sont lointains, passifs ou impuissants, c'est plus un vote de protestation qu'un vote d'adhéion.

Dans la phase actuelle, le Front national ressemble à un parti attrape-tout.

La crise, les affaires, la délinquance, tout ce qui avive le ressentiment contre les élites au pouvoir sert le FN et Marine Le Pen en joue avec cynisme, car elle n'a aucune vraie solution à ces problèmes.

Le FN a l'avantage de n'avoir jamais exercé le pouvoir. Il faut l'observer, le critiquer, ne plus se contenter de lui opposer des anathèmes, mais des arguments.

Le FN n'a pas d'autre programme que le populisme.

Populisme = dire ce que le peuple veut entendre pour se faire élire. Il s’agit d’un attitude politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profonde, de sa défense contre les divers torts qui lui sont faits. Le populisme naît toujours dans une situation de crise sociale.

Le message du populiste est simple et clair.

Il y a le bouc émissaire comme les élites au pouvoir, les étrangers, le monde financier, l’impérialisme américain... etc. Il y la promesse de donner le pouvoir au peuple, de changer le monde, de redistribuer la richesse, de créer de la prospérité pour les plus pauvres. Ce message, proclamé par un leader charismatique, voilà les ingrédients pour un mouvement politique populiste.

Dans ces conditions, le discours populiste peut être envisagé comme une stratégie de manipulation dans l’excès, un excès qui joue sur l’émotion au détriment de la raison politique et porte la dramatisation du scénario à son extrême : exacerbation de la crise, dénonciation de coupables, exaltation de valeurs et apparition d’un Sauveur.

Le populiste a besoin que les classes populaires soient disponibles, c’est-à- dire dans un état de forte insatisfaction.

Un tel message, n'est-il pas démagogique ?

Oui, car les promesses sont irréalistes et ne répondent qu'aux frustrations du peuple. Des promesses pour gagner de la sympathie, pour gagner des votes.

Le démagogue dit ce que le peuple veut entendre.

 

FN : Un vote de protestation ou un vote d'adhésion ?
commentaires

Les principales dispositions de la loi Macron

Publié le 15 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Au terme de trois semaines de débats, l'ensemble des articles du projet de loi Macron a été adopté, dimanche matin par l'Assemblée nationale : Extension du travail du dimanche, professions réglementées, transport par autocar, reforme du permis de conduire ou de la justice prud'homale.

Mardi 17 février, l'ensemble du texte doit faire l'objet d'un vote solennel par les députés.

Ouverture des commerces le dimanche :

Le nombre d'ouvertures passe de 5 à 12 par an, sur décision du maire. Ces dimanches sont payés double.

Dans les zones touristiques internationales, l'ouverture sera autorisée tous les dimanche et aussi le soir jusque minuit.

Cette loi n'a d'intérêt que pour les grands magasins et autres grandes enseignes des boulevards qui drainent la majorité du tourisme. Tant mieux pour les salariés qui pourront en profiter.

Les professions réglementées :

L'objectif est de baisser les tarifs des professionnels (administrateurs judiciaires, commissaires-priseurs judiciaires, greffiers de tribunaux de commerce, huissiers de justice, mandataires judiciaires et notaires).

Une grille des tarifs sera fixée par décret après avis de l'Autorité de la concurrence.

Les tarifs des petits actes seront fixes.

L'objectif est aussi de simplifier les conditions d'installation de ces professions, soumises jusqu'ici à un numerus clausus, en mobilisant l'Autorité de la concurrence.

Le texte prévoit une liberté d'installation "contrôlée" et fixe une limite d'âge à ces professions (70 ans).

Transport :

Le texte autorise l'exploitation de lignes d'autocar sur le territoire national.

Les régions ou les départements pourront réguler les liaisons inférieures à 100 km si elles menacent la viabilité d'une ligne SNCF.

L'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières pourra contenir les tarifs de péages, mettre plus de concurrence dans les marchés d'autoroutes, et donner son avis sur les lignes d'autocars nationales.

Permis de conduire :

L'objectif est de faire passer de 98 à 45 jours le délai d'attente entre deux présentations à l'examen.

Les préfectures pourront recourir dans les zones les plus tendues à des agents publics ou contractuels (anciens policiers ou militaires, agents de La Poste) formés comme examinateurs.

Le code pourra se passer dans les établissements scolaires.

Suppression de la durée minimale de formation de 20 heures.

Justice prud'homale :

Il prévoit une refonte des procédures pour rendre la justice prud'homale plus rapide et plus efficace.

Il modifie la procédure des licenciements dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Il supprime les peines de prison pour les employeurs qui portent atteinte à l'exercice du droit syndical ou des missions des représentants du personnel (le délit d'entrave).

En outre, pour les licenciements collectifs, l'administration pourra homologuer un plan social en prenant en compte les moyens de l'entreprise.

Par ailleurs, sera créé une carte d'identification professionnelle pour lutter contre les fraudes aux travailleurs détachés en France.

Retraites chapeau :

Un amendement socialiste relatif aux retraites "chapeau" vise à prévenir les dérives constatées pour des mandataires sociaux en encadrant mieux les conditions dans lesquelles elles sont octroyées.

Une autre mesure subordonne le versement d'une retraite chapeau à des conditions de performances.

 

Les principales dispositions de la loi Macron
commentaires

Les députés frondeurs : à quoi servent ils ?

Publié le 15 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

L'Assemblée nationale a voté samedi l'un des points les plus controversés du projet de loi Macron. En dépit d'une offensive des députés frondeurs.

Les emplois du Dimanche sont une bénédiction pour les étudiants et ceux qui ont besoin d'un complément de salaire.

L'assemblée a également voté la création de zones touristiques internationales, où les commerces pourront ouvrir tous les dimanches et également les soirs jusqu'à minuit. Dans ces zones, le volontariat des salariés et les compensations seront obligatoires.

La droite et ces contradictions, elle est pour pour le travail du dimanche mais vote contre un texte qui le propose.

A signaler : 4 députés UMP sur 198 étaients présents dans l'hémicycle. La question de l'absentéisme des députés fait débat depuis plusieurs années. En vain ! Des progrès restent donc à faire.

Les frondeurs c'est quoi ? C'est un ramassis de députés agités et inutiles.

Mais qui sont ces frondeurs? Des donneurs de leçons ! On ne leur connaît ni chef, ni projet politique.

A quoi servent ils ? A rien !

Messieurs les députés frondeurs :

Vous devez votre siège de député à François Hollande, arrêtez de cracher dans la soupe ou démissionnez !

Quand on hésite sur la voie à suivre, il faut se souvenir d’où l'on vient. C’est la seule façon de ne pas s’égarer et surtout d'avancer.

Vous êtes dans une approche idéologique ancestrale de la réalité de la France, vous n'avez pas évolué. Vous refusez les réformes nécessaires à notre pays.

Regardez autour de vous, le monde a changé. Aidez plutôt le gouvernement à réformer la France.

Ne restez pas figés, ou vous courrez à votre perte ! Essayez d'imaginer une idéologie moderne adaptée à notre siècle, à notre société.

Pour fronder encore faut-il être capable de présenter un programme de substitution efficace et exemplaire. C'est loin d'être le cas. Vous faites de la politique politicienne, ce qui n'est en rien constructif.

Arrêtez de brasser de l'air, de créer des mouvements, des commissions. En agissant ainsi vous enterrez les problèmes, vous gaspillez votre temps et vous dépensez votre énergie en vain.

Il est temps de réformer ce pays, de libérer les énergies, de bousculer les corporatismes, de dépoussiérer notre société.

On ne devrait même pas se poser la question de savoir si on doit ou non moderniser la France devant la crise que connaît ce pays et le nombre de chômeurs qui augmentent sans cesse.

Messieurs les députés frondeurs, inutile d'en faire des tonnes, ce n'est qu'un jeu de dupes qui tourne à chaque fois au non évènement. Vous seriez plus efficace en agissant avec le gouvernement pour réformer la France !

Ou sont les 577 députés ? En vacances, au sport d'hiver ou en week-end ! Aprés les frondeurs, voici les déserteurs !

Ou sont les 577 députés ? En vacances, au sport d'hiver ou en week-end ! Aprés les frondeurs, voici les déserteurs !

commentaires

Christiane Taubira est-elle un handicap pour le gouvernement ?

Publié le 14 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Une forte majorité de sympathisants de droite comme de gauche pense que la ministre de la Justice manque de sévérité tant face à la délinquance que sur la question du terrorisme, pourtant l'égérie du mariage pour tous bénéficie toujours aujourd’hui d’un certain socle de soutien à gauche de la gauche.

Christiane Taubira, le maillon faible du gouvernement?

Les faits - Interrogés sur les compétences de la garde des Sceaux, une majorité de Français jugent que l'action de Taubira constitue un handicap pour le gouvernement.
Les sympathisants de droite se révèlent les plus sévères avec la garde des Sceaux. Mais à gauche aussi, ils se montrent critiques. Une grande majorité se demande même pourquoi elle est restée lors des divers remaniements ! Il est évident que cette dame ne tire pas dans le même sens que le gouvernement, elle est beaucoup trop laxiste.
 
Cette femme, à l'égo démesuré, fait partie de ces gens qui ont toujours raison même si la suite des évenements leur a donné tort.
 
Elle a quand même raison sur plusieurs points, d'abord les peines planchers, elles n'ont pas été efficaces, ensuite l'individualisation des peines ayant pour objectif la réinsertion et enfin la contrainte pénale qui fait ses preuves en Suède. Mais cette politique prend beaucoup de temps.
 
Mme Taubira est une femme brillante, une intellectuelle et une philosophe qui fait avancer le débat sur la condition humaine. Par contre, la ou ça se gâte, c'est qu'elle n'est absolument pas faite pour être ministre de la justice.
Il faut une grande dose de pragmatisme pour gouverner et elle est incapable de sortir du concept et de son idéalisme endémique ! Personnellement je considère qu'elle a de la hauteur de vue et du courage, dommage qu'elle ne se cantonne pas au débat philosophique !
 

Les symboles de la justice : Le Glaive et la Balance

La balance constitue sans doute le symbole le plus ancien de la fonction de juger. La balance vient à ce titre symboliser le travail du juge au cours de son délibéré : prendre la mesure de chaque argument pour parvenir à une décision équilibrée.

Le glaive, symbole de puissance, rappelle quant à lui que la justice n’est rien sans la force qui permet de la faire appliquer : juger ne consiste pas seulement à examiner, peser, équilibrer, mais encore à trancher et sanctionner.

Le  GLAIVE et la BALANCE

Le GLAIVE et la BALANCE

commentaires

Les dérives clientélistes de la réserve parlementaire

Publié le 13 Février 2015 par Rive gauche dans Edito

Chaque année, l’Assemblée nationale dispose d'environ 90 millions d’euros et le Sénat de 60 millions d’euros.

A l'Assemblée, chaque groupe reçoit une somme équivalente à 130.000 euros par député, au Sénat, c'est environ 160.000 euros par élu.

L’objectif de la réserve parlementaire est souvent détourné ; réfection de ronds-points, ou pour un usage qui ne répond pas réellement à l’intérêt général, comme la participation aux travaux d’un équipement privé.

La Cour des comptes déplore les dérives clientélistes de la réserve parlementaire.

Elle déplore la dérive qui s’est opérée sur l’emploi de ces aides. La lecture des subventions accordées en 2013 et 2014 montre qu’une grande partie est consacrée à un saupoudrage au profit d’associations locales, sans plus d’explications, ce qui relève du plus simple clientélisme.

Les gagnants de la réserve :

En 2011, François Baroin, François Fillon et Jean-François Copé étaient les mieux servis par la réserve.

Un an plus tard, le classement est toujours dominé par des personnalités de l'UMP. En tête figure Valérie Pécresse. 

Vient ensuite François Fillon avec plus de 2 millions d'euros, dirigés pour la plupart vers la Sarthe, fief du Premier ministre.

Le président du conseil général de Charente-Maritime Dominique Bussereau complète le podium avec 687 000 euros, exclusivement dédiés à son département.

La pétanque choyée par les députés. En effet, les députés ont une attention toute particulière pour les boulistes. Certains députés sont très attentionnés, surtout dans le sud. Dans les alpes-Maritimes, Eric Ciotti (UMP), a reversé à sept clubs pour un total de 14 000 euros. Dans la Drôme, Georges Fenech (UMP) a lui aussi versé 7000 euros, répartis équitablement entre sept associations du coin.

Ainsi Compiègne a été financée par la réserve parlementaire de son sénateur-maire, 19 millions d'euros de subventions entre 2004 et 2013 : Nouveaux box pour le centre équestre, construction d'une cantine ou d'un stade d'athlétisme, travaux de voirie et d'éclairage, rénovation du cloître Saint-Corneille...

Une réserve toujours très partisane

En 2007 et 2012, les dossiers transmis par des élus de droite forment l'immense majorité des demandes accordées : respectivement 96,5% et 98,5%.

C'est une distribution de nos impôts au gré des envies de tel député ou sénateur.

Cette réserve parlementaire est tout simplement de la corruption, et un financement clientéliste.

Cette réserve ne devrait plus être utilisée selon le bon vouloir d'un seul député mais pourrait faire l'objet d'un contrôle par des représentants de tous les groupes parlementaires !

Et si cette réserve était tout simplement supprimée ? Il n'est pas interdit de rêver !

Les dérives clientélistes de la réserve parlementaire
commentaires
1 2 > >>