Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

A quoi ça sert un écolo? A quoi sert Cécile Duflot?

Publié le 31 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Au lendemain des départementales, la députée EELV de Paris Cécile Duflot a critiqué une nouvelle fois le Premier ministre : « Le logiciel de Manuel Valls est périmé »

Après avoir sabordé avec succès la construction des logements en France, Duflot est frappée de cécité politique.

L’indignation qui chez les écolos genre Duflot relève du réflexe politique ressemble souvent à quelques grognements à peine audibles et souvent niaisissimes.  

D’aucuns objecteront que la surface politique de ces écolos est encore plus fine que les particules qui encombrent les centres urbains les jours de pollution de l'air. 

C’était donc ça ! Pour sortir l’écologie politique de son incurie, il fallait donc un nuage de fumée, gloseront les plus perfides qui voit en l'écologie l'imposture de nos temps politiques modernes.

En parfaits fantômes politiques, les écolos comme Duflot sont peut-être en train de passer à côté de leur grand moment politique…En attendant le prochain nuage de fumée.

A quoi ça sert un écolo? A quoi sert Cécile Duflot?
commentaires

Quelles leçons le gouvernement doit-il tirer de cette élection ?

Publié le 31 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Le PS vient d’essuyer une cuisante défaite avec la perte de 25 départements, payant ainsi le prix fort des divisions de la gauche. Pourtant, Valls affiche son intention de maintenir le cap économique, contesté par l'écolo Cécile Duflot et une partie des députés frondeurs.

Un remaniement gouvernemental ouvrirait des portefeuilles à des écologistes et à des frondeurs. Or, les résultats des urnes montrent qu'il n'y a pas de demande de plus d'aile gauche, la défaite concerne tant les frondeurs que les non-frondeurs.

Si les frondeurs socialistes ont appelé dimanche soir à un rassemblement d'une gauche qui soutienne une politique nouvelle, le Premier ministre, lui, préfère maintenir le cap. Valls prévoit même deux accélérations : le soutien à l'investissement public et privé pour amplifier la reprise, et la lutte contre les injustices sociales.

Mardi matin, sur BFMTV, Manuel Valls s'est dit persuadé que l'immense majorité des députés le soutiendraient dans l'idée qu'il fallait continuer, même si, sur tel ou tel aspect, il fallait approfondir.

Manuel Valls entend bien accélérer afin d'atteindre 1,5% de croissance cette année, le niveau jugé nécessaire pour faire baisser le chômage.

commentaires

Départementales : La stratégie du vote contre le FN s’est montrée plus favorable à l’UMP

Publié le 31 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Les anciennes cantonales étaient des élections de notables, une bataille de maires pour décrocher le poste de conseiller général. L'électeur votait plus pour son maire que guidé par des préoccupations nationales.

Pour les nouvelles départementales, le redécoupage et la crise ont fait que la politique nationale est rentrée en force.

 

Décryptage politique :

Ce résultat indique-t-il l’installation d’un tripartisme durable en France.

Le premier enseignement c’est l’enracinement politique et électoral du Front national.

L’union de la droite est évidement l’un des éléments clé de sa victoire le dimanche 29 mars.

La politisation de l’élection, la mobilisation des leaders politiques et l’intérêt croissant des médias n'ont pas contribué à limiter l’abstention, celle-ci reste très forte au niveau national.

Dans le détail, si l’électorat du FN s’est montré très mobilisé tout au long de la campagne, ses électeurs se sont finalement reporté sur l’UMP. Pour la première fois, Marine Le Pen laisse  entendre que le PS est le parti à éliminer en priorité.

 

Le Front national n’a gagné aucun département le dimanche 29 mars car un large barrage électoral s’est formé autour de lui. 

Sarkozy a toujours proclamé que lui seul pouvait faire baisser le FN, aujourd’hui ce n'est plus le cas. Et si le FN n'est pas arrivé en tête dimanche, c'est aussi grâce à la campagne pugnace du Premier ministre Valls.

 

Mon analyse du scrutin départemental :

Il est frappant de constater que dans les duels UMP/FN du second tour, les reports apparents montrent que l’électorat de gauche s’est fortement mobilisé en faveur du candidat de la droite modérée. Les campagnes anti-FN menées par le PS ont permis la constitution de ce front républicain sorti des urnes.

 

Par contre dans les duels PS/FN, une part importante de l’électorat de l’UMP a suivit la consigne officielle du "ni-ni" de Sarkozy.

L’ironie de l’histoire est que le seul électorat qui ne s’est pas conformé au mot d’ordre du FN (combattre l’UMPS), est son propre électorat ! En effet dans les duels PS/UMP, les électeurs qui ont voté FN au premier tour ont voté massivement au second en faveur des candidats de l’UMP. La frontière entre les deux partis UMP et FN est désormais totalement perméable.

 

L’impact du FN sur les stratégies électorales des autres formations politiques. Dans la perspective de 2017, le sujet des alliances va s’avérer crucial à droite comme à gauche pour éviter l’élimination au second tour.

Sarkozy marche d'ailleurs sur des charbons ardents vis à vis de l'extrême droite, car les présidentielles se profilent à l’horizon 2017, et le petit Nicolas a besoin des voix FN pour gagner.

 

Déductions : Le vote anti FN fait le jeu de l'UMP, les voix de gauche sont les seules à respecter ce mot d'ordre !

Départementales : La stratégie du vote contre le FN s’est montrée plus favorable à l’UMP
commentaires

Après ces élections gagnées par la droite, Nicolas Sarkozy remporte le droit de berner le peuple en 2017 !

Publié le 30 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Rien ne vaut une bonne et belle élection pour s'assurer une légitimité auprés des veaux. "Les Français sont des veaux" avait dit De Gaulle et je partage son avis vu le résultat des élections.

Dimanche soir, Nicolas n'incarnait pas la Victoire de Samothrace mais la victoire de la droite aux élections départementales, quitte à éclipser les autres cadres de l'UMP et, accessoirement, son partenaire de l'UDI, Lagarde.

Les autres challengers de Nicolas ont également tenté de s'attribuer la victoire dimanche soir.  Fillon s'est même invité au siège du parti, histoire peut-être de ne pas laisser la vedette au président de l'UMP.

Il n'empêche que Nicolas a désormais lancé Sarkozy vers 2017. Dès son allocution de dimanche soir, l'ancien Président a promis un projet d'alternance, réaliste et profondément nouveau, au coeur du parti qu'il s'apprête à refonder le 30 mai prochain. 

Nicolas compte en effet soumettre à ses militants une nouvelle UMP, façonnée à l'image de Sarkozy.

Nicolas veut l’alternance pour Sarkozy et non pour faire plaisir aux veaux !

C'est mon avis, et je le partage !

Après ces élections gagnées par la droite, Nicolas Sarkozy remporte le droit de berner le peuple en 2017 !
Après ces élections gagnées par la droite, Nicolas Sarkozy remporte le droit de berner le peuple en 2017 !
commentaires

Perdre les élections intermédiaires, quand on est au pouvoir, est souvent une fatalité

Publié le 30 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Depuis plus de 30 ans, la plupart des gouvernements ont perdu toutes les élections intermédiaires.

Si les élections intermédiaires ont lieu quelques mois après un scrutin national, l'électeur ne fait pas encore preuve d'impatience et il a une forme d'indulgence vis-à-vis du pouvoir national.

Déçus par les trois premières années du quinquennat de François Hollande, le chômage, l'insécurité, la crise économique... les sympathisants de gauche se sont moins déplacés que ceux de droite.

Le gouvernement Valls est en plein cœur de batailles qu'il n'a pas encore gagnées : chômage,  redressement du pays... et de manière générale, ces élections départementales furent difficile pour le PS. Comme le seront les élections régionales au mois de décembre 2015.

Comme toujours, le parti au pouvoir a perdu les élections, mais la raclée est monumentale cette fois. La faute à la double impopularité de François Hollande. Celle qu’il n’a pas tardé à retrouver dans l’opinion publique, après la parenthèse de l’immédiat après-attentats, mais aussi celle des familles de la gauche qui se sont un peu plus décomposées, avec effet immédiat sur le résultat électoral.

Au-delà du jugement sur les bilans des gouvernements au moment du vote, les élections intermédiaires servent régulièrement de référendum pour ou contre le pouvoir en place.

Après ces élections gagnées par la droite, Sarkozy, l'homme au lourd passif, remporte ainsi le droit de berner le peuple en 2017 !

C'est mon avis, vous n'êtes pas obligé de le partager !

Perdre les élections intermédiaires, quand on est au pouvoir, est souvent une fatalité
commentaires

Départementales : Midi-Pyrénées, terre de gauche

Publié le 30 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Sur les huit départements de la région, seul l'Aveyron reste à droite.

Dans les sept autres, le parti socialiste et le parti radical de gauche arrivent en tête.

Il faudra attendre le troisième tour, avec l'élection des présidents, mais la gauche peut légitimement prétendre conserver la tête de l'exécutif dans chacun des départements qu'elle détenait.

La seule incertitude véritable concerne le Tarn-et-Garonne où la majorité sortante préserve son avantage dans un rapport de force extrêmement serré.

HAUTE-GARONNE 23 cantons sur 27 : le PS, en remportant vingt-trois cantons, sera représenté par 44 élus (plus deux fidèles alliés du PRG), six de plus que lors du précédent mandat. Inespéré il y a encore une semaine.

Canton de TOULOUSE 8 Résultats du second tour, conseillers élus PS : Farcy, Gibert

6.446 voix contre 6.079, pourcentage 51,47% contre 48,53%.

ARIEGE Le Parti socialiste garde la majorité au sein du conseil départemental avec 16 conseillers départementaux sur 26.

AUDE Renforcée, la majorité PS-PRG remporte 18 cantons sur 19

AVEYRON  le carton de la droite, elle engrange quinze cantons contre huit pour les formations de gauche sur les 23 que compte désormais l'Aveyron

GERS Le département reste à gauche, l'Armagnac à droite. Onze cantons à gauche et six à droite

LOT La majorité PS-PRG solide sur ses bases. Les socialistes, radicaux et divers gauche s'appuieront sur une large majorité de 30 sièges sur 34

LOT-ET-GARONNE Avec 13 cantons, la gauche conserve le département. La gauche rassemble 26 élus sur 42.

HAUTES-PYRENEES La gauche valide sa victoire

TARN La gauche reste majoritaire avec 13 cantons sur 23

TARN-ET-GARONNE Neuf membres de la majorité sortante réélus

commentaires

Départementales : Claque pour la gauche, triomphe pour la droite

Publié le 30 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

La droite remporte 66 départements (contre 41 avant les élections) et la gauche 34 (contre 61 auparavant).

25 départements ont basculé à droite, dont la Corrèze et l'Essonne, fiefs du chef de l'Etat et du Premier ministre. Basculent aussi le Nord (Aubry), la Seine-Maritime (Fabius), la Saône-et-Loire, l’Isère, les Côtes-d'Armor…

La Lozère est le seul département à basculer à gauche.

En perdant la moitié des départements qu'elle détenait et avec elle la majorité des territoires au niveau national, la gauche a essuyé un sérieux revers ce dimanche 29 mars, au second tour des départementales.

Départementales : Claque pour la gauche, triomphe pour la droite
commentaires

Départementales : résultats du second tour

Publié le 29 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

commentaires

Départementales : Echec sans appel de la gauche, victoire indiscutable de la droite

Publié le 29 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

La droite a très largement remporté les élections départementales en faisant basculer dans son camp un nombre considérable de départements, parfois symboliques comme la Corrèze de François Hollande et le Nord de Martine Aubry.

La gauche a malgré tout bien résisté, et que ses résultats auraient été meilleurs sans l'incroyable division de forces de gauche au premier tour.

La déroute des départementales survient après celle des municipales, alors que se profilent à l'horizon les élection régionales de décembre.

Une France qui, pour crier sa colère, a tourné le dos à la gauche et mis le cap par dépit sur une droite rejetée en 2012.

Le PS s'incline mais ce n'est pas une lourde défaite. Sarkozy et l'UMP ont la mémoire courte, ils oublient que les Français leur ont imposé une sanction en 2012 pour les mêmes raisons !

A mon avis, aucun parti ne peut tirer gloriole de ce scrutin car les abstentionnistes sont le premier parti de France ! Il y a là matière à réflexion pour tous les républicains. 

Départementales : Echec sans appel de la gauche, victoire indiscutable de la droite
Départementales : Echec sans appel de la gauche, victoire indiscutable de la droite
commentaires

Le changement d'heure, une mesure de plus en plus décriée et de moins en moins efficace

Publié le 28 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Depuis 1998, les dates de changement d'heure ont été harmonisées au sein de l'Union européenne : le passage à l'heure d'été s'y effectue le dernier dimanche de mars, celui à l'heure d'hiver, le dernier dimanche d'octobre.

Le changement d'heure a été instauré en France en 1976 à la suite du choc pétrolier de 1973-1974.

Il a pour objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel.

Il a permis d’économiser 440 GWh (gigawattheure, 1 GWh équivaut à 1 million de kWh) en éclairage en 2009, soit l'équivalent de ce que consomment 800.000 ménages en un an pour leur éclairage (800000 sur 26 millions ménages !!!). 

Effet sur la santé publique :

Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement touchés et mettent environ une semaine pour s'adapter aux nouveaux horaires.

Hémisphère nord :

Les pays de l’hémisphère nord qui ont recours au changement d’heure, notamment les États-Unis, le Canada (sauf la province de Saskatchewan) et les pays européens (sauf l’Islande, la Russie, la Géorgie, l'Arménie et la Biélorussie.

Hémisphère sud :

Le changement d’heure a également lieu dans certains pays de l’hémisphère sud, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande.

commentaires

Les médecins généralistes décident d'augmenter leur tarif à 25 €

Publié le 28 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Conséquence pour les patients, les deux euros de différence seront de leur poche !

Cela aboutit à 10 000 € d'augmentation pour l'année. Le droit de berner le patient du moment que cela soit fait avec grandeur

106 140 € par anc'est le salaire moyen des 110.00 médecins libéraux français recensés par l'Insee en 2011 dans son rapport du 10 février 2015.

Pour inscrire un patient au régime des affections de longue durée, le médecin perçoit 46 euros.

Le médecin reçoit aussi un forfait annuel dénommé «ROSP» que lui verse directement l'Assurance maladie : environ 5. 700 euros.

Sans parler de la prise en charge de ses cotisations sociales par l'Assurance maladie.

Selon les chiffres de l'association Regards citoyens, les labos ont dépensé 245 millions d'euros en cadeaux aux médecins entre janvier 2012 et juin 2014. Les médecins sont ceux qui reçoivent le plus avec 80 % du montant cadeaux contre 4 % pour les pharmaciens ou 3 % pour les infirmiers...

De manière générale, les revenus des médecins ont progressé de 1,1 % par an entre 2005 et 2014.

Ce n'est pas négligeable.

Un rapport de l’Inspection générale des Finances (IGF) consacré aux professions réglementées a été dévoilé en mars 2013. Les métiers du monde de la santé figurent en bonne place :

Les pharmaciens (7 671 euros) devancent les médecins spécialistes (7 186 euros), les dentistes (6 912 euros), les généralistes (6800 euros nets par mois et leur bénéfice (chiffres d'affaires moins les charges) a progressé de 2,8%.).

Le serment d’Hippocrate est oublié depuis longtemps par ces pauvres médecins... vive le serment d'hypocrite !

Ah Hippocrate, ce médecin qui exerçait sur la place du village, mais ça c'était avant !

Serment d'Hippocrate probablement rédigé au IVe siècle av. J.-C (Extraits du texte original)

«...Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire... »

Les médecins généralistes décident d'augmenter leur tarif à 25 €
Les médecins généralistes décident d'augmenter leur tarif à 25 €
Les médecins généralistes décident d'augmenter leur tarif à 25 €
commentaires

Dernières flèches de Sarkozy contre le FN

Publié le 28 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Sarkozy ne mâche pas ses mots envers le Front national et sa patronne : "Marine Le Pen, c'est son père, la culture en moins!" Depuis dimanche soir, Sarkozy se lâche en privé sur la patronne du FN. "Avec Marine Le Pen, c'est physique! Je la déteste (...) Pour le coup, je revendique le délit de sale gueule."

Jusqu'au bout, la campagne des départementales aura tourné à l'affrontement personnel entre Nicolas et Sarkozy.

Invité vendredi de France 3 pour le dernier jour de la campagne des élections départementales, Nicolas a raillé un Sarkozy qui "va dans les médias matin, midi et soir".

"On se demande s'il a encore une minute pour réfléchir." a notamment déclaré Nicolas à propos de Sarkozy.

"Qui croit encore aujourd'hui ce que dit Sarkozy ? Qui peut douter que Sarkozy a une spécialité, mentir", a déclaré l'ancien Président Nicolas. Et c'est un spécialiste qui le dit ! C'est dire si Sarkozy est honnête et pas menteur ! a ajouté Nicolas.

A la veille du second tour des départementales, Nicolas s'est aussi adressé aux électeurs FN, leur assurant que Sarkozy ne les jugeait pas "moralement" mais qu'"en votant UMP, ils auront un conseiller général UMP de plus, un président de conseil départemental UMP de plus."

Dernières flèches de Sarkozy contre le FN
commentaires

Départementales : Le PS veut croire que rien n'est joué

Publié le 27 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Manuel Valls ne cesse de le répéter : "Rien n'est joué".

Certes, les socialistes ont été éliminés dans 524 des 2.054 cantons dès le premier tour. Mais leur score au niveau national  22%  est supérieur à que ce prédisaient les sondages.

"On peut emporter la victoire dans une vingtaine de départements, voire plus selon les divisions à droite", pronostique Christophe Borgel, le "Monsieur élections" du PS.

En cas de duel PS-FN, ils sont nombreux rue de Solférino à considérer que les électeurs de droite se tourneront vers leur candidat.

Les socialistes misent aussi sur une abstention moins faible que prévu.

La gauche devrait toutefois s'inquiéter de la mise en place des binômes :

Ce système peut aboutir à des mariages forcés. Entre un écologiste ou communiste et un socialiste par exemple. Or, au moment du '3e tour' ou du vote des budgets, en fin d'année, le binôme pourrait éclater. Cela va créer de l'instabilité au niveau des groupes au sein des conseils départementaux.

Dans plusieurs départements, le suspense sera donc entier jusqu'à jeudi et vendredi prochains, jours du vote des présidents de conseil.

Départementales : Le PS veut croire que rien n'est joué
commentaires

Parti Socialiste : départementales 2015

Publié le 27 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Parti Socialiste : départementales 2015
commentaires

Manuel Valls accuse Sarkozy de «courir derrière le Front national»

Publié le 27 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

«J'entendais encore récemment le président de l'UMP dire à un de nos compatriotes musulmans que, s'il voulait que ses enfants puissent manger conformément à leur foi, il n'avait qu'à aller dans des écoles privées...»

«Ce n'est pas cela, M. Sarkozy, la République, ce n'est pas cela la laïcité et l'égalité. Ça, ça s'appelle courir derrière le Front national.»

Dans la salle des fêtes archicomble, Valls a appelé les troupes socialistes à se mobiliser. «Battez-vous!», a-t-il scandé. «Soyez fiers», a-t-il répété.

Manuel Valls n'a aucun regret. Ni sur cette campagne durant laquelle, de meeting en meeting, il a mis en garde contre le FN, cette «force politique dangereuse qui est là pour longtemps». Ni sur le sens de l'allocution qu'il a prononcée au soir du premier tour des cantonales lorsqu'il a parlé du «score honorable de la majorité».

Valls veut encore y croire, mais, au regard des résultats du premier tour, il sait que les jeux sont serrés dans de nombreux départements.

Manuel Valls accuse Sarkozy de «courir derrière le Front national»
commentaires

Pierre Gattaz, président du Medef, critique le programme absurde du FN

Publié le 26 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Pierre Gattaz l'assure :

"Les propositions économiques du Front national sont complètement absurdes".

"Nous condamnons le programme économique du FN", a déclaré le patron des patrons, ce mardi 24 mars sur "Europe 1".

"La France mérite mieux (...). Nous pouvons aller vers le plein emploi. Cela passera par l'ouverture de la France au monde et à l'Europe", a-t-il ajouté.

«Un programme qui conduirait au chaos», a lancé le président du Medef qui ne veut pas voir la France «se recroqueviller».

Le FN n'est pas patriote, il est nationaliste. Un patriote c'est celui qui aime son pays. Un nationaliste c'est celui qui déteste tous les autres.

Si tout va bien et si les démocrates se mobilisent, dimanche le FN n'aura aucun département.

 Pierre Gattaz, président du Medef, critique le programme absurde du FN
commentaires

Baisse du déficit public : François Fillon s'est félicité de la bonne nouvelle

Publié le 26 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

C'est la bonne nouvelle du jour : le déficit public sera bien meilleur que prévu pour 2014.

Selon les calculs de l'Insee, l'institut de la statistique qui a rendu sa copie jeudi matin, il s'établit à 4% du PIB au lieu de 4,4 % attendu jusqu'alors.

L'objectif pour 2015 est du coup ramené à 3,8% au lieu de 4,1%.

Un coup de chance pour le gouvernement français qui devra justifier l'état de son déficit public à l'occasion du prochain sommet européen d'avril.

Dans un contexte économique morose, le gouvernement peut se prévaloir d'avoir plutôt tenu les dépenses publiques. Le résultat de l'an dernier rend la France plus crédible sur son aptitude à revenir dans les clous du pacte de stabilité. De quoi apaiser les relations avec Bruxelles.

Fillon s'y connait, quand il était premier ministre il avait laissé une belle ardoise !

Encore quelques bonnes nouvelles :

  • En 2014, le pouvoir d'achat a augmenté de 0,4 %, selon l'Insee.
  • Les salaires ont progressé de 1,2 %.
  • La baisse des cotisations sociales en 2015 devrait donner un coup de pouce aux TPE, PME et groupes français.
Baisse du déficit public : François Fillon s'est félicité de la bonne nouvelle
commentaires

67 % des femmes auraient déjà simulé un orgasme

Publié le 26 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

D'après une étude réalisée par Cosmopolitan, plus d'un quart des femmes simuleraient pour faire plaisir à leur partenaire, et un autre quart pour abréger les ébats. Et c'est quand elles sont très jeunes que les femmes connaîtraient leur plaisir maximal.

Bonne nouvelle :

57 % des sondées, âgées de 18 à 40 ans, déclarent avoir un orgasme lors de la plupart de leurs rapports sexuels, voire à chaque fois.

En revanche, 67 % auraient déjà simulé l'orgasme. Pourquoi ?

  • Pour 28 % d'entre elles, ce serait pour faire plaisir à leur partenaire.
  • 27 % expliquent que, un peu ennuyées, elles simulent cette explosion de plaisir pour mettre fin plus rapidement au rapport sexuel en cours.
  • Enfin, près de 42 % des femmes ont choisi ces deux réponses pour justifier la simulation : faire plaisir et finir au plus vite.
  • Reste alors ces 3 % de simulatrices inexpliquées.

Cette étude nous apprend également à quel moment de leur vie la plupart des femmes ont connu leur premier orgasme :

  • Pour 87,5 % des femmes interrogées, cela s'est produit avant leurs 24 ans.
  • Environ 42,5 % ont même connu le plaisir maximal avant l'âge de 16 ans.

Ce qui ne veut pas forcément dire que ces femmes ont connu un partenaire à ce moment-là.

En effet, le coït ne semble pas être le meilleur moyen de jouir :

  • 39 % des femmes déclarent atteindre la jouissance surtout en se masturbant.
  • C'est donc le moyen le plus productif, devant la pénétration avec stimulation clitoridienne, méthode la plus efficace pour 20 % des femmes, qui l'avouent désormais, même si les femmes hésitent toujours à demander ce qu'elles aimeraient à leur partenaire à l'heure de l'intimité.

Et si les femmes cherchaient tout simplement à simuler l'orgasme pour leur plaisir ?

C'est mon avis, vous n'êtes pas obligé de le partager !

commentaires

Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !

Publié le 25 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Selon un sondage, 85% des patrons ne croient toujours pas en la politique du gouvernement. Seulement 27 % d'entre eux anticipent un rebond de l'économie à l'horizon 2017.

C'est normal les patrons ont toujours voté à droite et parfois à l'extrême droite.

Les impostures du patronat :

"Le Medef promet 1 million d'emplois contre des allègements fiscaux"

Le 24 septembre 2014, le président du Medef, Pierre Gattaz, a publié un petit livre jaune intitulé

« 1 million d’emplois… C’est possible ! ».

Le patron des patrons profite du climat délétère pour proposer la déréglementation du marché du travail.

Parmi les mesures les plus emblématiques qui permettraient, soi-disant, de créer ces emplois, figurent :

  • la suppression de jours fériés,
  • l’autorisation de déroger à la durée légale du travail
  • ou encore des dérogations concernant le salaire minimum pour certaines catégories de demandeurs d’emplois.
  • Pour Pierre Gattaz, les salariés français ont trop d’avantages et seraient paresseux. S’ils travaillaient plus, il y aurait moins de chômage.

La famille Gattaz a toujours utilisé l’escroquerie intellectuelle et économique puisque le père de Pierre, Yvon, ancien président du Conseil national du patronat français (CNPF), ancêtre du MEDEF, avait, sous la présidence de François Mitterrand, promis la création de centaines de milliers d’emplois si l’autorisation administrative de licenciement était supprimée. Celle-ci a bien été supprimée, mais le chômage n’a pas cessé de grimper.

Marché de dupes :

Depuis 2012 les gouvernements de gauche ont abreuvé le patronat de cadeaux censés faire baisser le chômage.

Les milliards déversés n’ont pas fait baisser la courbe du chômage.

Cette politique est désastreuse sauf pour les dividendes distribués par les groupes français qui ont été de 40 milliards d’euros au 2e trimestre 2014, soit une hausse de 30% en un an.

Le Gouvernement n'a pas compris que les aides doivent être réservées principalement aux PME/PMI et non aux multinationales qui n'en ont pas besoin.

Pas besoin d'être un prix Nobel d'économie pour comprendre la terrible vérité :

  • Les promesses de Pierre GATTAZ ne seront pas tenues.
  • Les patrons ne feront rien pour aider la gauche, rien pour aider la France et les Français.
  • Les grandes entreprises délocalisent leurs activités pour augmenter leurs bénéfices.
  • Le patronat encourage le chômage de masse pour mettre en concurrence les travailleurs et pousser les salaires à la baisse.
  • La concurrence déloyale de produits fabriqués par une main-d’œuvre sous-payée et dans des conditions ne respectant ni le droit du travail, ni l’environnement.

Le gouvernement Valls est en train de se faire arnaquer par les patrons, par la droite, et par Pierre Gattaz, le mauvais larron qui veut nous faire marron !

La courbe du chômage ne s'inversera pas ou si peu (-0,5% janvier 2015), puisque le MEDEF ne fera aucun effort pour recruter des salariés.

Le MEDEF souhaite la défaite de la gauche en 2017 et attend avec impatience le retour de la droite au pouvoir ! 

Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !
Pour le Medef, la courbe du chômage ne s'inversera pas avant 2018 !
commentaires

Le chômage est reparti à la hausse en février

Publié le 25 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Enfin une bonne nouvelle pour l'UMP :

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,4% (+12.800 inscrits supplémentaires). Ils étaient ainsi près de 3,5 millions en France métropolitaine à la fin du mois dernier. Sur un an, la hausse s'établit ainsi à 4,6%.

Mais une mauvaise nouvelle pour le PS :

Triste confirmation, le chômage ne baisse pas, toujours pas de créations d'emplois.

Toujours pas de réformes fondamentales, toujours pas de simplifications du millefeuille administratif.

Résultats guère brillants c'est le moins que l'on puisse dire mais pouvait-on s'attendre à autre chose ? En même temps si les chiffres avaient montré une baisse tout le monde aurait crié à la manipulation à quelques jours des élections !

Le Pacte de Compétitivité, dont ont nous rebat les oreilles depuis plus d’un an, a de grandes chances d’accoucher d’une souris.

Lorsque l’on ne s’attaque pas aux vrais problèmes, on n’obtient pas de vrais résultats. Ces messieurs ne comprennent pas que les faiseurs d'emplois sont les PME et les TP PME ainsi que les artisans. Les emplois aidés par les contribuables ne produisent pas grand chose.

Le chômage est reparti à la hausse en février
commentaires

Nathalie Kosciusko-Morizet conseille Sarkozy sur son régime politique

Publié le 25 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

NKM à Sarkozy : "Tu devrais manger du porc, ça rend plus aimable"

La pilule a du mal à passer pour Nathalie Kosciusko-Morizet : la vice-présidente de l'UMP doit défendre le "ni-ni" prôné par l'UMP contre son gré, ce qui donne lieu à quelques frictions avec le patron de l'UMP.

Le Canard enchaîné rapporte mercredi qu'à la vue de sa mine déconfite dimanche au soir du premier tour des élections départementales, Nicolas Sarkozy n'a pu s'empêcher de blaguer : "Pour te faire retrouver le sourire, je t'annonce que j'ai fixé à 70 le nombre de parrains parlementaires nécessaires pour te présenter à la primaire" (NKM avait tenté de faire abaisser ce seuil de 25 à 10).

Sur quoi sa numéro 2 lui a conseillé de "manger du porc, ça te rendrait plus aimable", en référence aux prises de position de l'ancien président sur les menus de substitution dans les cantines scolaires.

Nathalie Kosciusko-Morizet conseille Sarkozy sur son régime politique
commentaires

Départementales : «Voter FN ou UMP», c'est donner une nouvelle chance à Sarkozy en 2017

Publié le 25 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Lundi matin, le PS avait trouvé le grand coupable de sa déroute, la division. Les écolos d'EELV n'ont pas du tout apprécié, le Front de gauche n'a pas fait entendre sa voix. Il n'y aura d'ailleurs pas de meeting unitaire entre les deux tours.

C'est à gauche que le travail d'union sera le plus conséquent. Le PS résiste bien et conservera un grand nombre de cantons, mais le PC et les écolos se marginalisent.

Cependant il est peut-être temps de repenser un grand parti social-démocrate, sinon il est probable qu'à terme la gauche se trouvera un jour complètement à l'écart du paysage politique français.

Entre la gauche et la droite, le ton monte sur l'attitude à avoir face au Front national.

Mardi soir, après avoir expliqué qu'il ne fallait pas faire de quartier face au FN, car, a-t-il dit, «ils veulent notre peau», Sarkozy a souhaité un vote UMP qui revient, selon ses propos, à lui redonner une nouvelle chance aux présidentielles en 2017. Il a réitéré, mais cette fois-ci en langage non diplomatique: «Ceux qui raillent seront foutus dehors.»

Une question me taraude : A quoi sert un président de l'UMP nommé Sarkozy ? A part polémiquer sur des directions idéologiques, courir un jour derrière le FN, le stigmatiser le lendemain, et faire des effets de manches continuels !

Comme d'habitude, l'outsider auto-proclamé ne se ressource que dans le conflit et l'agitation ! Il est l'incarnation de la droite la plus stupide du monde. Preuve à ceux qui en douteraient encore que Sarkozy n'a toujours rien compris à l'attente des Français !

Départementales : «Voter FN ou UMP», c'est donner une nouvelle chance à Sarkozy en 2017
commentaires

Départementales: le FN et l'UMP doivent être sanctionnés au deuxième tour

Publié le 24 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Le FN prévoit d'être présent au second tour dans 1114 cantons sur 2054, dont 532 duels face à l'UMP, 284 face au PS et plus de 298 triangulaires où le FN vire en tête 63 fois.

Le FN présent dans 1114 cantons ? Je trouve que cela fait beaucoup. Pour le bien de la France, il faut qu'ils disparaissent à tout jamais du paysage électoral français. Les départements qui les garderont sont vraiment à plaindre, mais les électeurs ne le savent peut-être pas. Il faut être conscient que ces élections départementales ont un retentissement bien au-delà des frontières de l'hexagone.

Comme dit le dicton : "Qui sème le FHaine récolte la tempête" et les électeurs subiront les conséquences désastreuses en votant pour ce parti d'un nationalisme exacerbé et intolérant !

Dans la cacophonie du «ni-ni» de l'entre deux tours, l'UMP pourrait bien se tirer une balle dans le pied. Quand on doit choisir entre un candidat républicain et le Front national, on n'hésite pas. C'est clair ! Ceux qui sont allés à la pêche et ne sont pas allés voter au 1er tour vont en remettre une deuxième couche dimanche !

Départementales: le FN et l'UMP doivent être sanctionnés au deuxième tour
Départementales: le FN et l'UMP doivent être sanctionnés au deuxième tour
commentaires

Quand l'influence de Sarkozy sur le scrutin tourne à l'enfumage

Publié le 23 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

La soirée électorale n'a pas démenti les résultats de toute élection, basés sur des séquences aussi fantaisistes que révélatrices : les sondages, les faits, les interprétations, les politologues, et les monologues !

«Il a maintenu à l'UMP certains de nos électeurs tentés par le FN. Il a été une digue», se félicite l'ancien ministre Roger Karoutchi, dimanche soir, pour le premier tour des élections départementales.

Karouchy nous fait une blague ? Il a oublié que Sarkozy a repris à son compte les pires propos de ce parti anti républicain !

Sarkozy n'a imprimé rien de neuf dans les idées et dans le style, sinon 10 ans de plus qu'à l'époque de sa première chevauchée en direction du pouvoir, en 2004.

François Fillon n'a pas fait preuve du même entrain. «Il y a des candidats, je vous rappelle! (...) Entendre ce matin sur les radios qu'ils n'existent pas et qu'il y a juste le président de l'UMP, c'est assez choquant!», a expliqué l'ancien premier ministre.

Fillon ? Sa seule action connue, c'est la mise en place de l'écotaxe, une mesure discutable, et supprimée par la gauche. Fillon n'a aucun charisme.

Bruno Le Maire a tenu à «collectiviser» le bon score de l'UMP. «C'est la victoire de tous ceux qui ont fait campagne»

Bruno Le Maire ? Même si j'ai assez peu d'estime pour ce personnage qui utilise toutes les vieilles recettes en prétendant faire du neuf, je dois reconnaitre qu'il a pris du galon.

«Le Front national a bien progressé et Nicolas Sarkozy n'empêche pas cette progression», tranche de son côté Laurent Wauquiez secrétaire général.

Laurent Wauquiez ? Sans colonne vertébrale idéologique, il est prêt à manger à tous les rateliers. Et surtout, il n'apporte rien à Sarkozy, ni réseaux, ni influence à l'intérieur comme à l'extérieur de l'UMP.

Les vrais gagnants du scrutin sont ailleurs. Ceci étant, le dernier et pire échec serait bien le retour de Sarkozy, égal à lui même. Oui, ce serait bien de pouvoir nous l'éviter. Un opportuniste ? Certes, mais un politicien opportuniste, c'est un pléonasme.

Dans mon cas, l'influence de Sarkozy sur mon vote a été totalement inexistante ! 

commentaires

Départementales : la droite en tête, le FN confirme, le PS limite la casse

Publié le 23 Mars 2015 par Rive gauche dans Edito

Les trois ministres en ballottage favorable :

Pyrénées-Orientales : Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, est en ballottage favorable dans le canton du Canigou. Avec son binôme Alexandre Reynal, elle est arrivée en tête avec 37,92% des suffrages.

Nord : Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, qui se présente dans le canton de Lille 5, est arrivé en tête avec 37,6% des voix.

Isère : André Vallini, secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale André Vallini, est en ballottage favorable dans le canton de Tullins en Isère. Le ministre socialiste, et sa binôme Amélie Girerd arrivent en tête avec 40,87% .

Le PS en difficulté :

Pour le PS et son allié le PRG, c'est le vote sanction qui continue après les municipales et les européennes. Avec 21,26 % il arrive en troisième position. Nombre de ses candidats ont été éliminés du deuxième tour (au moins 500) en raison de l'émiettement de la gauche. Il faut dire que les socialistes partaient de haut puisque la gauche détenait soixante départements.

Le Parti socialiste n'est plus aujourd'hui que la troisième force politique du pays, derrière l'UMP et le FN.

Le PS veut interpeller ses partenaires sur la nécessité d'une union qui aurait bien davantage limité les dégâts. La division donne des résultats cuisants pour les écologistes et l'extrême gauche. C'est le moment de tendre des mains. Qui va vouloir les saisir ?

Le Président François Hollande devra travailler à résorber la fracture entre la majorité gouvernementale (PS-PRG) et la gauche de la gauche dès lors qu'il souhaite faire revenir les Verts dans l'équipe ministérielle. Car ce premier tour prouve que le rassemblement de la gauche s'avère impératif dans la perspective des prochaines échéances électorales.

L'abstention en baisse :

Elle s'est révélée plus faible que prévu (49,39 % contre 55,5 % en 2011). Environ 6 % des électeurs de plus qu'en 2011 se sont rendus aux urnes.

 

commentaires
1 2 3 > >>