Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG   ACTUALITY

BLOG POLITIQUE : Une bonne info, c'est une info Blog Actuality !

Sans Hollande, Macron n’en serait pas aujourd’hui à rêver d’un parcours élyséen

Publié le 31 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Macron, en revêtant l’habit du traître, donne un coup de couteau dans le dos de celui qui l’a fait conseiller puis ministre.

Alors, où est le problème ?

En désertant, il a mis la confusion au sommet du pouvoir et affaiblit le Président. Il donne des armes à l’opposition.

Macron ne peut plus soutenir Hollande sans risquer de perdre la moitié de ses troupes. Pourtant il assume une bonne partie de sa politique.

Et Hollande ne peut plus compter sur Macron dont il a tant besoin. Pourtant Macron critique le système des partis et des primaires, mais il ne critique pas l’homme. Il le remercie même de l’avoir aidé à devenir ce qu’il est devenu.

Macron/Brutus-Hollande/César : Une tragédie grecque.

À Matignon comme au Parti socialiste, on a surnommé Emmanuel Macron "Brutus". La trahison assassine est de toutes les époques. Ainsi la créature du président de la République lui a échappé et il lui porte un coup qui pourrait lui être fatal.

Tout le monde ne peut pas être Brutus. D’abord, François Hollande n’est pas César, on peut en convenir.

La trahison est un art d’exécution. Elle peut donc rater mais même quand elle réussit, le prix à payer peut se révéler très lourd. Brutus lui même s’est donné la mort 19 mois après l’avoir infligée à César.

Les traîtres sont en théorie les pires des criminels. Judas et Brutus brûlent, dit-on, dans la gueule de Lucifer.

Qui a trahi finira trahi !

Rive Gauche

commentaires

Macron trahison et désertion

Publié le 31 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Macron lâche son Président Hollande..!!! Après des mois de rumeurs sur son départ, Macron a franchi le pas.

Après s'être entretenu pendant moins d'une heure avec François Hollande à 15 heures, l'Élysée a confirmé peu après 17 heures la démission du ministre de l'Économie.

Emmanuel Macron a tenu à rappeler: «Pour ma part, je suis de gauche. D'une gauche qui se confronte au réel, qui veut réformer le pays, qui croit dans la liberté précisément parce qu'elle construit la véritable égalité de tous», «Je suis de gauche».

Macron a tourné une page en se disant «convaincu que les Français rendront justice à François Hollande d'avoir fait face à des difficultés exceptionnelles».

Mélenchon, Duflot, Montebourg, Hamon, Macron, Juppé, Sarkozy, Fillon, Le Maire... Voilà une belle brochette de farfelus et de has been candidat à la Présidentielle 2017.

Que penser de Macron ? Qu'a-t-il fait ? Rien d'extraordinaire ! Un bilan terne, pas de parti pour le soutenir, il finira dans le mur et rejoindra la longue liste des espoirs de la politique redevenus anonymes.

Macron , aujourd'hui c'est "en marche", demain c'est la sortie... !

Rive Gauche

commentaires

Depuis sa nomination, le 26 juillet 2014, Emmanuel Macron n'a pas à son actif de grande réforme

Publié le 30 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Critiques des 35 heures, du statut des fonctionnaires ou encore de l'ISF: depuis son entrée en fonction au ministère de l'Économie, à l'été 2014, Emmanuel Macron a pris plus d'une fois la gauche à rebrousse-poil. Et suscité des espoirs chez les réformateurs de tous bords, y compris de droite. Mais pour quel bilan? Il est vrai qu'il fait face à une opposition dans son propre camp.

Ainsi en va-t-il de la loi croissance passée à coup de 49-3 et définitivement adoptée en août 2015. La libéralisation du travail dominical, possible suite à un accord d'entreprise ou de branche, commence à se faire sentir malgré la persistance de blocages.

Par ailleurs, près de 3 millions de passagers avaient été transportés en car en juin. Coup de pouce fiscal à l'investissement, développement de nouvelles formes de financement des entreprises: sur ces dossiers-là aussi, le bilan n'est pas nul.

Emmanuel Macron, aussi ministre du Numérique, a aussi contribué à développer la French Tech.

Le ministre a toujours plaidé pour adapter les 35 heures en passant par l'accord d'entreprise. C'est ce que prévoit la loi travail.

Ministre de l'Économie, c'est aussi gérer les dossiers industriels. Emmanuel Macron a «fait le job» sur la restructuration du nucléaire.

Emmanuel Macron ne le plaignez pas, il survivra et mieux que vous ne pouvez l'imaginer et qui sait, dans 9 ans il sera le président des Français et alors ceux qui le lynchent aujourd'hui lui lécheront les orteils et je suis poli. En effet, la versatilité du peuple France est stupéfiante.

commentaires

L'approche du phénomène islamique pousse à reconnaître trois catégories

Publié le 30 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Extraits d'un ouvrage La refondation de la droite par Frédéric Saint Clair, analyste en stratégie et en communication politique.

 

Trois catégories coexistent dans cette majorité de musulmans que l'on nomme les modérés, et qui ne le sont pas : les sécularisés, les modérés et les orthodoxes.

Les sécularisés ont un rapport uniquement culturel à leur religion, comme les chrétiens sécularisés avec Noël ou Pâques.

Ils sont complètement intégrés dans la société française, voire assimilés, et ne sont pas distinguables d'aucun autre français d'une quelconque confession.

Elle est la frange des musulmans que l'on appelle à juste titre attachée à la République.

Bien évidemment, ils ne portent jamais aucun signe religieux, et sont opposés à toute forme de communautarisme.

La seconde catégorie, celle des modérés, est plus complexe car le sacré fait entièrement partie de leur vie, mais la religion est comprise comme une intériorisation de la relation que le croyant entretient avec Dieu.

Les modérés, comme les sécularisés, ne sont pas reconnaissables religieusement dans l'espace public. Ils sont, avec les sécularisés, de vrais laïcs.

La dernière catégorie est celle des orthodoxes. L'extériorisation de leur croyance est manifeste, visible, ostensible ou ostentatoire selon les cas.

L'orthodoxie islamique est celle qui se répand dans notre pays et qui contraint ses moeurs et ses traditions.

Sa manifestation extérieure va du simple hidjab au jilbab et au burkini, des menus de substitution dans les cantines aux horaires partagés dans les piscines.

La religion n'est pas une dimension intérieure, mais nécessite d'être extériorisée, sous une forme ou sous une autre.

 

La laïcité évoquée par les politiques prend sa source ici, au commencement de l'orthodoxie. Elle épargnera évidemment tous les musulmans modérés et tous les musulmans sécularisés, qui ne sont pas concernés par ces questions.

Mais tant que nous nous limiterons à certains cas particuliers dans des lieux particuliers, et que nous éviterons de prendre le recul nécessaire, le problème semblera insoluble.

commentaires

Juppé, Sarkozy, Le Maire et Fillon sont les invités de la 18e université d'été du Medef

Publié le 30 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

C'est tout de même curieux que Gattaz n'invite pas les socialistes.

À neuf mois de l'élection présidentielle, il ne pouvait en être autrement: la 18e université d'été du Medef, qui se tient ces mardi et mercredi sous haute sécurité sur le campus HEC de Jouy-en-Josas (Yvelines), aura une coloration très politique.

On prétend au Medef bien des pouvoirs. Les vassaux vont saluer leurs seigneurs. Chacun aura 20 minutes pétantes pour exposer son programme et répondre aux questions d'un trio d'entrepreneurs.

Bref, le Medef veut y croire et agir, et souhaite que les candidats à la présidentielle et leurs équipes aient le même état d'esprit.

Reste à convaincre des chefs d'entreprise de terrain, souvent découragés par la politique.

 

Le Medef ne devrait pas s'inscrire dans la campagne électorale surtout en excluant la gauche alors que cette gauche a fait de beaux cadeaux aux entreprises.

Le Medef n'a pas joué le jeu avec le gouvernement, c'est une organisation politique et de lobbying avec un représentant pas vraiment au niveau en ce moment.

Depuis 2012 les gouvernements de gauche ont abreuvé le patronat de cadeaux censés faire baisser le chômage. Malgré les baisses de charges, les entreprises françaises n'investissent pas, ce qui fait qu'en France, contrairement aux pays européens, le chômage monte.

 

M. Gattaz, où sont les millions d'emplois promis ?

« 1 million d’emplois… C’est possible ! ».

Gattaz avait promis 1 million d'emplois contre des allègements fiscaux. Il y a bien eu 14 milliards de baisse de charge en 2014 et le pacte de responsabilité prévoit 41 milliards d'euros d'aides pour les entreprises jusqu'en 2017, mais le chômage augmente toujours. 

"Un million d'emplois" : le slogan en forme de promesse engage tout le monde. Tout le monde sauf Pierre Gattaz !!!

Rive Gauche

commentaires

Meeting socialiste à Colomiers : Intervention de Manuel Valls

Publié le 30 Août 2016 par Rive gauche dans Vidéos politiques

commentaires

Rentrée des socialistes à Colomiers : Un très grand Manuel Valls ovationnné par une salle pleine à craquer

Publié le 30 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

C'est à Colomiers, en Haute-Garonne, que les socialistes qui soutiennent François Hollande ont fait leur rentrée. De nombreux ministres participent à un meeting qui sera conclu par Manuel Valls.

La majorité du PS, autrement dit les hollandais, sollicite elle aussi ses partisans autour des membres du gouvernement.

Ce n'est pas un hasard si le premier meeting de rentrée du PS se déroule en Occitanie, terre qui demeure à gauche contre vents et marées, et à Colomiers, première ville socialiste de Haute-Garonne.

Une grande partie du gouvernement se retrouve donc à Colomiers pour participer à deux ateliers de travail sur l'engagement au cœur du pacte républicain et sur la République et la cohésion sociale.

Les ministres Myriam El Khomri, Audrey Azoulay, Patrick Kanner, ainsi que Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux et Didier Guillaume, respectivement présidents des groupes parlementaires PS, ont animé ces tables rondes. Le soir, outre les responsables socialistes locaux et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Stéphane Le Foll, Jean-Christophe Cambadélis et surt out Manuel Valls ont pris la parole.

"Il n'est pas acceptable que certains fassent de François Hollande, de Manuel Valls et de ce gouvernement le premier de leur adversaire".

"Nous sommes la gauche de l'action et de la réforme, loin de ceux qui critiquent, qui chipotent".

A la tribune, le Premier ministre vante le bilan du quinquennat : "réduction des déficits sans austérité", "baisse des impôts pour 12 millions de ménages modestes et des classes moyennes", "baisse massive des charges pour les entreprises" ou encore "le chômage qui commence à baisser", en opposition au "tout pour les riches" de Nicolas Sarkozy.

Dans la salle, "les socialistes combatifs", selon les mots de Manuel Valls, semblent apprécier le spectacle, réceptifs aux appels à faire bloc en vue de 2017.

Rive Gauche

commentaires

Mélenchon, l'insoumis du dimanche, un homme de plus en plus seul !

Publié le 29 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

 

Dans son parti, il vire les gens autant qu’un évêque peut en bénir. Mélenchon l'insoumis, c'est le délire robespierriste et chavezien.

Après 2012 et ses 11%, Mélenchon en route vers une nouvelle défaite cuisante en 2017 malgrè l'apport des troupes à Martinez ! Le pauvre, il en rêve depuis si longtemps du grand soir, de sa révolution, que cela en devient une rengaine.

 

Mélenchon est un démago et un populiste. Il a une attitude politique et rhétorique visant à essayer de gagner les voix du peuple en feignant de soutenir ses intérêts. Ce message proclamé par un leader charismatique, et voilà les ingrédients d'un mouvement politique populiste comme le Parti de gauche cher à Mélenchon.

 

Le populisme naît toujours d'une situation de crise sociale. Le populiste est l’infâme bateleur qui, dans un but électoraliste, donne raison au peuple en confondant désirs du peuple et besoins du peuple. Il s’agit d’une attitude politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profonde, de sa défense contre les divers torts qui lui sont faits.

 

Mélenchon manipulateur de médias. Dans tous les cas habile metteur en scène. Toujours les mêmes ficelles, les mêmes arguments éculés où il se contente de ciseler les petites phrases qui feront le buzz. La mèche ainsi allumée trouve immédiatement son prolongement dans l’agora médiatique qui bruisse à tout va devant la bête politique qu’est Mélenchon.

Ce petit monsieur aura passé le plus clair de sa longue vie politique à aboyer et au final à collectionner les défaites. Après une déculottée aux précédentes élections, Mélenchon refait surface pour dispenser son discours gauchiste. Il n'approuve jamais rien, d'ailleurs il est contre tout systématiquement.

L'extrême gauche ne s'exprime que par la violence et le marxiste Mélenchon ne sait parler que de révolution. Comme les trotskistes lambertistes, Il débite des phrases empruntées à des textes de Lénine et de Trotski des années trente.

 

Après 2012, voici 2017... 2022 peut-être ... Le has been de la politique Mélenchon va-t-il battre le record détenu par la porte-parole du mouvement trotskiste Lutte ouvrière, Arlette Laguiller (6 candidatures)? La question est posée. Et la question étant posée, il ne nous reste plus qu’à attendre la réponse en ... 2042 !!!

 

Son programme ? Bien sûr, il n'est pas sérieux, répètent ses disciples. De toute manière, ajoutent-ils, il ne pourra jamais l'appliquer. Ouf...on l'a échappé belle ! Malgré tout, le candidat de l'extrême gauche est une grenade dégoupillée dans le camp du PS. Mélenchon piège à cons !

Rive Gauche

commentaires

Scène surréaliste, un restaurateur refuse de servir des femmes voilées

Publié le 29 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Le restaurateur a reconnu son erreur et présenté ses excuses, il a notamment expliqué qu’il avait dérapé compte tenu du contexte actuel de tensions autour du burkini.

Depuis, le restaurateur a quitté avec sa famille son domicile pour raisons de sécurité.

 

Cette affaire n'est pas claire. Ces deux femmes postent des vidéos sur youtube avant d'aller déposer plainte...!

Acte prémédité ? Provocation ?. Dérapage ? A suivre...!!!

Ceci est la conséquence, de l'exaspération due aux revendications de plus en plus poussées, par des gens de plus en plus visibles et qui veulent imposer leur mode d'existence.

Je pense que l'on va assister de plus en plus à ce genre de scène, du pain bénit pour les médias. Ce débat idéologique sur le burkini et le voile est plus politique que religieux.

commentaires

Fillon, dimanche lors de son meeting, attaque le "comédien" Sarkozy

Publié le 28 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

A 90 jours de la primaire et en difficulté dans les sondages, l'ancien Premier ministre a décidé de passer à l'offensive.

François Fillon a égratigné le favori des sondages Alain Juppé mais c'est surtout Nicolas Sarkozy qui a été son coeur de cible :

 "Ceux qui ne respectent pas les lois de la République ne devraient pas pouvoir se présenter devant les électeurs.

Qui imagine le général De Gaulle être mis en examen?", a-t-il par exemple lancé en référence à la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat.

"Ce n'est pas en se précipitant à la messe du 15 août après avoir convoqué les photographes ou en courant au Vatican pour tenter de regagner quelques voix chez les catholiques après les avoir provoqués, maltraités et parfois réprimés que l'on se montre à la hauteur de ce rendez vous de l'Histoire", a-t-il encore déclaré.

François Fillon s'est montré encore plus sévère, il a clairement visé - toujours sans citer son nom - l'ancien Président :

"Si on change, on est un comédien. Et la France a besoin de sérieux, de crédible."

 

Fillon promet de faire demain ce qu'il n'a pas fait hier, en 5 ans de pouvoir : 2007-2012. Simple langue de bois ou réel cynisme de Fillon ? Les deux mon général !

Tartuffe a de nombreux enfants... Une belle brochette de has been aux primaires de la droite... Je sens que l'on va bien se marrer...!

Rive Gauche

commentaires

Burkini : La décision du Conseil d’État a comme conséquence de donner la victoire au camp de l’obscurantisme

Publié le 27 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Loin de clore le débat, cette décision du Conseil d'État risque d'aviver les tensions et les passions. Les municipalités qui sont confrontées au burkini se retrouvent alors à devoir composer entre un certain nombre de problèmes entre lesquels l’arbitrage est toujours complexe.

D’autant que certains responsables musulmans acquièrent des savoir-faire et des ressources en terme de mobilisations qui leur permettent de peser sur le débat public.

L’islam en France a d’abord été une religion d’immigrés. Evidemment, avec le temps, les citoyens français de confession musulmane sont devenus de plus en plus nombreux et désormais on présente volontiers l’islam comme la seconde religion de France.

 

En conséquence c’est intéressant de voir l’évolution qui a abouti à la situation d’aujourd’hui.

Je pars du constat que dans certaines zones, les mœurs partagées dans l’espace public sont majoritairement musulmanes : d’où les revendications de menus hallal dans les écoles où les enfants musulmans sont localement majoritaires ou les réclamations d’horaires différenciés dans les piscines municipales entre filles et garçons.

Il faut cesser de brandir l’argument de la laïcité dans ce genre de situations puisque la laïcité n’a jamais concerné la société mais les institutions.

L’identité de la France et ses mœurs viennent de beaucoup plus loin que 1789 et invoquer la République et les valeurs républicaines n’a non seulement pas beaucoup de sens mais surtout absolument aucune utilité.

 

Dans toutes les villes dans lesquelles on compte une forte proportion de musulmans, l’islam va donc devenir par des voies diverses un problème politique.

Pour les pouvoirs publics municipaux, l’islam devient une question épineuse : on ne peut pas refuser toutes les revendications de structures qui ont parfois de fortes audiences sur le terrain, mais en même temps on peut pas tout accepter non plus, sauf à en payer le prix politique, et un prix qui peut être potentiellement couteux. Dans la pratique ordinaire d’une municipalité, il va sans dire que la question électorale se pose toujours en filigrane.

Au fond, mieux vaudrait renoncer à brandir la laïcité comme un principe sacré, et donc intangible, pour tenir compte de la réalité et donc il faut maintenant que le Parlement s’empare de ce dossier, que le législateur tranche et interdise le burkini, ainsi que d'autres signes religieux dans l'espace public.

Rive Gauche

commentaires

Le problème n'est pas la laïcité, mais l'islamisme

Publié le 26 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Le burkini n'est-il pas le signe en revanche d'un communautarisme grandissant au sein de la nation française?

Le communautarisme commence lorsqu'un groupe fait pression sur ceux qu'il considère comme les siens, leur rend la vie impossible s'ils n'adoptent pas une manière de vivre, de se présenter, de parler, de manger, etc.

Sur ce terrain, s'installe le communautarisme politique, qui consiste à réclamer des droits et des devoirs spécifiques à tel ou tel groupe. Le port du «burkini», à l'évidence, relève du communautarisme.

Le communautarisme a-t'il le vent en poupe en France?

Oui si l'on consdère que les manifestations communautaristes se font de plus en plus provocatrices.

Ce burkini est très récent, personne ne s'y trompe. On se demande même ce que les islamo-totalitaires vont encore inventer pour pourrir la vie des gens.

La banalisation du totalitarisme islamiste s'affirme le plus souvent par un contrôle des femmes, par une forme de moralité qui se présente comme quelque chose de normal et qui de ce fait tend  à montrer du doigt celles qui ne s'y plient pas... Et au-delà d'elles, par elles, toutes les femmes sont visées.

En France la fraternité vaut entre des individus libres et égaux et non entre des communautés dont certaines pratiquent la ségrégation et l'inégalité.

 

Minimiser le burkini revient à le soutenir, contribue à l'imposer, à le rendre ordinaire, et donc à accoutumer un totalitarisme.

La République se meurt de n'oser nommer son ennemi.

Rive Gauche

commentaires

Le Conseil d'Etat suspend un arrêté anti-burkini

Publié le 26 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Le Conseil d'Etat avait été saisie en urgence par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), pour qui ce type d'arrêté est «liberticide».

La décision était très attendue. À 15h, le Conseil d'Etat a décidé de suspendre un arrêté anti-burkini pris le 5 août dernier dans la commune de Villeneuve-Loubet.

 

La liberté de la femme est sacrément mise à mal.

Si ce burkini n'est pas un signe d'appartenance à une religion et un signe ostentatoire, il faudra que les pro-burkini me disent ce que c'est. Attendons-nous à un recul, car le 21eme siècle sera un siècle religieux.

D'une manière générale tous ces accoutrements (burqa, niqab, tchador, burkini...) qui symbolisent la soumission des femmes musulmanes à une pseudo pudeur décrétée par des islamistes fanatiques devraient être interdits sur la totalité de l’espace public.

Le Conseil d'Etat est un juge politique qui ne doit en aucun cas oublier que des décisions de principes comme celle-là ont des retentissements sur la tranquillité publique.

En dépit de l'ordonnance rendue par le Conseil d'Etat, le maire socialiste de Sisco en Haute Corse a décidé de maintenir son arrêté anti-burkini, pris au lendemain d'une violente rixe entre des Marocains de Furiani et des villageois dans sa commune mi-août.

Nous sommes un état de droit avec des lois et des valeurs. Ceux qui pensent que le vivre ensemble va sortir grandi grâce à cette décision se trompent énormément, c'est le contraire qui va se produire.

commentaires

Les Français ne veulent plus de mensonges, M. Sarkozy !

Publié le 26 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

Sarkozy a dénoncé jeudi les "mensonges répétés de Hollande" : C'est l'hôpital qui se fout de la charité !

Les mythos sont des personnes réellement dangereuses. Ils écartent d'un revers de main toutes leurs faiblesses, leurs défauts, leurs travers pour ne laisser émerger que leur ego.

Rive Gauche

 

commentaires

Les femmes et les extrémistes islamistes

Publié le 25 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Les femmes sont désormais coincées entre les extrémistes islamistes et les politiciens français qui en font un sujet d'obsession, les uns leur demandant à tout couvrir et les autres à découvrir au maximum.

Extrémisme islamiste, fanatisme musulman, extrémisme radical, intégrisme extrémiste, islam intégriste, etc. , telles sont les différentes expressions pour qualifier la religion islamique et ses variantes idéologiques dans les médias.

 

Ce fascisme religieux que n’aurait pas dédaigné Savonarole s’appelle tout simplement du totalitarisme idéologique.

Jérôme Savonarole, né le 24 septembre 1452, mort pendu et brûlé le 23 mai 1498, fut un frère dominicain, prédicateur et réformateur italien, qui institua et dirigea la dictature théocratique de Florence de 1494 à 1498.

Savinarole est connu pour ses réformes religieuses, ses prêches anti-humanistes, son bûcher des vanités où disparurent de nombreux livres et de nombreuses œuvres d’art. Il prêcha de façon véhémente contre la corruption morale du clergé catholique.

 

Premier constat : plus les religions sont instrumentalisées par des groupes à des fins politiques, plus elles durcissent leur comportement envers les femmes.

Deuxième constat : les discours des prêcheurs qui foisonnent un peu partout, sur nos marchés, sont souvent le reflet de la haine que portent les intégristes musulmans à l’égard des femmes.

Troisième constat : l’intégrisme qui se développe dans les cités françaises et européennes est en pleine expansion. Exporté par des imams peu scrupuleux, il est d’autant plus nocif qu’il s’adresse le plus souvent à une jeunesse désorientée, qui cherche une identité dans la foi et qui ne trouve que haine et rejet de l’autre.

Les féministes islamiques oublient qu'en guise d'égalité elles doivent rester à la maison, que l'héritage est divisé par deux dans les pays musulmans et la polygamie admise dans le Coran dont elles se réclament.

Je pense que les femmes doivent boycotter ces enseignes et ces marques de vêtements qui se lancent dans la mode islamique. Lorsque des marques investissent ce marché de la tenue islamique, parce qu'il est lucratif, elles font la promotion de cet enferment du corps des femmes.

 

Les extrémismes de droite ou de gauche sont la honte de l'humanité, la honte de la liberté. La France doit aider les femmes qui veulent résister à l'emprise des salafistes dans certains quartiers de nos villes. Seule la loi peut protéger celles qui portent le voile sous la pression islamique.

Le droit international existe, il faut l’utiliser pour aider les femmes à accéder à l’égalité des droits, car les droits humains ne sont ni entamables ni négociables pour les deux sexes. 

Rive Gauche

commentaires

Le droit en France impose diverses restrictions au port de vêtements religieux

Publié le 24 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

La France a été le premier pays européen à interdire le voile intégral avec une loi de 2010 qui interdit la dissimulation du visage dans l'espace public (rues, mais aussi commerces, transports, mairies, etc.).

Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Le voile islamique, la kippa et les grandes croix sont interdites.

Aux guichets des services publics, par exemple, les signes religieux ostentatoires sont donc interdits.

Validée par la Cour européenne des droits de l'Homme en 2014, la loi de 2010 prévoit pour les infractions jusqu'à 150 euros d'amende. La France va donc pouvoir continuer d’interdire le voile islamique intégral.

 

La France n’a jamais eu autant besoin de la laïcité, laïcité qui garantit à tous les citoyens quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des devoirs, la fraternité républicaine.

La laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une. Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect des principes de liberté de conscience et d'égalité des droits. Ce principe est d’ailleurs largement approuvé par l’opinion publique : 78% des Français estiment que la laïcité est une valeur essentielle.

L'adhésion à une foi ou à une conviction philosophique relève ainsi de la seule liberté de conscience de chaque femme et de chaque homme.

 

Et si les textes adoptés ces dernières années concernent en principe toutes les religions, ils s'inscrivent en réalité dans le débat, souvent enflammé, sur la place de l'islam en France.

Laïcité et signes religieux, à n’en pas douter, on n’a pas fini d’en parler !

commentaires

Femme voilée verbalisée à Nice : Et si c'était une machination ?

Publié le 24 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Christian Estrosi a confirmé ce mercredi la verbalisation, et affirmé sa volonté de poursuivre ceux qui diffusent les photographies des policiers municipaux ainsi que ceux qui profèrent à leur encontre des menaces sur les réseaux sociaux.

La thèse d'une volonté de manipulation politique a également été évoquée mardi par Bernard Cazeneuve.

Florian Philippot a estimé ironiquement, ce mercredi matin sur RTL, que la femme verbalisée avait de la chance qu'une journaliste de France 4 ait été présente. «Donc ça tombe très bien pour elle», a-t-il considéré.

«Ces images semblent avoir été préparées. Si c'est avéré, c'est très grave.» Sans pour autant aller jusqu'à désigner un commanditaire, Julien Dray s'interroge sur ceux qui pourraient tirer profit de l'affaire.

Une femme à la plage, sans serviette de plage. Une journaliste présente sur la même plage. Une vacancière qui ne reste pas ensuite. Des soupçons de mise en scène largement partagés sur les réseaux sociaux.

commentaires

Elections : Certains partis ou formations politiques se présentent avant tout pour des raisons financières

Publié le 24 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

Pourquoi autant de petits candidats se présentent aux Présidentielles ? 

Ils sont en quête de visibilité.

Poutou, Duflot, Lefevre, Mariton, Didier ... etc. autant de noms inconnus ou presque du grand public : Fantaisistes, régionalistes, ou défendant une cause spécifique, ces petits candidats ont pour point commun une visibilité médiatique proche du néant.

Leur objectif est de défendre une cause, comme la légalisation du cannabis ou l'égalité hommes-femmes, et de se faire connaître en misant sur une ou plusieurs visibilités médiatiques.

Pour moi, c'est la télé-réalité politique.

 

Mais aussi pour des raisons financières :

Dans une élection présidentielle, en France, les candidats s’engagent physiquement, l'Etat sort le porte-monnaie :

Exemple le coût global de l'élection présidentielle en 2012 s'élèva à 228 millions d'euros.

L'Etat prend directement à sa charge les dépenses de campagne officielle radiotélévisée, les frais d’acheminement aux électeurs des enveloppes de propagande et les frais d’impression des bulletins de vote.

L'Etat rembourse aussi les frais d’impression des déclarations et des affiches électorales, ainsi que les frais d’apposition de ces affiches, même si ce sont les candidats qui choisissent les entreprises de leur choix.

 A ces dépenses s’ajoute le remboursement des frais de campagne, dont le montant dépend du suffrage réalisé par le candidat.

Une avance forfaitaire de 153 000 euros est versée par le ministère de l’Intérieur lors de la publication de la liste des candidats au premier tour.

Les candidats qui ont obtenu 5% ou moins des suffrages exprimés ont droit à 800 000 euros.

Les candidats ayant obtenu plus de 5% peuvent avoir jusqu’à 8 000 000 euros de leur campagne remboursés.

Les deux candidats au second tour pourront chacun toucher 10 000 000 euros.

 

 

Pourquoi autant de partis se présentent aux législatives?

L'enjeu politique n'est pas le seul moteur des législatives. Certains se présentent avant tout pour des raisons financières.

En effet, les législatives représentent des aides publiques d'un montant considérable. L'intérêt d'un parti est de présenter un maximum de candidats à chaque élection pour toucher un maximum de subventions.

En effet, le financement public des partis politique est calculé en fonction des résultats obtenus lors du scrutin.

 

En 2012, le montant de l'aide répartie se chiffre à 71 millions d'euros, distribuées à 331 formations politiques.

Si une formation politique recueille au moins 1% des suffrages dans 50 circonscriptions de métropole au minimum, elle recevra environ 1,70 euros par voix, par an et pendant cinq ans. Cette première aide représente 33 millions d'euros.

Une autre mesure est calculée selon le nombre de parlementaires élus rattachés à un parti. Cette subvention rapporte environ 42.200 euros par an et par élu. Cela représente en tout près de 38 millions d'euros.

Par exemple, en 2012, l'UMP qui rassemble 419 parlementaires a touché 17,7 millions d'euros.

 

Mais l'apport financier des élections législatives est-il justifié lorsqu'il concerne un petit parti, peu actif sur la scène politique.

Par exemple, le Trèfle, parti des "nouveaux écologistes du rassemblement homme nature et animaux" reçoit chaque année environ 160.000 euros de la part de l'Etat alors qu'il n'a pas d'élu.

commentaires

Présidentielles 2017 : Comment sont financées les primaires ?

Publié le 24 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

La droite organisera une primaire, les 20 et 27 novembre, afin de désigner un candidat à l’élection présidentielle de 2017.

A gauche, le conseil national du Parti socialiste a approuvé, sous conditions, le principe d’une primaire. Reste maintenant à s’accorder sur ses modalités.

 

Qui paie l’organisation du scrutin ?

Les dépenses liées à l’organisation du scrutin sont assumées par les partis politiques. Ils paient notamment les salaires des huissiers chargés de contrôler le scrutin, l’impression des bulletins de vote ou encore les frais de communication sur le dispositif.

En 2011, la primaire socialiste avait coûté 3,8 millions d’euros au parti. Cette somme avait finalement été couverte par l’argent collecté lors des deux scrutins, puisque les électeurs devaient débourser un euro lors du vote.

Du côté de la primaire de la droite pour 2017, le parti Les Républicains avance les 5 millions d’euros estimés nécessaires à l’organisation du scrutin. Les recettes issues de la contribution de deux euros de chaque votant, devraient lui permettre de couvrir ces dépenses. Pour amasser les dons, les candidats s’affairent aussi à organiser des rencontres avec de gros donateurs.

 

Avec l’arrivée des primaires en France, une question se pose : faut-il considérer la primaire comme une précampagne et intégrer les dépenses du candidat qui en est sorti vainqueur dans la campagne Présidentielle ? Cette réglementation floue n’a toujours pas été redéfinie.

Le Conseil d’Etat a d’ailleurs appelé le Parlement à clarifier la situation face à la place prise par les élections primaires ouvertes.

commentaires

Les promesses de Sarkozy s'il est élu Président en 2017

Publié le 23 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

En veux-tu, en voilà : Fiscalité, travail, baisser les charges des entreprises, alléger la fiscalité sur l'épargne, supprimer l'ISF, et abaisser de 10% l'impôt sur le revenu...

Et d'autres surprises à venir...!!!

  • le rétablissement des heures supplémentaires défiscalisées,
  • la liberté de négocier le temps de travail, cela sera donc 35 heures payées 35, 36 payées 36, 37 payées 37…
  • les entreprises bénéficieront en outre d'un nouveau barème de charges incitatif,
  • une refondation du dialogue social dans l'entreprise,
  • étendre la loi sur le service minimum à d'autres secteurs d'activité: transports aériens, énergie, centrales nucléaires,
  • la suppression de l'ISF, malgré un coût de 4,5 milliards d'euros,
  • une baisse «immédiate, dès juillet 2017, de 10 % de l'impôt sur le revenu,
  • non-taxation des successions des classes moyennes,
  • la transmission d'entreprise fera l'objet d'une exonération de 85%, voire d'une exonération totale,
  • une exonération totale des charges au niveau du SMIC, qui diminuerait pour s'annuler progressivement à 1,6 SMIC,
  • doubler le montant des sommes aujourd'hui dédiées au CICE, il s'agira donc de pas moins de 34 milliards d'euros,
  • dans la fonction publique, le temps de travail sera augmenté, il passera à 37h, payées 37,
  • réduction des effectifs d'au moins 300 000 emplois en 5 ans,
  • passage de l'âge de la retraite à 63 ans en 2020 puis 64 ans en 2025
  • la possibilité au chef d'entreprise de consulter directement ses salariés par référendum ,
  • la condition de réorganisation de l'entreprise doit permettre le licenciement économique,
  • les indemnités de licenciement économiques seront plafonnées et barémisées,
  • l'État reprendra le pilotage de l'UNEDIC, lourdement déficitaire, pour rétablir ses finances,
  • la dégressivité des indemnités chômage sera de - 20% au bout de 12 mois, et 20% supplémentaire au bout de 18 mois,
  • l'obligation d'accepter une offre raisonnable d'emploi, sous peine de suspension,
  • une aide sociale unique fusionnant le RSA, l'aide au logement et la prime d'activité, plafonnée à 75% du SMIC,
  • les dividendes, les intérêts et les plus-values mobilières seront soumis, sur option, à un prélèvement forfaitaire libératoire au taux unique de 26%,
  • les plus-values immobilières redeviendront exonérées à partir de 15 ans,
  • ubérisation à propos des taxis, ceux qui ont, dans un passé récent, acheté une licence devront être progressivement indemnisés,
  • l'investissement dans la filière nucléaire sera repris.

 

Justice et sécurité :

  • une cour de sûreté antiterroriste avec un parquet spécialement dédié sera instituée,
  • le rétablissement de l'autorité de l'État passe par une nouvelle réforme de la justice,
  • la majorité pénale serait abaissée à 16 ans et l'application des peines confiée au parquet,
  • lutter contre les récidives en appliquant des majorations automatiques des peines à partir de la quatrième condamnation.

 

Immigration et islam :

  • Pour en finir avec une France qui devait s'effacer devant ses hôtes, réduire drastiquement le nombre d'étrangers,
  • stopper l'immigration économique,
  • suspendre le regroupement familial,
  • mise en œuvre d'un nouveau traité de Schengen,
  • réviser le droit du sol,
  • organiser l'islam en France,
  • habiliter les imams sous le contrôle du ministère de l'Intérieur,
  • interdire les signes extérieurs d'appartenance religieuse sur les lieux de travail et à l'université,
  • les condamnés djihadistes seront placés en centre de déradicalisation à leur sortie de prison, ainsi que les individus en voie de radicalisation,
  • le placement en centre de rétention ou sous surveillance électronique de tous les individus fichés et susceptibles de constituer une menace.

 

Voilà mon menu, si avec ça je ne suis pas élu en 2017, c'est à désespérer des électeurs-moutons susceptibles de voter pour moi...!!! dixit Nicolas Sarkozy !

Si vous votez pour moi, demain je rase gratis...!!! ajoute Nicolas Sarkozy !

 

Mon cher Nicolas, en réponse à votre catalogue de promesses, qui pour la plupart ne seront pas tenues, je vous invite à méditer sur ce dicton :

Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent !

Quand on a déjà été victime d’un illusioniste, l'électeur devient plus prudent, voire trop défiant face à un danger qui le guette à nouveau ! 

Rive Gauche

commentaires

Nicolas Sarkozy candidat à l'élection présidentielle : Pour une surprise, c'est une surprise

Publié le 22 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

«J'ai décidé d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017». C'est par cette phrase que Nicolas Sarkozy marque lundi son entrée en campagne.

 

Le 8 mars 2012, Nicolas Sarkozy avait affirmé que s'il ne gagnait pas l'élection présidentielle, il se retirerait de la vie politique.

Quatre ans et quelques mois après, il est toujours là ! Encore une promesse non tenue !

Un peu de dignité, M. Sarkozy, d'autres hommes politiques ont su se retirer après leur défaite et ils avaient des bilans bien meilleurs que le vôtre : Parmi ces hommes politiques, il en est un M. Jospin, un grand homme d'Etat !

 

Il revient, évidemment. Et il nous dira qu'il a changé, qu'il changera tout, que tout changera.

La girouette de Neuilly a changé en 1995 en trahissant Chirac, puis a changé en 2002 en se réconciliant avec Chirac; puis en 2004, quand il s'empara de la présidence de l'UMP. Et encore en 2007, quand il triangulait la gauche; en 2010, quand il parlait frontiste, et en 2015, quand il s'empara des Républicains (UMP).

"Je souhaite de tout mon cœur que Nicolas Sarkozy revienne". C'est Bernadette qui fait le meilleur job le 12 septembre 2015.

Autre rallié, François Baroin, le fils politique de Jacques Chirac.

 

Alors, Sarkozy candidat en 2017 ? J'ai repensé à cette volonté de l’Ex président de revenir, persuadé qu’il était le meilleur, que sa défaite était injuste, qu’elle était de la faute des médias, du Canard Enchaîné, de ces cons de Français ingrats, de la faute de tout le monde, bref de tout le monde sauf de lui-même.

Sarkozy, un has been de la politique, mais il prouve encore une fois son habileté politique.

Rive Gauche

commentaires

Le premier secrétaire du PS réagit à la candidature d'Arnaud Montebourg

Publié le 21 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

Jean-Christophe Cambadélis : "Il faut dire à tout un chacun que la présidentielle, ce n'est pas la chasse aux Pokémon!

L'élection qui vient est sûrement l'une des plus complexes et difficiles depuis cinquante ans. Jamais les conditions n'ont été à ce point réunies pour que ­Marine Le Pen soit au centre du jeu.

Ceci dans un contexte économique meilleur - même si les Français ne le perçoivent pas comme tel - et face à une offensive de l'opposition où Sarkozy fait à droite toute et Juppé tout à droite…"

 

"La candidature de Montebourg n'est pas inattendue, elle est bienvenue. Je l'attends avec impatience pour répondre à mes interrogations :

Pourquoi a-t-il choisi François ­Hollande plutôt que Martine Aubry à la primaire de 2011?

Pourquoi lui, le démondialisateur, le keynésien, a-t-il avalé tout cru le traité européen et le pacte de responsabilité?

Pourquoi a-t-il choisi Manuel Valls?….

L'ambiguïté est là."

commentaires

Après Hamon, la gauche passéiste se manifeste encore : Montebourg candidat à la Présidentielle de 2017

Publié le 21 Août 2016 par Rive gauche dans Présidentielle 2017

Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie, a officiellement annoncé sa candidature à l'élection présidentielle, mais il n'a pas dit un mot sur la primaire organisée par le PS.

 

La gauche tendance 19ème siècle n'est pas morte, elle se manifeste encore. Arnaud, c'est vraiment l'homme qu'il nous faut pour sauver la France !

Et bien voilà, il ne manquait plus que Arnaud à la Présidentielle de 2017 ! Enfin quelqu'un de visionnaire qui a des idées fortes. Je savais au fond de moi que Arnaud serait le sauveur de la république et il ne me déçoit pas. Merci Arnaud, l'espoir est dans ton camp.

Vive la gauche passéiste qui va montrer au monde comment lutter contre le chômage et l'insécurité.

 

Son ambition ? Fédérer les frondeurs, fédérer les Français... Rien que ça ! Pas plus, pas moins !

En l'occurrence, Montebourg serait la voiture balai des frondeurs !

Beaucoup de bagout mais bien peu de résultats ! Imbu de sa personne, incompétent notoire, Montebourg n'a jamais inspiré la confiance des économistes pour redresser le pays, bien qu'il fut ministre du redressement productif. Vaste programme pour un petit ministre !

On a tous constaté l'aberration de ses prises de position et ses volte-face dans l'exercice de sa dernière fonction ministérielle.

Montebourg, dont le raisonnement économique a toujours été assez court, caresse les Français dans le sens du poil en leur disant ce que beaucoup ont envie d'entendre.

 

Arnaud Montebourg doit se prendre pour une éolienne car il brasse du vent depuis longtemps.

Bourré de certitude, ce monsieur est d'une suffisance insupportable. Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ses responsabilités. L’adepte du Made in France est toujours prêt à critiquer François Hollande et Manuel Valls depuis son éviction du gouvernement en août 2014.

La critique est aisée mais l'art est difficile et je ne peux pas vraiment dire que Montebourg ait été un grand artiste lors de son passage au gouvernement. Beaucoup de bagout mais bien peu de résultats

 

Il y a 14 ans, le 21 avril 2002, la gauche était partie divisée, souvent plus occupée à critiquer le voisin à sa gauche qu'à avoiner la droite en face. C'est en partie parce que la gauche s'est présentée en ordre dispersé que Lionel Jospin a perdu les Présidentielles. Mais aujourd'hui, les passes d'armes entre les responsables de la gauche ne répètent-elles pas le même schéma?

Classe politique minable ! Dans les années 70/80/90, les politiques intellectuels et brillants étaient plutôt de gauche. En clair ils ne nous faisaient pas honte... Mais ça... C'était avant !

Heureusement, pour Montebourg, que le ridicule ne tue pas.

La droite n'a pas à s'en faire, car à gauche, les artisans de la machine à perdre sont de retour !

Rive Gauche

commentaires

De quel droit Eloïse Lenesley, journaliste à Causeur, s'autorise-t-elle à tutoyer le Président ?

Publié le 21 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

François Hollande a confié dans Conversations privées avec le président n' «avoir pas eu de bol sur le chômage».

Et voilà que notre Eloïse Lenesley, en manque d'inspiration, écrit une lettre à son «président qu'a pas d'bol»

Madame la journaliste, la fonction présidentielle doit être respectée :

Eloïse Lenesley journaliste serait-elle une adepte du Hollande bashing ? Elle a pondu un torchon (que d'aucuns osent appeler Tribune) dans un quotidien de droite national.

Et son sujet préféré est le Hollande bashing. C'est son obsession. Elle est obsédée par François Hollande, au point de le tutoyer afin de mieux entrer dans son intimité.

A chaque fois, les mêmes tribunes anti Hollande, anti Valls. Ces journalistes se répètent dans une langueur monotone. Cent fois sur le métier ils remettent leur ouvrage. Ils veulent tellement, au fond, faire plaisir à leur monde, la droite, qu'ils sont prêts à faire, à dire ou à écrire n'importe quoi !

Le Hollande bashing, déversé à longueur de journée par les médias, bavé par des journalistes ayant le QI d'une huître en chaleur, influence les Français qui, pour la plupart, n'ont aucune culture politique.

Le Hollande bashing véritable sport national rythme la vie politico médiatique, entretient une détestable ambiance de chasse à l’homme, ne laisse passer que l’aigreur et le ressentiment dont le seul responsable et le seul réceptacle est le président de la République; le tout faisant bien sûr le jeu des extrêmes de tout poil.

L’époque a changé, les moeurs médiatiques aussi. Sous prétexte de transparence, le débat y a souvent perdu en clairvoyance, sinon en intelligence, surtout en intelligence.

 

Madame la journaliste, respecter la fonction présidentielle c'est préserver nos institutions qui sont le socle de la République. C'est le premier principe.

 

En écrivant cet article, je m'aperçois que je fais beaucoup trop d'honneur à une journaliste qui n'en mérite aucun.

Rive Gauche

commentaires

Brice Couturier : le Parti des médias et l'intelligentsia méprisent la réalité

Publié le 21 Août 2016 par Rive gauche dans Edito

J'ai adoré écouter les chroniques de Brice Couturier tous les matins sur France Culture. Un grand esprit qui a présenté des analyses justes n'ayant jamais peur d'aller à l'encontre des bien-pensants, tellement différent de la soupe que l'on nous sert.

 

Le paysage médiatique, tel que Brice Couturier le décrit, est peut être la source de nos problèmes.

Certains journalistes préfèrent des infos gros titre sans approfondir les sujets et donner de réelles informations, le problème c'est que nous sommes mieux informés qu'eux.

Les médias nient les réalités parce que cela nuit au business de leurs employeurs ou contributeurs. Même la météo nie systématiquement le mauvais temps du WE ou annonce les chutes de neige à Noël qui ne tomberont jamais.

Rive Gauche

commentaires
1 2 > >>